Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 14:30

 

Pour une pédadogue convaincue, Lecteurs chéris, la transmission du savoir (des savoirs) fait toujours plaisir.

Surtout, dans les pédagogies dites actives, quand ledit savoir s'élabore par l'entraide, la coopération et les interactions avec  les pairs.

Eh bien, là, aujourd'hui précisément, figurez-vous que non !

Je découvre avec la joie que vous imaginez cet article de Sud Ouest :

Attention aux jumelles

Depuis hier, les policiers municipaux sont équipés de radars et effectuent des contrôles.

(...)

On connaissait les radars automatiques, les appareils embarqués à bord de voitures banalisées et les radars jumelles qui équipaient jusque-là la police nationale. Désormais, il faudra se méfier des motards de la police municipale qui, eux aussi, sont dotés des fameuses jumelles « prolaser ». Les premiers ont formé les seconds à l'usage de l'instrument dont la capacité de lecture d'une vitesse va au-delà de 600 mètres, de jour comme de nuit. Hier matin, les policiers municipaux ont testé l'appareil avec succès au niveau de la rue Fondaudège.

Pensées spontanées à la lecture de cette sympathique nouvelle :

 

- Merci pour la rue Fondaudège. Déjà, faut l'atteindre sans se faire flasher par le radar ultra-sensible du feu de Tourny...

En suite, entre les pervers de la contredanse qui font des descentes à 6 pour aligner les malheureux dépasseurs de minutes de l'horodateur et la fourrière qui, on dirait bien, fait des tours de quartier et appelle elle-même ses potes pour qu'ils viennent permettre l'enlèvement du véhicule gêneur, on n'est pas gâtés, tout ça avec des places de parking qui fondent comme neige au soleil (parce que : autour du Jardin public, je pense que la municipalité a concentré 90% des places "handicapés" de la commune, je vous jure, on a en une tous les 10 mètres, et en prime, comme c'est un bel endroit, on a des tas de tournages qui bloquent des rues entières, et, encore mieux, bigarreau sur le Petit Lu, on a, à chaques vacances, le tournage de Famille d'accueil, gloire de la création télévisuelle française, sommet de la qualité, série ambassadrice de l'esprit à la française...)

Et donc, quand par hasard, en plus de jouer à la pêche aux places, on n'est pas ralenti par les bouchons de la ville, quand par bonheur ça roule, là, un petit élan de joie entre deux feux ou deux bus qui déboîtent....FLASH ! C'est la seconde chance au grattage, Msieurs-Dames !

Cool.

 

- Ils sont où les cahiers de doléances du Tiers-Etat ? Parce qu'à force, avec nos pauvres mais (encore) indispensables voitures, on commence à en avoir des choses à écrire, il ne vous semble pas ?

 

- La police nationale formant la police municipale à l'usage des jumelles, là, ça fait rêver. On a dû subir, sans le savoir, les retombées d'une telle ébullition neuronale, y a dû avoir un  orage magnétique, c'est sûrement ça la cause l'excitation improbable des derniers jours au collège... Les enfants sont si réceptifs aux perturbations style lune et compagnie, qui ne le sait ?

 

- L'auteur écrit bien, et ses constructions syntaxiques sont parfaites : à aucun moment on n'aurait pu se tromper et croire que  la relative "dont la capacité de lecture  va au-delà ..." eût un autre antécédent que "l'instrument".... ;-))

Bon, c'est vrai, j'ai un peu tronqué le texte... mais  juste pour rire, hein !

 

Allez hop ! Vive la Petite Reine, tiens !





 

Repost 0
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 10:05

Heureusement, oui, parce que le dimanche, pendant le carême, ça compte quand même comme un jour où on peut se permettre quelques joies alimentaires (vu que les autres jours, non, niet, nichts, nada, vous le savez : pas de fraises un mercredi, par exemple, sauf si vous n'aimez pas ça, les fraises, évidemment ;-))  )

Bon, j'en reviens à mon dimanche de carême, qui est hors décompte des fameux 40 jours, et je redis avec bonheur que ça tombe rudement bien parce que, le doodle du jour, vous allez voir qu'il va vous donner des envies irrésistibles, pour sûr !

C'est pas du tout un logo dans le vent "Régime avant le maillot, perdez 5 kilos en 2 mois", ni même dans la droite ligne du Plan Santé "Lutte contre l'obésité infantile".

Non, c'est un logo délicieux, savoureux, exquis, délectable, un logo à saliver et se pourlécher les babines...

icecreamsundae11-hp.jpg

 

Le "sunday" aurait 119 ans... et il ne me semble pas du tout avoir dépassé sa date de péremption de plaisir promis !!!

Donc, cet aprem, la coupe glacée 6 boules, chantilly sans modération, vermicelles multicolores, non seulement c'est permis, mais c'est carrément un acte solennel de commémoration !!!!

 

Tous à vos crèmes glacées !!!

Repost 0
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 15:38

...de la célèbre Nespresso !

ne_Nespresso_pink_coffee_machine.jpg

(ça, c'est celle que je veux)

Jugez plutôt l'ancêtre :

cafe.gif

c'est un logo animé, dommage...

je fais donc 2 instantanés

cafe2.gif

 

Ben oui, c'est le doodle du jour!

 

Et la Gazette est donc fière de vous dire qu'avant George Clooney...

cloon.jpg

 

... y avait Robert (Wilhelm) Bunsen

Robert_Bunsen_portrait.jpg

 

Bref : On n'arrête pas le progrès ! :-D

 

NDLR : Bon, évidemment, c'est n'importe quoi, cet article ! Bunsen c'était un savant du 19e... Si vous voulez en savoir plus, surfez ! :-)

Repost 0
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 20:16

Elle ne voulait plus manger à la cantoche...

Elle devait donc pouvoir assumer sa pitance toute seule...

Elle peut le faire... Elle va le faire... Elle l'a fait ! (Ah ! les "premières fois" !)

 

lili.JPG

 

Il est arrivé sur la pointe des pieds, un dimanche cette année ...

A peine une petite décade (pas uniformément prodigieuse)...

Il peut le faire, il va le faire ... Messieurs, Mesdames : le Printemps !

 

meteo.jpg

 

Et puis... pour dire bye-bye à Herr Winter... quoi de mieux que les premières garriguettes du marché ?

Pas encore assez sucrées....mais délicieusement acidulées !

 

fraises.JPG

 

 

La Gazette vous souhaite

un printemps fleuri de mille jolies petites victoires !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 08:57

 

Lecteurs chéris, je viens ici vous faire une révélation extraordinaire : j'ai localisé, au terme d'une rocambolesque croisade que j'écrirai un jour, forcément, parce qu'il faut laisser à la postérité des témoignages édifiants, j'ai retrouvé, donc, rien de moins que le PARADIS TERRESTRE !

Eh bien, oui, Amis de la Gazette !

Courant et bondissant sur les pas de mon modèle incontesté, le célèbre et attachant Indiana, et puisque lui avait déjà retrouvé les restes de l'Arche de Noé,  l'Arche d'Alliance et le Graal, il me restait le choix entre l'endroit exact du passage des Hébreux à travers la Mer Rouge (avec les traces de leurs pas gravées dans le sol et englouties) ou, pourquoi pas, le Jardin d'Eden.

Eh bien, c'est fait. Le Paradis sur terre, version contemporaine et personnelle, je l'ai découvert (grâce à Télérama ;-) )

Regardons de près quelques critères indispensables qui font que ce lieu merveilleux soit à ma convenance idéale :

- ce serait un THEÂTRE ( "un théââââtre!" passion totale de Zigobelle depuis des années, rêve absolu, mes proches le savent !)

- ce serait un endroit plein de LIVRES (comme disait Renard : " Quand je pense à tous les livres qu'il me reste encore à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux", et où serait-on heureux si ce n'est au Paradis ?)

- ce serait dans un endroit du monde qui fait rêver, une ville (ben oui, le Paradis est en ville, ça vous étonne, n'est-il point ?) où il fait chaud, où claquent les hauts talons des élégantes, où résonnent de divins accents de bandonéon... Tango, tango !

Vous y êtes ?

Oui, c'est Buenos Aires, "Notre Dame des Bons vents"...

Oui, c'est une librairie.

Et oui, c'est une librairie sise dans un vrai beau théâtre comme on aime !

Et re-oui, ça existe pour de vrai et j'ai vécu jusqu'ici sans le savoir (sidérant!)

Au début de l'histoire, en 1919, il était une fois un Max Glucksman (monsieur Chance!) qui rêvait (moi aussi) de construire un théâtre. Il le fit (moi, pas encore), lui donna le nom de Grand Splendid, et de grandes vedettes locales y brillèrent (Gardel, entre autres). Après le theâtre, il y eut le cinéma, avec des films parlants à la fin des années 20.

Le XXe siècle se termine sur la transformation du lieu en LIBRAIRIE "El Ateneo".

splendid.jpg

Mais attention ! pas une transformation qui détruit tout et défigure l'original, que nenni !

Une transformation qui conserve toutes les merveilles artistiques du lieu, plafond, rideau de scène, loges, coursives... (on a juste dû ôter les fauteuils d'orchestre...) regardez plutôt :

el-ateneo-buenos-aires-2-621469-copie-1.jpg

ateneo-1-copie-1.jpg

ateneo-2.jpg

ateneo-6ateneo-7.jpg

Ahhhhhh je meurs de tant de trucs géniaux réunis au même endroit !!!!!

Repost 0
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 15:44

Mes amis et lecteurs adorés, je le sais depuis ce matin, je me suis même réveillée avec cette information capitale  relayée par la radio : je n'ai AUCUNE CHANCE d'être l'heureuse gagnante de l'euromillion.

Oublions toutes les choses extraordinaires que je pourrais faire avec tous ces dollars, tous les cadeaux dont vous bénéficieriez... Le Parisien a cassé définitivement le rêve que j'aurais pu avoir (ben oui, j'aurais pu l'avoir, ce rêve!) en dressant un implacable "portrait robot" du gagnant potentiel.

D'accord, c'est comme un sondage, ce ne sont que des stats, pas non plus Parole d'Evangile. Mais quand-même.

Tout est dit, et je vous en fais profiter de suite.

 

"Voici, en exclusivité, le portrait-robot du grand gagnant". (Comparez avec le mien)

 

images.jpg


C'est un homme qui a l’accent marseillais. (raté - raté)

 

Quadragénaire et marié (ok - raté)

 

Ouvrier plutôt que cadre supérieur (raté, même si je ne suis pas non plus cadre supérieur).

 

Bon, bilan : sur 5 critères, j'ai UN point.

 

Jeu, set et match.


Notez que dès le départ, j'étais mal partie, eu égard au sexe du gagnant.

M'est donc venue l'idée qu'à défaut d'ÊTRE la gagnante, je pourrais peut-être EPOUSER le gagnant.

Mais là encore, non, décidément pas.


L'accent marseillais j'ai HORREUR de ça : je n'aime que les hommes d'au-dessus de la Seine, moi (la Loire, à l'extrême limite, en cas de pénurie éventuelle).

 

Quadragénaire, ça va. Marié = pas mariable, donc, le truc des épousailles est  fichu de fait.

 

De toute façon, hein, j'ai déjà dans mon coeur un quadra avec un accent qui me va, alors tant pis pour l'euromillion, de toute façon, je ne joue même pas, alors !

Repost 0
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 11:15

Vous ne pouvez pas l'avoir loupé !

Le superbe doodle du jour...

 

houdini11-hp

 

On honore Harry Houdini, "137 ans" aujourd'hui :-D

Le Roi de l'Evasion... et de la transformation, puisqu' en réalité, il est né Ehrich Weiss à Budapest, fils de rabbin qui émigra aux Etats-Unis quelques années plus tard avec sa nombreuses famille.

Dès l'âge de 9 ans, il se produit comme acrobate, "Ehrich, Prince des airs", puis, rapidement, se passionne pour la magie et décide alors de prendre comme nouveau nom un patronyme en hommage à son "idole", Robert Houdin.

 

Et c'est là que j'en arrive au coeur de mon article : Houdini, ok, mais Houdin, lui, c'est le VRAI inventeur de la magie "moderne" ... et il est FRANçAIS, voilà !

Et a-t-il eu son logo, lui ?

Pas que je sache !  Si on m'avait demandé*, je sais ce que j'aurais choisi : un logo subtil, qui disparaîtrait dès qu'on  saisit la recherche...1, 2, 3... Tadam ! Disparition du doodle et apparition d'un lapin (ou d'une coccinelle, ou, ou, ou...au choix ) !!!

 

Roberthoudin

(vous l'imaginez, là, mon doodle magique, n'est-ce pas?)


La Gazette, qui a des idées mais pas vraiment les moyens techniques de les concrétiser, se contentera donc d'un rapide résumé de condensé d'abstract de la biographie de notre gloire prestidigitato-nationale,  Robert Houdin.

On fait ce qu'on peut.

Né à Blois (d'où le Musée, étape prévue durant notre future Mission, les Angels, je vous rappelle) en 1805, sous le nom de Jean-Eugène Robert, il prendra le nom de son épouse, Houdin, pour ne pas heurter les siens (qui ne devaient pas avoir envie d'être associés à un saltimbanque!).

Pas seulement passionné d'illusionnisme, il adore aussi l'électricité et les automates. C'est un bricoleur plein d'idées, qui allie la technique à l'imagination. Il ouvre un théâtre de magie à Paris, où ses inventions très modernes remportent un succès fou.

Il fait fortune rapidement et vend son théâtre, repart s'installer dans son pays, dans une propriété dont il "truque" le jardin avec tout un tas de mécanismes qui étonnent ses visiteurs  (ah ! tiens ! ça me botte cette idée ! Je vais m'y mettre ! Dans quelques mois, mes amis, vous n'en reviendrez pas de la Ferme !)

Robert Houdin est un heureux mélange d'artiste et d'ingénieur : il est à proprement parler ingénieux ! 

Wikip' nous dit : "Robert-Houdin s'intéresse à tout ce qui touche aux sciences et dépose de nombreux brevets. On lui doit les appareils permettant de mesurer les « touches » des escrimeurs, le taximètre**, des appareils électromécaniques de contrôle à distance, certains instruments d’ophtalmologie."

Franchement, cet homme-là est vraiment une personne fascinante.  Et pas avare de ses "trucs" , en plus, il révèle ses procédés sans caprice***. Sympa. :-D

 

Voici donc cet oubli réparé. certes,  vous n'avez pas VU le doodle de Robert Houdin, mais au moins l'avez vous IMAGINE :-D

Pas si mal, hein ?

 

* Mais on ne me demande jamais !

 

** Il sert à mesurer le montant à percevoir en fonction de la distance parcourue et du temps passé à l'intérieur du taxi. Vous le saviez, vous ? Moi, j'appelais ça bêtement un compteur...

 

*** par exemple et entre autres : Confidences d'un prestidigitateur, une vie d'artiste, 2 vol., 1858, ou Comment on devient sorcier : les secrets de la prestidigitation et de la magie, 1871...

Repost 0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 20:19

Il y a le rayonnement des enseignants.

Si, si, je ne plaisante pas : nous sommes, chaque année, évalués selon divers critères : l'assiduité/ponctualité, le travail et le fameux RAYONNEMENT.

 

Il y avait, ce matin sur le parvis de la Trinité, le rayonnement des chromes de je ne sais sombien de motos, des Harley Davidson, pour être précise, puisque c'était la messe des bikers aujourd'hui !

Et à l'intérieur, lui faisait écho le "rayonnement" de leurs cuirs bardés d'écussons à la gloire de leur marque fétiche. C'était très drôle, cette mer de blousons de motards juste au-dessous de moi, qui étais aujourd'hui au balcon pour suivre la célébration.

 

Il y avait le rayonnement de Jésus sur la montagne de la transfiguration, évangile du jour. Jésus traversé par l'Esprit, accomplissement de la Parole et des Prophètes.

Il y avait, à la lecture de ce texte, le souvenir rayonnant de mon passage là-bas, justement, sur cette montagne pas haute comme un pic des Pyrénées, certes, mais bien longue à gravir tout de même, croyez-moi. Pour ceux qui n'étaient pas dans un taxi, évidemment  ;-) !

Avec cette anecdote du chauffeur de taxi qui proposait je ne sais combien de chameaux à mon cher papa en échange de sa grimpeuse de fille (mais moi, je montais, je montais, je montais, ignorante des transactions qui avaient lieu !!!) Dieu soit loué, mon père est homme de coeur et non d'argent, je ne fus point vendue à ce bédouin taxi !!!

 

Il y eut ce matin, au temps de la prière, le rayonnement de Mieki, Nippone charmante, en kimono et obi de cérémonie, venue chanter et jouer du koto (drôle d'harmonium!) en hommage au japon, objet de nos prières du jour. Un vrai moment de grâce, rare, évidemment.

 

Et puis, toute la journée, il y eut le rayonnement du PRINTEMPS, qui est enfin REVENU et s'est taillé la part du lion en laissant éclater ses couleurs franches et vives du ciel à la terre, aux branches des arbres, cerisier, pommier du japon, aux clochettes des jacinthes, roses, bleux, blanches, aux coroles des jonquilles...

Le printemps partout, fou de joie, débordant de vie : RAYONNONS !

 

holi11-hp.jpg

Holi 2011, fête des couleurs - Fête hindoue de l'équinoxe de printemps

Inde

Repost 0
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 08:08

Mes Lecteurs adorés, la Gazette est partie ce matin à la recherche de l'incontournable doodle du Jour !

Rien sur Google.fr....

Rien encore sur Doodle tracker...

Sur Google.uk : peanuts !

J'ai donc poussé encore un peu plus loin vers le couchant et là...hop ! Merveille !

 

stpat.gif

Je vous l'ai même pêché en version gaélique mes curieux petits chéris ! Si c'est pas du luxe !!! Du frais, du sauvage, pas du logo d'élevage, hein ! Même pas congelé sur place : du vif, rien que pour vous !

 

Ceci dit, maintenant, on se lève tous...

Et, fidèles à notre tradition donaldvilienne, on chante tous en choeur ....

 

Come, the day, and come, the hour...

 

Du coeur, mes amis, du coeur !!!

Repost 0
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 19:42

C'est un roman sur la filiation...
Non, j'ai mal commencé.
C'est une grande saga familiale pleine de surprises ...
Encore non ! Je devrais commencer plutôt par : "Le récit de la réussite "à l'américaine" d'un Juif allemand émigré"...
A moins que je t'attaque sur le côté "réflexion sur le monde de l'art à New York, dans une société qui place l'argent comme valeur suprême"...
Mais pourtant, d'emblée, c'est en fait un bon thriller qui nous tient en haleine.
Ah lala ! Les visages, de Jesse Kellerman, c'est tout ça à la fois !

visages.jpg
C'est un objet littéraire protéiforme, où l'on voit un héros se transformer, chercher, errer, comprendre, naître à lui-même ; où l'on voit "pousser" un arbre généalogique tordu, complexe, contraint ; où l'on avance  pas à pas dans une (en)quête étrange à la recherche d'un serial killer jamais identifié ...
Qui est cet artiste, sans doute psychotique, qui dessine, au centre de son oeuvre, puzzle pharaonique, les portraits d'enfants assassinés il y a quarante ans ? Et où a t-il disparu, cet homme qui a vécu plusieurs décennies dans le même immeuble et dont aucun voisin  n'est capable de faire une description cohérente ?
Et pourquoi a-t-on envie de suivre partout le héros, marchand d'art contemporain antipathique, cynique et plus opportuniste qu'honnête ? Comment fait-on pour le supporter...et finalement, l'aimer bien ?
Parce Kellerman écrit bien
et qu'il sait faire naître l'empathie.
Parce que Kellerman est complètement au-delà du thriller ordinaire, au-delà du roman d'introspection habituel, au-delà de la saga telle qu'on la connaît.
Il mélange habilement les trois genres, nous fait passer de l'un à l'autre, nous conduit de fausse piste en flash-back,  nous y égare sans qu'on s'y perde ni qu'on survole un chapitre pour aller plus vite à la suite. On ne s'ennuie jamais en dévorant Les visages, et on arrive au bout, exactement là où l'auteur nous mène, au bout du bout même, jusqu'au rebondissement final, à la fois boucle bouclée et re-naissance.

Cette jungle touffue où croissent et s'entrecroisent les mystères m'évoque un peu Les monstres de Templeton, dont j'ai dû faire une petite critique ici il ya quelque temps je pense...

Une vrai bon moment de lecture.


A retenir !

 

NDLR : Il ne serait pas étonnant que le livre devienne un film un jour. Il faudra alors faire bien attention pour certaines scènes qui pourraient passer moins bien à l'écran qu'en lisant...

Repost 0