Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 08:54

Petit cours de rattrapage pour les quelques Lecteurs de la Gazette absents ce matin à la Trinité.

Discours connu.... "Vous êtes le sel de ta Terre"...

Etes-vous vous sel de Bayonne ou sel de Guérande ? nous a demandé Charlie ?

Vous êtes le sel de la Terre...

Vous, Chrétiens, baptisés, transformés par cette grâce du baptême, "assaisonnés" par ce sacrement, par cette Rencontre avec le Très-Haut. Nous qui accueillons la Présence, qui acceptons d'accueillir la Vie vraie qu'il nous offre, nous sommes "sel de Guérande". car c'est un sel qui "fond" facilement. Cette multiplicité de grains qui se dissolvent pour changer à jamais ce qu'ils touchent : plus de fadeur, les cristaux ont disparu mais le goût du sel ne partira plus !

Soyons des chrétiens authentiques, ne perdons pas le goût de Dieu, ne nous affadissons pas !

 

Mais il est un sel plus terrestre, un sel qui ne se dilue pas si facilement : le sel de Bayonne en fait partie. C'est le sel qui conserve. Celui dont il est question plusieurs fois dans l'Ancien Testament, quand on explique la manière d'offrir les sacrifices à l'Eternel. L'offrande doit être recouverte de sel. Car le sel va "garder" l'Alliance, et, même mieux, quand cela brûlera, cela fera une lumière plus forte, plus blanche, plus éclatante !

Vous êtes le sel de la Terre...

Et vous êtes la lumière du Monde.

Porteurs de flambeaux... Quelle chance, quelle mission ! :-))

D'ailleurs, faut croire que ça donne envie, ces paroles .. 

Il y avait ce matin 6 nouveaux catéchumènes !

Appelé un par un à l'autel pour venir nous dire leur désir de rejoindre notre communauté.

Michel, dans la cinquantaine, seul non-baptisé de sa famille... Biker, il a rencontré Francis grâce à d'autres bikers... et il demandé : "Tu crois que ce serait possible....?"

Tellement possible que ledit Michel sera baptisé cette année en même temps que ses deux premiers petits-fils.

Thierry, qui a " toujours eu des croyances, mais c'était flou..." Il avait envie de trouver un chemin, une vraie voie... mariée avec une croyante, il a peu à peu choisi celle du christianisme. Encore un baptême à venir. Joie de l'assistance.

Viennent ensuite 3 garçons et une fille : une fratrie de handballeurs (on en connaît de basketteurs!), jamais baptisés parce que...la vie est allée vite, le temps a passé, c'était toujours un projet remis à demain... Et puis, la maman est morte, mais pas, dans leur coeur, ce désir qu'elle avait que ses enfants soient chrétiens. Alors aujourd'hui, comme l'aîné veut devenir parrain, eh bien, c'est tous les quatre qui se lancent, avec l'esprit d'équipe, comme ils disent ! Le dernier a moins de 20 ans, ce sont 4 jeunes adultes qui côte à côte demandent maintenant le baptême. Ils parlent de solidarité, d'harmonie familiale, ils sont jeunes, gais, souriants, émouvants...

Sel, lumière, la messe était bien belle hier...

Et pour finir, il y avait, dans la petite chapelle à côté (chauffée), des fiançailles, alliance bien jolie, je dois dire, et pas si souvent célébrée...

 

Mes  Lecteurs, mes proches Donaldvilliens ou amis plus lointains, chrétiens ou pas, croyants ou pas, sel et lumière de ma vie, je vous bénis en cette fin de dimanche ! Que votre route soit goûteuse et lumineuse !

Repost 0
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 18:06

Aucun de mes lecteurs n'ignore que les collèges et lycées son remplis de profs intérimaires, contractuels, vacataires et autres contrats précaires. Embauchés dans l'urgence pour des heures manquantes à la DGH (dotation globale horaire), 6 heures par-ci, deux mois par-là...

C'est l'établissement qui recrute : pas de cabinet, pas de DRH, pas la peine : enseigner, c'est pas sorcier, et puis, éduquer, c'est une marchandise de peu de valeur, quant aux élèves, de quoi se plaindraient-ils ?

Entre un prof certifié qui a été formé et donc côute trop cher à la collectivité et un prof-kleenex qui n'a droit qu'à des vacations (payées à l'heure, donc sans congés payés), verraient-ils la différence, de toute façon ?

 

Bon, faut juste, peut-être, faire un peu gaffe à qui on recrute...

A force d'avoir supprimé des postes, il manque d'enseignants d'allemand. Faut donc en trouver, et y a des régions où ils sont rares. Ben oui, le pangermanisme a échoué, rappelez-vous.

Alors on prend ce qu'il y a, on fait avec les moyens du bord.

Et tant pis pour ces élèves compliqués qui ne font pas anglais/espagnol comme tout le monde !

Tu veux faire allemand, petit ?

Soit. A tes risques et périls !

 

 

Lu sur le café péda, ce matin...

L'éducation nationale a recruté un malade mental dangereux
L'académie d'Aix Marseille a recruté un contractuel évadé d'un hôpital psychiatrique. Selon l'AFP, l'académie d'Aix Marseille a recruté comme professeur d'allemand contractuel un jeune schizophrène irlandais évadé d'un hôpital psychiatrique. Il avait été interné après avoir donné des coups de couteau à un passant. Installé à Digne, ce professeur donnait toute satisfaction. C'est une discussion pas banale avec son chef d'établissement qui l'a perdu.
Recherches pour en savoir un peu plus sur ces fameux propos tenus lors d'une "conversation banale"... pas si banale, peut-être ?

Je trouve ma réponse en Suisse sur la Tribune de Genève :

 

"Une histoire de fou ? On a peine à y croire. Un Irlandais de 26 ans est parvenu à se faire embaucher en tant que prof d’allemand dans un lycée français à Digne-les-Bains) après s’être échappé de son hôpital psychiatrique. Il faut dire que le diplômé d’Oxford donnait entière satisfaction et n’avait éveillé aucun soupçon.

Jusqu’à ce qu’il tienne des propos inhabituels lors d’un entretien informel. Le jeune homme déclare alors à la directrice être un agent des services secrets travaillant pour la police britannique (Scotland Yard)… Ni une ni deux, elle contacte les services de police. Le mystère est rapidement levé et fait froid dans le dos : le jeune prof avait en réalité été interné dans un hôpital d’Irlande du Nord en 2007 après avoir tenté de poignarder un individu.

Comment s’est il retrouvé dans ce lycée ? Suite à une candidature spontanée au rectorat d’Aix-Marseille. (...)

Suite à son arrestation réalisée en France sans qu’il n’oppose de résistance, le voilà de retour dans une unité psychiatrique."

 

 

NDLR :Bon...c'est très embêtant tout ça.

Parce que bon, moi aussi, je travaille pour certains Services Secrets, même si ce n'est pas Scotland Yard, et l'Angel 2 aussi est infiltrée dans l'Ed Nat... Il faut donc qu'on soit vraiment très très vigilantes toutes les deux à ne pas trop en dire sur nos missions et compagnie... On ne sait jamais... des fois qu'il se rendraient compte qu'on s'est échappées de j'sais pas où....Et qu'il y en a une troisième en liberté, potentiellement à la tête de n'importe quel service Qualité....


Repost 0
2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 15:10

Comme dans Flipper  !

Non, Lecteurs chéris, je ne fais pas ici allusion à mon hebdomadaire séance de natation. Non, je ne prétends pas nager avec Flipper, quoique, aujourd'hui, entre 13h et 13h30, y avait quelques bien beaux et bien rapides mammifères marins dans mon couloir (aquatique), genre l'Homme de l'Atlandide, si vous voyez ce que je veux dire, mais bon, hein, je ne me suis pas accrochée à l'aileron, comme dans Flipper, pour traverser le bassin à vitesse grand V, non, je parle tout à fait d'autre chose !

Vous vous souvenez tous de Flipper le Dauphin, forcément !

flipper.gif

Et des garçons que j'enviais tant parce qu'ils n'allaient pas à l'école.

Ou alors, c'était dans Skippy le Kangourou ?

skippy.gif

Oui, peut-être que c'est ça : les gamins du fin fond de l'Australie, qui faisaient leurs petits devoirs devoirs devant leur poste de radio, et hop ! deux minutes, c'était plié et ils allaient batifoler dans le bush !

La chaaaaaaaaaaaaanceeeeeeeeeeeeeee !!!

Eh bien, nous, Msieurs-Dames, on fait ça à la Bottine en ce moment : le siège de la Gazette est officiellement devenu Centre Délocalisé d'Examen pour le Brevet blanc de Tite dernière (NDLR : si Lily ne va pas à Clisthène, Clisthène vient à Lily!) !

Ne souriez pas : c'est du sérieux.

Je joue l'examinatrice-surveillante d'épreuve (ô joie ! Moi qui y avais échappé de justesse la semaine dernière dans mon collège, envoyant lâchement le pauvre Dom à ma place...) et ça ne rigole pas ! Les consignes sont strictes, les temps respectés à la minute, l'anonymat garanti par les feuilles officielles...

Pour l'heure, la jeunette pneumopathe planche avec ardeur sur l'épreuve d'hist-géo-éducation civique (enfermée dans la cuisine, on n'a pas trouvé mieux pour l'isoler de toute agitation parasite...notamment le passage inopiné de chats sur sa table de travail...)

De chats, tiens, justement, parlons-en !

Car c'est LEUR ANNEE qui commence, et donc la mienne, puisque c'est mon signe chinois (et pareil pour Angel 2, Guillaume et autres copains...)

Et là, vous allez vous demander si l'axe de rotation dont il était question dans un précédent papier, va encore changer la donne...

Pas à ma connaissance, et c'est tant mieux, parce que déjà, à la base, être CHAT chinois, c'est pas simple, vu que ces gens-là, très confusément, ne semblent pas bien faire la différence entre les chats et les lapins.

Ni dans leur cuisine, à ce qu'on laisse souvent croire, ni dans leur zodiaque.

Et c'est embêtant dans les deux cas (pour votre Gazetière, au moins !)

Chat, j'aime.

Lapin, beaucoup moins.

Mais il paraît que c'est comme ça. Et comme par hasard, Google a choisi le LAPIN pour entrer dans cette nouvelle année ! Grrrrrr....

lunarny11-hpi.gif

Chatouillez le petit lapin-chat et vous pourrez lire votre super Zoroscop' chinois !

 

 

Repost 0
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 15:39

Amis de la Gazette, je ne résiste pas à la publication d'un article tout à fait nombriliste et probablement sans intêret, mais voyez-le comme un ex-voto d'azulejos que je plaquerais au mur de la chapelle de Sainte Astrologie pour la remercier de sa bonne volonté indéniable à délier d'un coup le noeud zodiacal qui  entravait le long fleuve tranquille de ma vie de Gémeau-pas-vraiment-gémeau-mais-taureau-en-fait.

Car voilà, du fait que, à cause d'Angel 2 qui m'a ouvert les yeux alors que je n'en demandais pas tant, je ne savais plus vraiment à quel signe je devais me vouer, eh bien, sachez-le, tout était en stand-by dans mon ciel astrologique, ce qui créait une sorte de bouchon planétaire digne de la rocade le vendredi soir à 17h quand un camion se retrouve en travers du pont d'Aquitaine dans le sens Bordeaux-Paris.

Y avait comme qui dirait un brouhaha interstellaire qui empêchait mes planètes de tourner bien rond.

axe.jpg

Il fallait que je fasse un choix, et vite ! J'ai donc décidé officiellement de rester gémeau, parce que, hein, je suis maintenant bien habituée à ce signe, c'est de l'acquis qui vaut bien de l'inné. Mais ce serait malhonnête de faire semblant de n'être au courant de rien concernant cette rotation de l'axe qui change tout !

Donc, j'ai choisi de garder les qualités du gémeau, qui elles, ont suivi la rotation, je le sens, et donc, qui font toujours partie intégrante de ma nature intrinsèque. A savoir (mais vous l'avez déjà remarqué...) : compréhensif, communicatif, sensuel, débrouillard, généreux, excentrique (légèrement), intellectuelement curieux... Je cite les principales :-)

Par contre, j'ai confirmation maintenant de ce que je subodorais depuis un certain temps : les défauts du gémeau sont restés en rade, là, de l'autre côté du ciel, je ne sais pas qui en a écopé, ça ne doit pas être perdu pour tout le monde... mais moi, c'est plus dans mon ciel, Alleluiah! comme chanterait Leonard !

Aucune raison, donc, de me croire insconstante, agitée, bavarde, immature ou superficielle... Parce qu'à la place, j'ai gagné les qualités du taureau, eh oui, parfaitement ! Ordonnée, MODESTE, sensible, sincère...

Aahahahh!

Elle est bien faite, cette rotation de l'axe !

Et du coup, maintenant que je sais à nouveau qui je suis, mon ciel qui ne savait plus dans quel sens tourner et semblait rester en orbite en faisant du surplace, mon ciel, donc, a retrouvé tous ses degrés, ses Maisons, ses trucs astrologiques nécessaire à la bonne marche de mon zodiaque, quoi !

2011-horoscope.png

Je ne sais pas si j'ai la Lune en Bélier, Vénus en Lion, Mercure en Capricorne ou autres combinaisons délicieuses, mais en tout cas....

- j'ai réussi à obtenir une vraie personne vivante qui m'a parlé en direct en appelant le 3646 (CPAM), et qui m'a dit un truc bien, en plus ! (l'éleveuse de mouches (elle me comprend) pourra se faire soigner.)

- GINette, sous mes yeux, a réussi une règle de 3 et on a pu savoir combien d'oeufs pondaient 6 poules en 9 jours (fondamental pour les futurs patients de la damoiselle!!!)

- 3/4 a été malade, certes, mais ce n'était pas la grippe, et elle est guérie.

- la pneumopathe semble réagir au nouveau traitement...Merci Seigneur!

- mon colis parti le Chine le 20 décembre était dans ma boîte ce matin (j'y croyais encore!)

- d'après ma collègue qui a consulté sa banque, les heures sup'  durement gagnées au 1er trimestre nous seraient enfin payées (j'y croyais encore aussi!)

- ma carte-jeune* musique Amazon fonctionne et les téléchargements bloqués se sont débloqués ( tellement si bien , tellement si fort, que j'ai parfois 3 fois le même fichier...)

 

Alors, vous voyez, je suis absolument ravie d'avoir choisi ma position dans le Zodiaque, il était temps, Lecteurs chéris, et je ne peux que vous encourager, si vous sentez quelques blocages dans votre quotidien ces temps-ci, à vite vous positionner et à le faire savoir à votre ciel pour que tout reparte comme sur des roulettes !

 

* Oui, j'y ai droit...

Repost 0
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 21:41

Lecteurs de La Gazette, sachez rendre hommage à la jeune et talentueuse artiste de DonaldVille qui, malgré un état de santé plus que préoccupant et terriblement invalidant, a tenu à être sur scène vendredi soir dernier pour tenir avec brio son rôle dans Les fâcheux, de Molière.

C'est qu'elle avait un rôle de vedette, il faut bien le dire, interprétant avec dignité et grâce, Orphise, la bien-aimée, le tourment et le bonheur d'Eraste, héros de cette comédie-ballet.

L'amoureux transi espère sa belle, l'attend fébrilement, constamment dérangé par de fâcheux "crampons" qui le sollicitent, lui racontent des aventures qui n'intéressent qu'eux-mêmes, lui demandent conseil, le prennent à partie, lui demandent jugement... Ennuyé par les ennuyeux, il la manque quand elle arrive enfin, courroucée de le voir "si bien occupé" alors qu'elle venait à lui... Ah la coquette ! Ah comme elle le traite avec injustice ! Croyez-vous qu'il lui en tiendra rigueur ?

orphise-.jpg+

Apparemment, non !

Ah, l'AMOUR !!!

 

Bravo à ma Tite Dernière, qui a véritablement "tout donné" ce soir-là... et qui le paye cher aujourd'hui, la pauvre !

Mais, franch'ment, rien que pour la robe... hein...:-D ça valait le coup !

Repost 0
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 12:28

D'accord, Lecteurs chéris, il fait froid.

C'est vrai, Lecteurs bien-aimés, il souffle même comme une sorte de blizzard, surtout le long de la piscine... on le sent très bien, notamment à vélo, quand on pédale contre lui....

Vous avez raison, Lecteurs adorés, si vous me dîtes que la météo nous annonce des températures négatives pour ce week-end, si vous m'affirmez que ce matin, au-delà des boulevards, les voitures étaient givrées, si vous m'opposez qu'on est encore à deux mois pile du Jour J.

Et pourtant...

Voyons plus loin que le bout de notre petit nez rougi par cet hiver barbare.

Voyageons en pensée vers des contrées plus clémentes où les saisons ont d'autres couleurs, d'autres odeurs, d'autres climats...

Hier, 20 janvier, c'était la fête en Israël !

newyeartrees11-hp.jpg

 

Tou Bichvat, qu'on appelle "le nouvel an des arbres".

 

J'apprends que TOU signifie 15 en hébreu (un jour, j'apprendrai l'hébreu, si, si!), date fixe de la fête au mois de Chevat dans le calendrier hébraïque.

En gros, chez eux, c'est une date fixe, dans notre Kalender, c'est mobile. Et cette année c'était le 20 janvier.
Enfin, ce qu'il faut retenir, c'est que là-bas, ils sont vachement en avance sur nous, hein !

Déjà, ils ont des siècles de plus dans leur calendrier, mais en prime, ils fêtent la fin de l'hiver carrément 2 mois avant nous : le bol !

 

Mais j'ai dit "Fête"... Que fait-on, alors ?

Je lis que "En Israël, à Tou Bichvat, la coutume veut que l'on plante des milliers de jeunes arbres, destinés à faire reculer le désert et à bien marquer le lien étroit qui existe entre l'homme et la nature. Les Juifs de la Diaspora qui ne peuvent être sur place peuvent faire un don pour qu'un arbre soit planté en leur nom."

 

Et là, Lecteurs amis de la Nature et même les autres, je tiens à vous préciser que même si je ne suis pas juive, c'est un fait, et donc, que je n'appartiens pas à la Diaspora, cependant, je fête moi aussi Tou Bichvat, figurez-vous !

Ben oui ! Je vous annonce très officiellement  que quelque part en Israël (à Tel Aviv, plus précisément)  il y a quelques noyaux de dattes qui sont en commande pour venir se diasporer chez moi, à DonaldVille !

Vu que parmi les noyaux que j'avais moi-même ramenés, le petit dattier qui avait bien voulu pousser sur mon balcon a malencontreusement péri durant une opération de sauvetage que j'avais lancée pour le mettre à l'abri du gel... Une désolante bavure qui m'a énormément émue....

Mais reste l'espérance, toujours !

Donc, une arrivée de nouvelles "graines" devrait avoir lieu d'ici quelques semaines pour plantation et tentative d'acclimatation de petits arbres du Pays de Jésus !

 

Mais j'ai dit "Fête"... Que mange-t-on, alors ?

"Lors de Tou Bichvat, on se régale de fruits, parmi lesquels figurent généralement le raisin, la grenade, la figue, la datte, l'olive, les fruits du caroubier et de l'amandier. La beauté de la fête exige que l'on réunisse sur la table au moins quinze sortes différentes de fruits, les plus rares et les plus exotiques ajoutant encore au plaisir des convives"

 

J'insiste sur le fait que même si je ne suis pas juive etc. j'ai quand même tenté d'offrir des fruits variés à la table où je festoyais hier soir : bon, j'étais loiiiiin de 15 ! Mais y en avait quand même trois : pommes, ananas et mangue.

Bien cuits et sous forme de tarte, c'est pas très règlementaire sans doute... mais c'était bien bon (n'est-ce pas Petit Angel ?)

 

Repost 0
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 10:30

DonaldVilliens, heureux habitants de France, si vous mettez en route aujourd'hui votre moteur Google, vous aurez le plaisir de découvrir un joli doodle rendant hommage à Cézanne.

cezanne11-hp.jpg

 

Cela vous rappelle, kékchose...oui... C'est sa Nature morte aux pommes et aux oranges.

Et figurez-vous que ça ne pouvait mieux tomber, ce superbe logo, parce que c'est une ode aux couleurs que je voulais justement écrire aujourd'hui dans ma chère petite Gazette !

Depuis cette nuit, j'ai ça dans la tête : je sais comment je veux vous raconter le bel opéra que j'ai eu l'immense bonheur de voir et écouter hier soir. Avec une palette de couleurs franches et contrastées, comme l'a décidé la mise en scène d'hier soir.

C'était au Pin Galant, où l'on donnait La somnambule, de Bellini.

Au départ, c'est un vaudeville, sans doute, mais où l'on rit peu : c'est avant tout une très romantique histoire d'amouououour...

 

VERT : le décor, la sène, le fond, les costumes du choeur : robes, chapeaux, manteaux... Beaucoup de vert, pour évoquer la Suisse, la campagne, le printemps... Une histoire qui commence par une liesse villageoise totale : on va célébrer des noces très attendues, entre la "petite chérie du village (sorte de rosière) et son amoureux bien aimé de tous. Du vert donc, mais peut-être un peu trop... Le vert, à force d'être cru, finit par évoquer aussi une sorte d'acidité, voire même de manque d'oxygène, comme dans certains bassins étouffés par les algues. Dans ce village, tout semble aller pour le mieux, mais....

ORANGE : l'opposé du vert entre en scène. Une rousse flamboyante et qui bout de jalousie. Seule avec sa chevelure de flamme et son habit de feu, elle se démarque de la troupe des habitants fondus dans le paysage. Elle enrage, car, ancienne préférée du marié, ce n'est pas elle aujourd'hui l'épousée. Ce petit feu-follet chante sa rage et son dépit... et l'on pressent que le tableau risque de perdre de son éclat bientôt.

BLANC : la pure Amina, mariée à la voix de cristal occupe l'espace vec une grâce et une légèreté aériennes. Arrive l'époux, blanc aussi, et ces deux anges attirent toute la lumière de la scène, blancs tels des lys dans une verte vallée.

VIOLET : théâtrale arrivée d'un étranger, haut, massif, chevelu (la barbe en plus, on aurait cru à un Raspoutine exilé!).

Que vient faire cet imposant homme de la ville au coeur de ce petit village perdu dans les montagnes helvètes ? Son long manteau de voyage qui lui tombe jusqu'aux pieds n'est pas sans rappeler quelle cape infernale. Et ce violet qui tranche, couleur du mystère et du péché... L'équilibre est rompu, on pressent que ce violet va vite faire écho à l"orange, pour créer quelque orage dramatique...

ROUGE : le lit-sofa du déshonneur. Dans la chambre du fameux étranger (dans les faits, le comte du château voisin, depuis longtemps porté disparu, château qui domine le village tout comme ses maîtres dominent d'une autorité naturelle les villageois consentants), Lisa l'orange laissera un peu de sa vertu... et la blanche Amina sera retrouvée endormie. Malheur à elle ! Irréprochable colombe qui n'est arrivée là que parce qu'elle souffre de somnambulisme, maux inconnu du village, qui jettera sur elle une injuste suspiscion de trahison ! Ce n'est plus  de l'autel du mariage dont il est question, mais de l'autel du sacrifice de l'innocente !

Rouge de la colère aussi : le marié, blessé en son coeur autant qu'en son amour propre, va arracher la bague du doigt de la pauvre fiancée qui faillit bien en mourir...

NOIR : la blanche colombe est maintenant toute de noir vêtue, telle une macabre robe de mariée en deuil, jusqu'au long voile de tulle qui est à présent couleur de suie.

Triomphe momentané de l'orange : le fiancé trahi, in petto, décide d'épouser Lisa, son ancien amour.

 

Mais le comte, violet qui révèle et qui sait, va tenter d'expliquer le phénomène.

On peine à croire à cette histoire funambulesque de somnambule...lorsqu'apparaît, sur les remparts, blanche dans sa chemise, l'endormie qui chante encore son amour haut et fort, en équilibre précaire, éclatante dans le BLEU de la nuit.

Redescendue sur la place, aveugle à ce qui l'entoure, elle s'effondre alors, serrant sur son coeur le bouquet de violettes que lui offrit le fiancé il y a quelques heures : bouquet du bonheur du bonheur promis et déjà envolé. Elle chante ces fleurs fanées et son coeur éteint dans une aria qui tient autant de la prière que de l'air de bel canto.

Magnifique tableau, dans la mise en scène d'hier, où, effondrée dans sa chemise ample, avec son imposante perruque de jais, elle évoquait irrésistiblement Madame Butterfly pleurant son amour envolé...

C'était, Lecteurs adorés et sensibles, d'une beauté et d'une émotion à couper le souffle...

 

Pour vous faire une petite idée, je joins ici précisément cet air célèbre. Tant qu'à faire, j'ai choisi la Callas, hein !

On n'a pas tellement fait mieux depuis, je pense, même si les artistes de l'opéra tchèque nous ont enchantés hier soir, et furent parfaitement à la hauteur de leurs rôles respectifs, soprani éthérés, mezzo vibrante (la mère d'Amina), ténor avec du souffle (c'est pas toujours le cas!) et vraie vraie basse à faire trembler les os !

 

Repost 0
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 09:45

Petit extrait de l'archi-célébrissime Rabbi Jacob***...

Rappelez-vous :

 

Victor Pivert, narquois : Vous avez vu, Salomon ? Ils ont des voitures, maintenant, hé, hé, hé... Ils ont des Rolls blanches, les Noirs.
Salomon : En tout cas, c’est pas à Monsieur que ça risquerait d’arriver...
Victor Pivert : Quoi donc ?
Salomon : Que Mademoiselle épouse un Noir.
Victor Pivert : Qu’est-ce que ça veut dire, ça ?
Salomon, d'un ton lourd de sous-entendus. : Que Monsieur est peut-être un peu raciste.
Victor Pivert, scandalisé. : Raciste ! Moi, raciste ! Salomon... Raciste ! Enfin, Dieu merci, Antoinette épouse un Français bien blanc. Biiien blanc... Il est même un petit peu pâlot, vous trouvez pas ? Avec ses petits boutons…
Salomon, zozotant. : … et son cheveu sur la langue...
Victor Pivert : Il a un cheveu, mais il est riche, riche comme moi, et catholique comme tout le monde !
Salomon : Pas comme tout le monde, Monsieur ; parce que moi, par exemple, je suis juif.
Victor Pivert, abasourdi, après quelques instants de silence. : Vous êtes juif ? Comment, Salomon, vous êtes juif ? (Salomon confirme d'un signe de tête.) Salomon est juif ! Oh !
Salomon : Et mon oncle Jacob, qui arrive de New York, il est rabbin.
Victor Pivert : Mais il est pas juif ?
Salomon, légèrement amusé. : Ben si.
Victor Pivert : Mais quand même pas toute votre famille ?
Salomon : Si !
Victor Pivert, résigné. : Écoutez, ça fait rien, je vous garde quand même.

 

Avec l'humour, on peut tout dénoncer, même si c'est parfois grinçant.

 

Hier, c'était la journée souvenir de Martin Luther King et Google nous a pondu un bien joli petit logo.

Banal aujourd'hui, heureusement, des enfants jouant sur la même marelle ( tous sur la même Terre, tous appelés au même ciel...)

mlk11-hp.jpg

Merci Martin, merci Rosa, merci Angela...

Mais où en sommes-nous, nous ? En vrai ?

Si vous voulez tester vos (éventuels) stéréotypes et préjugés, il y a quelques tests en ligne...

Des tests qui évitent les questions directes appelant des réponses forcément bien-pensantes.

Des tests qui prouvent à quel point on peut être formatés par notre environnement, notre éducation, notre culture...

ce sont des tests dits  "d'associations implicites".

 

Lecteurs curieux de mieux vous connaître, prenez donc quelques minutes de votre précieux temps... Isolez-vous... Il faut être au calme pour l'expérience :-)

Et allez-y, vous ne serez pas déçus du voyage : vous jouerez un peu au rat de laboratoire et c'est assez rigolo.

Et puis, vous réfléchirez...

 

Prêts ?

 

OUI JE SUIS D'ACCORD POUR DIRE LA VERITE, TOUTE LA VERITE, RIEN QU'LA VERITE !

 

*** Merci Wikipédia qui m'a évité de retranscrire moi-même le dialogue  !

Repost 0
14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 11:48

... ça me gêne, ça me gêne !

 

Souvent, je regrette... Des expos fabuleuses, des spectacles à ne pas rater que je rate, évidemment.

Heureusement, parfois, je me laisse embarquer et le miracle a lieu : ce fut le cas pour LE concert de Patti où ma fille m'a traînée pour mon anniversaire en 2007 !

 

Mais là, c'est sûr, je vais juste regretter-de-ne-pas-y-être... tants pis !

Parce qu'ELLE revient, mon idole !

Pour cinq soirées entre la Cité de la Musique et la salle Pleyel...

Avec de la musique, évidemment, mais aussi des lectures (ben oui, elle était poétesse avant d'être rockeuse!), des moments de rencontre...

 

la Patti à Paris !

 

Chanceux Parisiens, va !

 

Patti-Smith.jpg

Repost 0
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 12:34

Il y a quelques semaines, et même quelques mois déjà, Donaldville était en fête et célébrait comme il se doit le passage de l'une de ses habitantes dans la famille des MAJEURS. Pour la plupart d'entre vous, Lecteurs chéris, vous y étiez et vous avez gentiment joué le jeu en illustrant à merveille de dress code fermier de la soirée.

Majeure, donc (et partiellement vaccinée, du reste). Majeure car ayant atteint l'âge charnière de 18 ans.

Mais si la majorité en Europe c'est à 18 ans, ce n'est pas le cas partout dans le monde. Il y a encore des écarts assez sensibles et parfois même étonnants.

Et le voyage dans le temps, embarqués dans la capsule "âge de la majorité", c'est carrément les hauts et les bas du Grand Huit !

En France, avant le 16e siècle, il n'était question que de majorité matrimoniale : le droit canonique  ne s'embarrassait pas de responsabilité civile. On avait l'âge de se marier, ou pas. A savoir, 12 ans pour les filles, 14 ans pour les garçons.

Ouche !

Puis le Roi se mêla de législation et en 1579, on instaura  une majorité civile distincte de la majorité matrimoniale. J'ignore qur quoi on se basa, mais la barre fut placée assez haut (surtout au vu de l'espérance de vie de l'époque...) : 25 ans pour être civilement majeur.

Même âge pour les filles... mais 30 ans pour les hommes en ce qui concerne le droit de se marier librement (sans les parents!).

La Révolution passa par là, et tout "retomba" à 21 ans pour tout le monde en 1792. Et puis, pour le mariage ça remonte pour les gars, allez savoir pourquoi...

25  ans + un acte notarié (cling ! toujours prompts à faire marcher la caisse, ces chers maaaaîtres...) nommé  "sommations respectueuses" qui annonce officiellement aux parents que leur petit pioupiou va convoler en justes noces...

Quant à ces sommations respectueuses, elles donnaient aux parents "d'enfants" largement majeurs le droit de les enquiquiner durant des mois en jouant la montre avec procédure et en les empêchant bel et bien de se marier durant des années !

En 1907, une âme romantique sans doute, a réduit les 3 sommations originelles à une seule : contents pas contents, les Parents Recalcitrants finissaient par être sans recours. Et, tenez-vous bien, ce n'est qu'en 1933 que ce truc a été aboli !!!!

La barre ne cesse de descendre : ce cher Valéry est aux manettes et en 1974, on tombe à 18 ans, majorités et sexes confondus.

Et chez les copains du monde, c'est quand, alors ?

Très rarement à 14 ans (aux Samoa américaines...)

15 ans : pas trouvé !

Quelque fois à 16 ans : chez les porteurs de kilt, par exemple, je l'ignorais, tiens !

On trouve du 17 en Corée du nord et dans un obscur pays en -stan...

18, bon : commun, banal, ordinaire.

19, oui, ça existe dans quelques provinces canadiennes, quelques états américains...

20 : c'est pour les Asiatiques ! Japon, Taïwan, Thaïlande...

21 : y en a encore ça et là, dans quelques pays, sur quelques continents. Amérique du Nord, Amérique Centrale, Afrique, Asie...

Et hop ! L'est fini notre Tour du Monde, mes petits Philéas Fogg !

Alors, on va terminer en beauté, par une Fête (parce que c'est bien connu, à DonaldVille tout fini par une fête)

C'est une fête nippone, le Seijin shiki, cérémonie de la Majorité, qui a lieu annuellement le deuxième lundi du mois de janvier. selon Wikipédia  " La cérémonie a lieu le matin dans des bureaux locaux ou préfectoraux où tous les jeunes (de l'année) concernés sont réunis, après un discours des représentants des officiels, ils reçoivent des présents."

Moi j'aime bien, cette idée de solenniser cette entrée dans le monde adulte. Avec des cadeaux qui disent : "Bienvenue"! 

 

Et un Doodle, ça va de soi!

comingofage11-hpi.png


Repost 0