Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 20:58
...et j'hiberne jusqu'au nouvel an.
Oui, parce que c'est vrai, j'ai mis en jeu 4 énigmes et dans le lot, y en avait quand même 2 de fausses.
Ce qui fait un score carrément honteux, je dois bien l'avouer. La Doc Toc-Toc est à son sommet !
Heureusement que j'ai des lecteurs en bien meilleure forme intellectuelle que moi, qui arrivent à trouver les solutions malgré les errata en cascade...

Alors, oui, oui oui, les chèvres ne pouvaient être que blanches et le gars dont je ne me souviens même plus le nom est bien parti à New York CHEZ Félix et non avec lui...

Voilà, j'ai jeté quelques couvertures et oreillers dans ma tanière, rentré quelques provisions marzipanesques et chocolatesques, et là, telle que vous ne me voyez pas, je saute dans mon gros pyj' de pilou, j'enfile mes énormes chaussettes de montagne et je vais me coucher pour bien me reposer de ce trimestre éprouvant (quand je vous dis que les profs ont VRAIMENT besoin de VACANCES !)


Repost 0
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 18:32
Malgré l'avis de neige et le message d'alerte reçu du rectorat, soyez heureux, lecteurs bien-aimés, la Gazetière a pu regagner les locaux de la Gazette et l'Edition du Soir sortira donc sans retard.
Et il y aura  des GROS BISOUS, comme promis, puisque une partie du lectorat m'a fait l'honneur de relever le défi du précédent article !

Réponse à l'énigme numéro 1 :

 Messire, vous avez bien décodé le message... mais pourquoi dîtes-vous "ne pas comprendre" alors que précisément, vous donnez la solution ??? C'est la phrase explicative qui ne sortait pas ? Bloquée par la neige, probablement...
Comme vous l'avez écrit : "M" "A" "R" "O" "G" "O" "B" " I" "C" "A" "L" "N" "F" "L"" X"....
La phrase peut donc se prononcer en utilisant uniquement le nom de certaines lettres de notre alphabet. Inutile d'aller plus loin !  Marrant, non ?

Réponse à l'énigme numéro 2 :

J'attends, puisque Messire affirme qu'il n'a pas dit son dernier mot.... ;-)

Réponse à l'énigme numéro 3 :

Messire, vous êtes un dieu ! Et cela malgré le fait que j'ai dit n'importe quoi en affirmant qu'il y avait plusieurs réponses possibles, ce qui était vrai dans ma première ébauche d'article et totalement faux dans la version finale après la coupe franche opérée dans la liste !!! N'importe quoi, la Fée, hein !
Ces biquettes auraient pu être enragées, mais ça faisait gore. Bêlantes, j'avais trouvé ça bien, mais apparemment il est parti lors du remaniement, du coup, y avait un piège infâme dans cette énigme...
Un coup de bol que je n'ai pas jeté "blanches" avec l'eau du bain, sinon, lecteurs chéris, vus y seriez encore et je serais plongée dans un profond désarroi devant votre manque d'astuce et de logique... ;-))
Je bas ma couple, Messire, et vous dis BRAVO : le 1er mot de la phrase compte une lettre, le 2d deux lettres, le 3e, trois et ainsi de suite. Du coup, les chevrettes sont forcément qualifiées par un mot de 8 lettres !

Réponse à l'énigme numéro 4 : le statut du dénommé Achille Bouton (un cousin d'Hercule melon ?)

Oui, et encore oui pour le Messire au top de sa forme avec ce temps du Nord qui lui rappelle sa naissance canadienne et sa jeunesse Lens(aise /soise) et, manifestement, c'est bien le seul ici dans ce cas, car notre Gross chéri, lui, malgré ses origines très-trèèèès au nord-est, n'a pas réussi à complètement dégeler son système cérébral d'élite de la nation.
Faut dire, à sa décharge, qu'il vit un moment très particulier de sa vie, un moment de CHANGEMENT et d'ENGAGEMENT qui, bien entendu perturbe hautement son équilibre interne et chamboule son sens inné de la résolution d'équation à 10 inconnues. Luthérien de mon coeur, l'Amiral est une très belle réponse du point de vue du prestige et du rêve, ce qui te vaudra de gros bisous dès que je croise, mais dans cette énigme, c'était malheureusement une des 2 mauvaises réponses  possibles...;-) L'autre (mauvaise) c'était Président.
Notre cher Achille était un chef, parce que dans cette phrase chaque mot commençait par une lettre de l'alphabet définie selon son rang : 3e mot = 3e lettre = C.
Donc...commandant, capitaine ou colonel : voici les 3 bonnes réponses !
Bravi ( un bravo, des bravi) encore à Qui de Droit !!! :-D

Quant à L'angel, elle est carrément perdue dans sa musique : on ne le lui reprochera certainement pas !
Elle aura donc des bisous de participation, cela me semble juste !

Réponse à l'énigme subsidiaire : pas mal le camping pour Carla, belle astuce, appréciée par la Rédaction !!!
Repost 0
16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 19:33
Lecteurs frigorifiés d'un DonaldVille transi ( on nous ment, la banquise ne fond pas : elle se déplace!) la Gazette vous offre une petite occasion de de réchauffer vos synapses gelées. Quelques petites minutes (ou secondes pour les plus zélés) de réflexion, ça carbure dans les méninges et de suite la température monte !
Ce seront de petits jeux de lettres et de mots, pour vot'plaisir Msieurs-dames !

n°1
Emma et Roger, obéissez à Hélène et Félix !

Abonnés sagaces, pourquoi donc ces prénoms en particulier ???


n°2
Le vingt décembre,
Jacques part à New-York avec Félix
(encore lui ?? ben oui !).

Cette phrase a quelque chose de remarquable... Quoi, quoi, quoi ?

Attention, le degré augmente, enlevez une épaisseur de laine (mais ceci n'est pas un strip poker, non, non, non !)

n°3
A un ami, Joël donna quatre chèvres stupides, bruyantes, totalement effrayantes, complètement consternantes, définitivement abracadabrantes !

Lecteurs au talent acéré, dîtes, dîtes... Ces chèvres, au lieu d'être stupides auraient-elles pu, logiquement, être :
affreuses ?
agiles ?
blanches ?
idiotes ?
noires ?
rousses ?
tachetées ?
têtues ?


Il y a plusieurs choix possibles :-))

Allez, maintenant que vous avez enfin CHAUD, une pas trop difficile, il me semble :

Achille Bouton, chef des énergumènes fugitifs,
grand hurluberlu impassiblement jaloux, kidnappa,
le mercredi neuf octobre (NDLR : anniversaire de ma Mamy !)
Pollux Quenotte, restaurateur sans travail urgent,
vieux Wallon xylophage, yoyotant, zonard....

Cet Achille soit-disant "chef" pourrait-il être capitaine? Commandant ? Colonel ? Amiral ? Président ?

Alors, alors, alors ???

Et pour la bonne bouche, à vos imaginations débridées  :

Alice allait à Agen.
Léo lisait lentement le Larousse.

Que faisait Carla pendant ce temps ???

De GROS BISOUS et toute la considération de la Gazetière à qui répond à ces petites énigmettes !
Repost 0
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 20:28
Bon, lecteurs chéris, soyez francs, dîtes-moi la VERITE : en ai-je vraiment, VRAIMENT besoin ?
Parce que... moi, il me semblait que ça allait plutôt bien...
Que je pouvais faire des craquages Nutella - Pain d'épice - Milka - Marzipan - Bière - Magnum - Bounty et j'en passe...(bon ok, y a l'histoire des triglycérides, mais bon...)
Il me semblait que la Nature et l'hérédité m'avaient plutôt gâtée (merci Maman), avec mes 173 centimètres de haut et mes 58 kilogrammes le soir.
Mais tout le monde ne pense pas comme moi, voilà, il fallait que je vous le dise.
Je suis victime de harcèlement non-subliminal sur ma boîte journalistique. Celle qui me sert de BP pour la Gazette.

Regardez si j'exagère :

19 novembre :  Perdez jusqu'à 15 kilos avant Noël

19 novEvidemment, je ne réponds pas...

26 novembre : Perdez enfin 6 kilos avant l'hiver (ce que je préfère, c'est le "enfin" !)
Bon, ils ont dû trouver que 15kgs, c'était peut-être un peu beaucoup... Du coup, ils ont abaissé la barre, pour paraître plus crédibles...ou faire moins peur...

26nov

Bon, je ne réagis pas encore, je ne me sens pas encore concernée.
Le Corbeau va donc en remettre une couche... à peine trois jours plus tard.

29 novembre : Exclusif: Soyez Belle et Mince pour Noël (on rajoute "belle", au cas où j'aurais pas compris que je suis sans doute moche, l'argument du poids ne semblant pas suffire)29nov

Et puis, comme il faut battre le fer quand il est chaud...

2 décembre : Retrouvez votre ligne avec le sourire! (c'est peut-être que j'avais peur que faire le régime ce soit triste...Eh bien non en fait, j'aurais tort de me priver du plaisir de la diète !)

2dec
La chrononutrition, c'est quoi ? regarder la montre en se demandant "C'est quand qu'on mange ???"
Pffff.... Comme dirait le monsieur, les chiens aboient,  la caravane passe.

Mais attendez, lecteurs compatissants, ce n'est pas fini... La ZigoBelle, elle s'en fiche de Noël ? De l'Hiver ? Le sourire, ça ne la tente pas ? Pas grave, on encore des lapins dans notre chapeau d'affameurs infâmes !

4 décembre : Moi aussi, je maigris pour la vie ! ("pour la vie" oh, les grands mots ! Vous admettrez que là, c'est carrément une question existentielle!)
4dec

Non, mais, hé, toi ! On t'a demandé kekchôse ???
Et puis, franchement, l'argument "moi aussi", on voit bien que tu ne sais pas à qui tu t'adresses, hein, le frisé à lunettes ? Comme si j'étais du genre à subir la pression du groupe !!! Une suiveuse, la Gazetière ? Vous rigolez?

Fertig ? Oh que non !

10 décembre.... Devenez mince pour les fêtes, c'est encore possible!

10dec

Alors là, quand même, je regarde et je me dis....... ben oui, rappelez-vous la Majorette Noël de Bruges samedi, hein...?
Regardez donc ! Céty pas la Gazetière, là, en photo ??? Avec son mètre de couseuse, en plus ?
Quoi quoi quoi ? Ils s'adresseraient donc vraiment à moi ??? :-D

Bon, alors, Lecteurs de bon conseil, je fais quoi ???

J'arrête les Pyrénéens dont Dom nous gave au CDI ?
Je renonce aux petites bières du Molly Malone ?
Je fais don de tous mes desserts allemands de Noël aux voisins ?
Je refuse tous les gueuletons de fin d'année à partir de demain ?
Quoi que, demain, ce sera déjà trop tard.
La Mère Noël du Marché, c'est demain, donc...
Comme dirait Angel le Jeune : un (profiterole) de plus ou de moins, c'est pas ça qui changera grand chose... ;

Je vais donc de suite, lecteurs chéris, faire un grand autodafe de ma boîte mail, geste aussi symbolique que purificateur.
Regardez une dernière fois ce qui va être réduit en cendres virtuelles dans quelques secondes...

BAL

ET pffffuit ! (ça fait du bien!)

Repost 0
9 décembre 2009 3 09 /12 /décembre /2009 14:16
Comme vous l'avez peut-être compris si vous avez lu l'article précédent, hier, donc, au Collège, ON VACCINAIT.
Un peu plus d'une centaine d'élèves avait répondu OUI à l'Appel Citoyen. Du moins leurs parents.
Dans deux salles de classe habilement transformées, grâce à des  grilles d'exposition recouvertes de tentures, en dispensaire, on recevait donc les volontaires selon un protocole compliqué et strictement respecté par la Grande Chef.
On gâtait nos petits avec quelques friandises destressantes.
Les camarades exemptés compatissaient, se réjouissant plus ou moins en cachette de ne pas faire partie du troupeau des élus.
Le soir, les piqués du jour se plaignaient d'avoir très mal au bras : qui ne connaît cette ankylose douloureuse post-vaccinale ?
Et ce matin ?
Eh bien, l'on constata, bizarrement, un taux exceptionnel d'absents dans la population (bientôt) immunisée.
Ces petits font une "réaction" (inattendue, étrange, exceptionnelle) au vaccin.
Quelques petits symptomes qui les empêchent d'aller à l'école...
40°C de température, mal partout...et tutti quanti.
Au moins, avec des symptomes comme ça, ils sauront à quoi ils échappent. Ils sauront ce que c'est, une grippe. Et ils apprécieront sans doute de ne pas pouvoir l'attraper... ;-))






Repost 0
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 13:41
...encore que, quand je dis "Sommet", je suis modeste.
L'apothéose culturelle de la CUB au mois de décembre, c'est mieux, et c'est sans doute plus près de la vérité.
Ce n'est pas... le Lac des cygnes au Grand Théâtre.
Ce n'est pas... Stomp au Fémina.
Ce n'est pas ... non, j'arrête de vous faire languir.
L'apothéose, c'est samedi prochain au Marché de Noël de Bruges.
Parce que non seulement on prévoit l'arrivée du Père Noël descendant du ciel (mais comment ce deus ex machina arrivera-t-il, Sud-Ouest ne l'a pas dit, faut aller voir sur place, surprise, surprise !!!), mais surtout, SURTOUT, lecteurs adorés vous allez en baver, là, vous n'allez pas tenir jusqu'à ce fatal samedi-qui-arrive... y aura aussi des MERES NOEL cette année!
Et devinez ? Notre quotidien régional le dit texto : "Ces Mères Noël sont jeunes et aiment danser"...Car ce ne sont rien de moins que des MAJORETTES déguisées !!!
Imaginez-moi ce matin dans mon CDI, ouvrant mon cher journal (petite pause sucrée au milieu d'une grande séance douloureuse de comptabilité de mes abonnements...), dévorant l'actualité culturelle locale de Bruges (d'aucuns diront, perplexes, "Bruges?? La Zigo ??? Est-ce bien ELLE" qui écrit cet article ou bien a-t-on hacké son blog???" Mais oui, rassurez-vous, abonnés adorés, c'est bien moi, je lis la locale de Bruges, je sais, je sais... No comment, please).
Imaginez-moi donc, que diable!, découvrant que des Majorettes allaient transformer notre petite bourgade en phare culturel éblouissant tout le reste de la Communauté Urbaine ! Oublié, Evento! Noyée, la Fête du Fleuve ! Sitôt lu, sitôt annoncé bruyammentà mes collègues, qui n'en pouvaient mais. Il paraît que ce matin, je suis plus Toc-Toc que jamais (et tout ça parce que quand Dom est arrivé, sans lui laisser une seconde pour souffler, je lui ai dit qu'il fallait qu'il aille de suite se faire vacciner en salle 020, qu'on l'avait fait ce matin Fab et moi, ordre formel du chef, et que ça urgeait... MDR ! Lui qui a peur des piqûres et du sang, il était vert !).
Bon, donc, ça et quelques autres menues débordements (dont Barbara Ann des Beach Boys que j'ai chanté devant les élèves ravis) m'ont valu d'être cataloguée de Grippeuse de la tête ce matin.
Grippeuse de la tête, sans doute, puisque y a pas de vaccin. Alors tant pis.
Or doncques, lorsque je vis l'histoire des MAJORETTES de Bruges, j'ai immédiatement annoncé que je faisais partie du casting et que qui voulait voir la Super Mère Noël avait rendez-vous samedi au Marché de Noël.
Eh bien, croyez-moi, lecteurs adulés, les petites Pépettes de 6e qui étaient là autour de moi n'ont même pas tiqué ni trouvé que je ne ferais pas une MAJORETTE d'élite ! Non, j'ai bien demandé à la mignonne qui était devant moi, eh bien, elle a dit que oui, ça m'irait très bien Majorette Mère Noël !!!
Et Toc ! Le truc comme quoi la vérité sortirait de la bouche des Zenfants, je le reprends à mon compte dans cet épisode précis, voilà !
De toute façon, ma Maman m'est témoin, Majorette, quand j'avais 6 ans, j'en rêvais, pour défiler avec les "messieurs blancs". Même qu'à Noël, j'avais eu la panoplie (parce que mes parents, eux, bizarrement, une fille majorette, ça ne les faisait pas rêver du tout, du coup, j'avais la panoplie et c'est tout, contente-toi de ça ma belle!). Ceci dit entre nous, du reste, cette panoplie c'était de l'arnaque : moi, ce que j'aimais par-dessus tout dans la tenue de majorette, c'était les BOTTES BLANCHES à lacets. Et évidemment, dans la panop', y avait PAS les bottes. Y avait juste des guêtres en plastoc. THE deception !!! Et en plus, je ne pouvais même pas en vouloir au Père Noël, parce qu'à 6 ans, ça faisait un bail que j'y croyais même plus...
M'en fiche, 40 ans plus tard, je tiens ma revanche : des bottes, j'en ai, et de toutes les couleurs, en plus !
Et cette année, je serai MAJORETTE au Marché de Bruges.
Voilà. Quand je vous parlais d'apothéose, hein, je ne vous mentais pas.
Maintenant, il faut que je vous laisse, parce que je dois téléphoner à M.Vincent, qui m'aime bien et qui me fait toujours de gentils sourires au CA, pour qu'il me fasse admettre dans la Troupe du Père Noël et qu'il me donne le calendrier des répétitions pour être au top samedi. Voilà.
A bientôt, Public vénéré !!!
:-D
Repost 0
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 17:47
... c'est que quand tout va vraiment très mal dans un PC, on n'a plus peur de rien.
Plus peur d'appuyer là où il ne faut pas, plus peur d'aller dans des coins de la machine où seuls les spécialistes doivent s'aventurer, on n'a plus peur d'afficher les dossiers cachés, et, encore mieux, quand on finit par ne plus accéder à rien du tout parce que la chose est cliniquement morte ou quasiment, plus peur de passer dans la quatrième dimension, derrière le Rideau du temple, dans le BIOS et le SETUP, Terres Sacrées peuplées des commandes en ANGLAIS et autres codes cryptés (Ah ! la console de commandes!!!)
Ah mes chers lecteurs, si vous saviez les douces et hallucinantes heures que je viens de passer devant mes écrans, lulus roses sur le nez, à mes côtés des  solutions extraites des forums  où errent les désespérés de mon espèce et leurs sauveurs potentiels.

F2, F5, F8, F12... En voulez-vous, en voilà ! CD de restauration, plantage en boucle, mode sans échec qui ne fonctionne pas mais qui fonctionne quand même assez pour empêcher l'installation de XP (traduction : la transplantation ne se fait pas...)
Sur Deezer, comme un coeur qui bat, We three : Patti  parle de nous trois. Marguerite (my personal computer : le conseiller),  Bottinette (le personal computer des Grillons : la victime ) et votre Gazetière.
Notre relation, avouons-le est aussi confuse que dans la chanson, je me mélange les doigts entre la souris de l'un, le pavé tactile de l'autre, le deuxième clavier externe du permier... Pas grave, Sugar baby Love : oui, Rubettes de mon coeur, je l'aime ce petit PC et je vais tout mettre en oeuvre pour le sauver.
GreenDay : Know your ennemy. Sur Deezer, ils disent qu'il faut connaître son ennemi. Le mien s'appelait, au départ, System defender, et c'est pour avoir voulu l'affronter en mode sans échec que j'en suis rendue là, on a Highway to Hell, oui c'est tout à fait ça, ACDC ! Plus ça avance, plus on s'enfonce vers les ténèbres (Because the night, Patti, Because the night !)
Deezer déroule immuablement ma playlist, elle m'aide à mesurer le temps où je m'absorbe, lancée et relancée que je suis éternellement , par des redémarrages en boucle...Boucle infernale, on a passé le Styx, c'est certain.
The river of tears, rivière de larmes, tu l'as dit, bouffi - t'as raison, Clapton !
Là où j'ai échoué, dans cet endroit de la Bête, au bout de je ne sais quels méandres infernaux, j'écris en lettres de feu des mantras diaboliques : fixmbr, fixboot...et le terrifique rebuilt !!! Des /, des : pour pimenter la sauce.... tremblez, bonne âmes. Rien de pire, mais rien de mieux. Bon.
Break it up ! Dans quel sens exact, Patti ? Dois-je tout casser, démembrer, bousiller ? Ou bien, dois-je "partitionner"  le DD, comme on me le propose à cette étape ??? J'erre en terra incognita, suivant à la lettre des instructions que je ne comprends même pas si ce n'est que j'en mesure le fatal danger !
Partitionnons, partitionnions ! Pour effacer, appuyer sur S. Allez, c'est fait ! T'es sûre ? Pourquoi Windows, à chaque fois qu'il me dit de faire un truc, me demande après que j'ai obtempéré, si je suis bien sûre d'être d'accord ??? C'est anti-pédagogique et ultra-culpabilisant, parole de prof ! de toute façon, je suis du genre têtu, donc j'avance, et pas de retour en arrière ! People have the power ! merci Deezer de menvoyer Patti pile quand j'en ai besoin !
La dernière chance du dernier moment, quand tout est cuit, le famous Reformatage de la Mort aura donc lieu ! Rien ne nous sera épargné. Re setup, un miracle, je comprends comment faire booter le disque à la place du lecteur de CD. La Force est avec moi !
Gone again, Patti ! Tu l'as senti !
Gloria, Gloria! Encore toi, Mrs Smith, et j'aime ça!
Tiens donc, mais ça mouline dans la machine ! Et un écran pour presbyte (à m'en faire enlever mes lunettes tellement c'est gros) m'annonce que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes virtuels et que je vais adorer XP et sa nouvelle version d'interface vachement bien faite !
Allelujah ! chante  sensuellement Leonard Cohen dans mon Deezer qui n'a jamais été si inspiré !
Quant à moi, j'ai donné The best of me, sur ce coup-là, je crois bien ! T'as bien raison, R.E.M : et ce n'est pas une commande !!!
Everybody's gotta learn sometime.
Je vais donc pouvoir enfin atterrir, sauf que bon, comme vous vous en doutez après cette éprouvante séance de secourisme ultime, y a plus un pilote dans cet appareil...
Le son, le Net et autre menues gourmandises, ce sera pour le prochain épisode !!!
Et en attendant... N'oubliez jamais, de répéter à vos ados de 13 ans de ne pas cliquer sur n'importe quoi pour fermer les fenêtres en anglais qui vous empêchent de parler tranquille sur Facebook... ;-))
;-))
Timeo Danae et dona ferentes.
Repost 0
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 17:51
...la Gazette se doit tout de même de publier un petit truc pour marquer le début de l'Avent, s'pas, lecteurs bien-chéris ?
Ce temps apocalyptique, comme nous l'a bien expliqué Francis ce dimanche, ce temps de la Révélation (du grec apocalypsis,  proprement « révélation de Dieu »), quand le divin crée une brèche et se connecte à l'humain, quand le divin prend chair, quand le Royaume se révèle et s'incarne.
Pas trop de quatre semaines pour s'y préparer, finalement... ;-)
Pour fêter cette entrée sur notre chemin de Veilleurs, votre Gazetière sort enfin de ses tiroirs une jolie prière, qui lui fut offerte il y a de longs mois par un lecteur luthérien (LE lecteur luthérien, devrais-je dire...).
La chose était trop belle pour la servir n'importe quand, et je la gardais donc au frais pour une occasion à sa hauteur.
C'est une profession de Foi interreligieuse qui fut dite lors d'un culte à l'église de notredit lecteur luthérien.

Confession de foi chrétienne du Dieu vivant

Shafique Keshavjee***, in Missi 53/ Mission 79

 

            Avec tous nos frères et sœurs chrétiens, nous confessons que le Dieu Unique est Père - au-delà de tout et de tous -, Fils - s’approchant de tout et de tous - et Saint-Esprit - au-dedans de tout et de tous.

            Nous confessons que le Dieu trois fois Saint est mystère d’infinité et de proximité, de communion et de communication, de tendresse et de justice.

 

            Avec nos frères et sœurs en humanité juifs, nous confessons que Dieu est le créateur de l’univers et qu’il est le saint.

            Et différemment d’eux, nous confessons que le créateur s’est fait créature et que le saint s’est incarné.

 

            Avec nos frères et sœurs en humanité musulmans nous confessons que Dieu est le tout-puissant, le parfait et l’immortel.

            Et différemment d’eux, nous confessons que le tout-puissant a accepté d’être fragile, que le parfait a porté nos imperfections et que l’immortel, par la mort et la résurrection de Jésus, a transfiguré notre mortalité.

 

            Avec nos frères et sœurs en humanité hindous, nous confessons que Dieu est l’Un indescriptible.

            Et différemment d’eux, nous confessons que son unité est multiple et ne se résorbe pas dans l’un.

 

            Avec nos frères et sœurs en humanité bouddhistes, nous confessons que la réalité ultime est inexprimable.

            Et différemment d’eux, nous confessons que l’inexprimable s’est exprimé, non comme “vide” impersonnel (shûnyata) mais comme personnalité qui s’est “vidée” (kénose).

 

            Ainsi avec les religions de l’orient, nous confessons que Dieu est silence et souffle.

 

            Avec les religions juive et musulmane, que Dieu est parole.

 

            Et différemment de toutes, nous confessons que Dieu est tout à la fois silence, parole et souffle, Père, Fils et Esprit, que la source silencieuse s’est faite parole, que la parole s’est faite chair et que par le souffle de la parole toute chair peut devenir une parole animée à la louange de Dieu au-delà de tout.

 

            Avec nos frères et sœurs en humanité sans religion et de bonne volonté, nous confessons que les droits de l’homme et de la femme sont inaliénables.

            Et différemment d’eux, nous confessons que l’humain est image du divin.

 

            Avec l’apôtre Paul et tous les chrétiens de tous les temps, nous confessons la divinité, l’incarnation, la mort, la résurrection et l’élévation de Jésus, Fils de Dieu reconnu comme Messie venu et qui vient.

 

            Cette confession commune nous réjouit intensément.


*** Mini bio :
Shafique KESHAVJEE est originaire de l’Inde. Né au Kenya en 1955, il a vécu en Angleterre avant de s’établir en Suisse. Licencié en sciences sociales et politiques et en théologie, S. Keshavjee s’est spécialisé en histoire comparée des religions (thèse de doctorat en science des religions sur Mircea Eliade). Pasteur dans l’Eglise réformée du canton de Vaud, il a été l’un des fondateurs de l’Arzillier, maison du dialogue à Lausanne, offerte pour la paix entre Eglises, religions et spiritualités. Engagé activement dans le dialogue interconfessionnel et interreligieux, il a consacré une partie importante de son temps à la spiritualité et à la solidarité, à l’écriture et à des débats de société.
Depuis l’automne 2005, il est professeur à la faculté autonome de théologie protestante à l’Université de Genève.
S. Keshavjee est marié et père de quatre garçons . (NDLR : le pauvre !)
Repost 0
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 18:13

Lecteurs bien-aimés, ça y est c'est fait : j'ai reçu ma deuxième injection, et avec adjuvant.

Je ne parle pas DU vaccin, non, hein ! Évidemment pas : puisque de toute façon, non seulement je n'ai pas eu de première fois, mais en plus, ce vaccin-là, on le sait maintenant, ça marche en un seul tour, comme les élections du personnel (et ça tombe ultra merveilleusement bien parce que déjà, une seule piq-piq pour les prioritaires munis du ticket gagnant, ils n'arrivent plus à assumer, alors, 2, vous imaginez l'engorgement ! )

Bon, bref, au fait, ZigoBelle, au fait !

L'injection dont je vous parlais, c'est ma mini-cure bisannuelle de TANGO !

Je l'ai faite ce dimanche, version non-participative mais contemplative, au Casino de Bordeaux, en compagnie du meilleur adjuvant dont je pouvais rêver pour rendre encore plus jubilatoire cette nécessaire piqûre de rappel tanguesque.

Ô'tango, spectacle venu de Buenos Aires.

Une vie traversée par le tango, des premières années du 20e siècle jusqu'au années 50.

Si j'ai bien compté, 10 danseurs, 5 musiciens et 2 chanteurs, soit 17 artistes qui ont oeuvré pour nous faire partager la magie de cette musique et de cette danse.

Palme d'or à la chanteuse, longue et gracieuse  jeune femme brune à la voix incroyablement chaude, vibrante, profonde.

Grand bravo à l'orchestre, qui a ressuscité des standards de toutes les époques avec dynamisme et  passion. Un piano véloce, un bandonéon dramatique comme il faut, des violons ardents, une contrebasse vibrante : notre coeur s'accordait à la pulsation de la musique et nos pieds fourmillaient du désir de la piste.

Au milieu de décors joliment baroques, les couples, avec l'élégance et la grâce qu'on attendait d'eux, ont pratiqué un tango de scène spectaculaire, certes, mais sans trop d'excès, ce qui est pourtant souvent le cas dans les spectacles de cet acabit. Bien sûr, on n'était pas dans une milonga de Buenos Aires, où la place est tellement comptée que les pas se discernent à peine, et que tout l'art du tango se révèle dans l'abrazo et la marche du couple. Ici, l'espace est vaste et les chorégraphies permettent des ganchos, voléos et autres fioritures d'envergure impressionnante ! Notons aussi, vu le degré de technicité et de professionnalisme de la troupe, la vitesse d'éxécution des figures : tout bonnement sidérante, notamment lors de la délicieuse et joyeuse milonga du tableau du petit bal aux lampions. Bien entendu, il y avait quand même quelques tangos un peu plus tempérés, de ceux qui m'émeuvent particulièrement...

Petit instant où la critique devient moins flatteuse (il faut bien nuancer ce qui peut l'être) ...

Le problème, avec le tango, c'est qu'il est par essence tellement empreint de sensualité que le risque est toujours grand de dépasser la ligne...

La pulsation de cette musique, qui court comme le sang dans les veines, les gémissements des cordes et les soupirs du bandonéon, les pieds qui frôlent le sol avec la pression d'une caresse appuyée, le regard des partenaires avant qu'ils s'enlacent : tout parle d'amour et de désir, et un rien peut faire tomber facilement dans le mauvais goût... ou même la vulgarité.

Dans Ô'Tango, rien à dire sur le style de la danse mais, de l'avis de votre Gazetière, un peu de dérapage au niveau des costumes, du moins à la fin.

Bon, au départ, le trait était un peu trop appuyé, qui posait la traditionnelle ambiance des bordels (appelons un chat un chat) où le tango fit historiquement son nid. Les corsets, bas et jarretelles se justifiaient, si on en désirait, mais je ne les ai pas trouvés de la meilleure coupe : jupons trop courts, qui ne servaient pas la ligne des danseuses mais leur donnaient quelques airs de "derrière de Donald". J'ai sincèrement vu des évocations de dames galantes plus savamment sexys, où l'on en exposait moins mais où plus était suggéré.

Vous me direz qu'au regard de la Traviata qui fut donnée pour la réouverture de la Fenice en novembre 2004, quand Violetta chante tout le premier acte sur son lit à draps de satin recouvert de billets de banque, en guêpière et bas noirs sous déshabillé 100% transparent, notre petite maison close portègne c'était le pays de Candy... :-)

Bon, ce premier tableau, encore vous dis-je, c'était assez amusant. C'est sur la partie contemporaine de l'histoire que le ou la costumière a un peu perdu son inspiration. Je ne sais si c'est pour évoquer la modernité ou parce que l'épisode se passait peut-être "au-delà" du réel, dans l'imagination et le souvenir du héros, ou dans un monde outre-tombe (sous les racines d'un arbre, donc...on peut tout imaginer), mais subitement, tout était dans la demi-mesure. Au sens propre. Par exemple, une tanguera avait une demi-combinette, c'est à dire le côté gauche habillé et au milieu, paf, plus rien à partir de la taille, sauf un shorty blanc façon Dim Pocket. Oui oui. Et une autre, c'était Sheila version tango, avec mini-short en lamé or et traîne drapée... Bon...Sauf que le short, fût-il en dentelle, n'est pas réputé pour allonger la cuisse...surtout celle de vraies danseuses pas très grandes et fort musclées... Dommage... Pour faire bonne mesure, l'appétit des spectateurs étant censément rassasié en matière de chair fraîche, les dames ne furent pas oubliées : la Sheila tangante a donc  gracieusement ôté la chemise de son partenaire avant de glisser avec lui dans un tango qui n'avait pas besoin d'un danseur torse-nu pour être magnifiquement sensuel. Pourquoi tant de peau alors qu'il existe de si belles étoffes pour sublimer les corps et le mouvement ?
Mais à part ces petites touches peu stylées qui ne dénaturent pas l'origine de notre chère danse, ce fut un spectacle enthousiasmant, riche de ses chants à qui l'on avait réservé une belle part, un beau spectacle complet au service de l'éternel et inimitable
tango argentino !

Et donc...
un immense MERCI à mon ADJUVANT !!!
Repost 0
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 17:06
Lecteurs bien-aimés, en ce vendredi soir de novembre, à l'heure où la lumière peu à peu se retire, je vous invite à fermer les yeux et à voyager dans le temps...
Remontons plus de cent ans en arrière et rouvrons nos mirettes émerveillées sur l'événement de 1907 dans notre chère vieille ville : la première Exposition Maritime Internationale.
D'avril à novembre 1907 en effet, Bordeaux fut le "centre du monde maritime" avec une spectaculaire exposition à la mode des expos universelles de l'époque.
Abonnés très chers, tout me fait rêver dans cette histoire (vraie) !!! Je m'imagine bien en robe longue à tournure, élégamment corsetée, coiffée d'un grand chapeau joliment garni, bottines aux pieds, (et l'ombrelle de dentelle ! J'oubliais l'ombrelle !!!) arpentant cette Cité aussi théâtrale  que temporaire et cosmopolite ...**

La Place des Quinconces devint une ville, sorte de concentré de palais et pavillons de caractère.

On y trouvait en outre des attractions telles qu'un village africain (c'était le temps des coloniiiiiiiies...comme ils chantent dans Franck, chasseur de tigres!), ou encore "le Royal Palace Cinématographe où chaque jour, le programme comprend de merveilleux tableaux vivants et les plus belles nouveautés cinématographiques en couleurs. Non loin, l'Aéroplane, fait courir tout Bordeaux car par un merveilleux système, cet appareil fait parcourir plus de 50 kilomètres à l'heure dans les airs" (http://www.aquitaineonline.com/culture-livres-musique/livres-cursives/exposition-culturel-bordeaux.html)

Rien ne valant de bonnes petites illustrations, je publie ici quelques cartes postales de l'époque qui vous feront comprendre que franchement, dans le temps, ils savaient faire des expos à la hauteur !

Mesdames et Messieurs....

Sous vos yeux ébouis, le Palais des Colonies...


Le Grand Palais, au milieu de la Place des Quinconces...


Puis, en traversant et donc, sur les quais, au bord de la Garonne...
reprenez votre souffle et découvrez  "l'Isba", le Pavillon de la Russie...

...et aussi la Belgique et les Etats Unis, côte à côte, et avec une échelle toute relative !!!


Mais mais mais, vous demanderez-vous ....vous qui avez vécu Evento en direct, "comment traversaient tous ces élégants messieurs moustachus et coiffés de canotiers ou melons, donnant le bras à leurs jolies dames aux jupons de dentelles ?"***
Risquaient-ils de se faire renverser par les carosses et autres omnibus, voire de poser le pied dans le crottin ?
Que nenni, Lecteurs bien-chéris, que nenni !!!
Et c'est bien là le départ de cet article....
Un jour que votre gazetière a découvert que 100 ans avant la PASSERELLE Evento, il y eut la PASSERELLE de l'Expo maritime !
Et que l'aïeule, très eiffelienne, m'est avis, n'a rien à envier à la jeunette qui saute par-dessus les quais cette année !
Jugez-en plutôt et surtout, appréciez à sa juste valeur la carte qui illustre la suite de cet article : elle fut difficile à trouver...et je la dois à ma chère journaliste ! Sans elle, l'article restait à l'état d'embryon, et peut-être ne serait-il jamais paru (car je ne voulais pas parler de cette passerelle sans la montrer !!!) si elle n'avait eu la gentillesse et l'astuce de fournir sa Môman en iconographie ad hoc !!!
Je lève donc le rideau rouge sur cette passerelle qui me plaît tant....
Tadammm !

Voilà ! Pour tout vous dire, je suis ravie, enchantée, transportée par cette exposition que j'aurais littéralement adoré visiter ( mon arrière grand-mère Gabrielle eût pu le faire, du haut de ses 20 ans, elle avait la tenue, elle, on voit  cela sur les photos de famille, mais à l'époque, le Lot-et garonne et les Landes, c'était loin de Bordeaux...)

Et pour ceux qui, comme moi, seraient enthousiasmés par le sujet, quelques détails et un plan intéressant sont à glaner sur le site précédemment cité : ici !

Et encore Merci à ma Grande dont c'est l'anniversaire demain !!!

**Alors, on jouerait qu'on serait en 1907, et on dirait que ce serait moi, d'accord ?

Et là, je serais avec La Fleurette, donc plus "sport", forcément :

*** Si si si, c'est peut-être inconscient, mais vous vous posiez la question !!! ;-))
Et tant que vous y êtes, regardez le tampon de la Poste (celui qui fait foi) , c'est Fondaudège, chez moi !!! ;-))


Repost 0