Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 20:50
De plus en plus fort : le logo du jour AVANT le jour !!!

Bon, d'accord, c'est parce que de l'autre côté de la planète, ils sont un jour en avance... donc on peut leur piquer leur doodle avant l'heure....M'enfin....

Dès le 3 mars, dans ces colonnes prestigieuses, le logo du 4 mars !!!
On peut dire qu'y a plus d'saison... ;-))
vivaldi10-hp.gif
On fête Antonio Vivaldi, hi-hi-hi !!!
Repost 0
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 20:47
Des filles, c'est chouette...et ça se fête !

girls10-hp.gif

Hina Matsuri, la fête des poupées. Au Japon, jour consacré aux petites filles.
3 mars 2010
Repost 0
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 16:58
... les longues heures que tous les authentiques sportifs pourront passer devant leur écran dans les prochaines semaines...

olympics10-opening-hp
Vancouver 2010 !

Bon, franchement, là ça ne donne pas : faut le voir en plein écran, ça en jette !
Repost 0
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 12:05
C'est le début du carnaval au Brésil !

carnival10-hp
Repost 0
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 12:41
Comme je vous l'avais confié, lecteurs bien-aimé, la Gazette est à présent dotée d'un outil utile et performant pour se tenir à la pointe de l'actualité doodlesque.
Le Doodle Tracker, sorte d'envoyé spécial mobile et doué d'ubicuité, qui vole à vitesse supersonique de continent en continent pour pêcher tout logo Google qui vient d'éclore.
Le truc tombant directement dans ma boîte quelques minutes après midi.
Le luxe, quoi !

Aussi vous présentè-je avec fierté le nouveau-né du jour, qui nous vient de loiiiiiiiiiiiiiiin.........du Pays du Soleil levant, c'est dire !

soseki10-hp
Logo en l'honneur de l'anniversaire de la naissance de Sōseki Natsume, auteur japonais de romans et de nouvelles

Bon, c'est vrai, peu d'entre vous, à DonaldVille, serez réellement émus par l'anniversaire du monsieur en question, non par indifférence ou sécheresse de coeur, mais parce qu'on ne le connaît pas forcément ici (sauf, sans doute, nippophile avéré).
Mais... ce Doodle m'a plu.
Surtout à cause de chat, le neko qui ressemble à Mômô(taro). Comme tous les chats de là-bas, je crois !
Avec la trace de ses petites pattes sur les feuilles de l'écrivain... Scène bien connue de tous les heureux compagnons de minets qui ont envie de lire ou écrire.
Et le O qu'il a fait rouler...
Oui, lecteurs chéris, cette petite scène de rien du tout me touche, autant qu'un haïku peut le faire.


D'une petite souris
le chat ne fit qu'une bouchée
le crime parfait.

Chantal Couliou
Repost 0
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 09:59
rockwell10-hp

Norman Rockwell ! A la gazette, on adoooooooooooore
ce peintre naturaliste américain !!!

norman-rockwell-girl-at-the-mirror

Celui-ci s'appelle "La fille au miroir"... mais ce pourrait être
"Lilly devant la glace"... ;-))


Repost 0
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 13:06
Amis lecteurs, je ne viens pas vous parler d'Esther.
Ni de 2012.
Pas de Saw 6 non plus.
Ni même de la Pension de Madame Larose (le PIRE de tous !!!)

Je vous révèle ici, en EXCLUSIVITE, LE remake du siècle !

Vous connaissiez....
feline et aussi...hulk-serietvet  encore...

affiche
Voici maintenant
affichehydeiggy.jpg
Un film de la Call-Du-Geor qui a racheté Paramount, alliant ainsi le génie et la renommée.
On a déjà l'affiche, il ne reste plus qu'à tourner :-)

Repost 0
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 18:23
Mes chers lecteurs, ce soir, après l'apéro du vendredi soir, celui qui célèbre une bonne semaine bien active et riche en plein de choses, regardez ce logo dégoté sur Google Chine par un des lecteurs asiatophile (incurable) et gentiment envoyé à la Gazette.
chinainventions10-hp.gif
Il est paru le 14 janvier dernier.
Sauriez-vous analyser ce doodle
et nous en faire une petite explication intéressante ?

Jouez le jeu et chercher un peu : c'est assez limpide.

Sinon, évidemment la solution se trouve sur le Net... ;-))
Et sur le Net, il y a aussi, figurez-vous, une petite bestiole apprivoisée, sorte de faucon dénicheur qui vole tous les matins dans les hauteurs de la Toile pour trouver tous les Doodles nés au petit-jour sur la planète Terre !!!
On l'appelle le Traqueur, et ma foi, je trouve l'idée assez sympa !

Du coup, grâce au Traqueur, je puis vous présenter aujourd'hui
la tamborrada de san Sebastian
qui avait lieu mercredi chez nos chers voisins fêtards :

sansebastian10-hp.gif
Et encore un, je ne résiste pas ! Il est TROP BEAU !!!!!
Istambul, capitale de la culture en 2010 !
istanbul10-hp.gif
Repost 0
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 13:11
Elèves, si vous saviez...
Elèves, même en sachant, je suis persuadée que vous n'arrêteriez pas, finalement.
Ces trucs qui nous agacent prodigieusement, nous "les profs".
Dont on parle entre nous, en salle des profs... et ailleurs (car nous avons une fâcheuse tendance, si on se retrouve à plusieurs, à ressasser... avouons-le!).
Ces trucs actuels, je le précise, car une salle de classe, disons "occidentale" du XXIe siècle a des caractéristiques assez éloignées d'une salle d'il y a 100 ans. Mais des trucs universels (à notre époque donc)  car si tous les degrés de l'échelle du comportement scolaire existent, du pire au meilleur, il y a d'incontestables constantes (exercice de diction : répétez 10 fois très vite la phrase en gras.)
Notamment, ces "fameux trucs" qui nous insupportent à tous les coups. Ceux qui ont l'art de nous faire perdre notre patience (d'ange) et qui desservent immanquablement les petits garnements qui les pratiquent. Je ne prétends évidemment pas connaître l'opinion de TOUS mes collègues occidentaux, même pas ceux du territoire national, même pas ceux de ma ZAP (zone d'activité pdagogique). Mais je mettrais ma main à couper que je parle pourtant au nom de tous !!!

Petite typologie de base

Les Cépamoi et les Jairienfait

Dix minutes que ça dure, en plein devant nous (ou derrière, mais comme on a des yeux derrière la tête...), comme à chaque cours. On en a carrément marre, ça devient insupportable (quoi que ce soit : bavardage, bricolage, dégradations, agressions...la liste est infinie), donc, on décide de faire stopper.
Les Cépamoi et les Jairienfait n'ont pas honte. Le déni systématique ne les fait jamais rougir, mais ils savent instantanément se composer un visage de dignité outragée doublée d'une magnifique incarnation de l'injustice, appelant à la Vérité collective, osant sans vergogne demander un témoignage favorable à leur victime directe quand il y en a une.
Si si !  je vous jure ! Laquelle victime ne sait même plus quoi répondre devant les dénégations frénétiques du Cépamoi dans son grand rôle. Du style "je retire ma plainte"....alors que ça chouinait depuis 10 minutes....
Dans les cas les plus désespérés, quand la sentence donnée par le prof indigne et sans coeur risque d'être grave, le Cépamoi ou le Jairienfait sort les armes lourdes : "Sur la vie de ma mère..." Si le prof ne s'est pas rendu à la raison avec cette évocation ultime, il reste (c'est du vécu personnel et assez récent) : "Ahahaha ! Mais POUR UNE FOIS QUE JE DIS LA VERITE, CROYEZ-MOI!!!"
No comment.


Les Egyptiens

Ce sont les élèves qu'on n'arrive à voir que de profil. Jamais de face. On a devant nous comme un bas-relief de pyramide.
Dès le début, ils choisissent si possible une place contre mur : celui-ci leur servira de dossier, puisqu'ils n'utiliseront jamais celui de leur chaise, qui est donc perpendiculaire, sauf comme accoudoir, pour reposer le bras qui n'est pas allongé sur la table.
Ceux-là, au moins, c'est clair, on ne les intéresse pas.
 Même pas comme public, finalement. Ils s'orientent donc face à un public et/ou spectacle (ça varie) bien plus captivant : les autres. Auxquels ils s'adresseront sans scrupule au moment qui leur sied. De ces Egyptiens, on ne réussit à avoir que des visions frontales fugaces, obtenues par la force et la menace. Et encore. Ces animaux-là, contraints à rester dans notre axe, baissent assez rapidement le nez pour ne pas avoir à affronter notre regard destructeur de basilic...
Narcissiquement, les Egyptiens sont douloureux...

Les Entre-deux

(J'avoue, Lecteurs chéris, c'est un truc que je ne supporte particulièrement pas).
Ils viennent en cours entre deux temps de pause.
Juste parce qu'ils n'ont pas le droit d'attendre dans la cour ou dans les couloirs, ben non, ils ont cours... mais c'est comme une "erreur", un temps de latence, un défaut de conception dans l'emploi du temps. Lost in translation.
Donc, pas la peine de prendre des dispositions particulières pour ce temps d'entre-deux, temps vide, qui ne sert à rien.
Donc, on garde le blouson, l'écharpe, voire les gants et le couvre-chef aussi longtemps que possible, en espérant qu'on ne les forcera pas à enlever inutilement tout ça puisque de toute façon il faudra les remettre bientôt.
Les Entre-deux, sauf consigne exigeante et barbare, ne sortent pas leurs affaires de leur sac : il faudra les y replacer, quoi qu'il en soit.
Si on les a contraints, encore une fois, à attraper "leur matériel", on devra s'attendre à ce qu'ils ferment leur trousse au moins 10 minutes avant la fin du cours, qu'ils rangent  le reste à H - 8 minutes, et qu'ils rezippent leur blouson et enroulent leur écharpe à H - 6 (au mieux). Quand ça sonne, ils ont  déjà les gants, ça va de soi.
C'est qu'il ne s'agirait pas de louper une miette du VRAI TEMPS de collège (ridiculement disproportionné, avouez-le) !

Les Dégoulinants

Ah c'est vrai, le terme ne fait pas envie !
Ben, les Dégoulinants non plus.
Notons que ce ne sont que des garçons. Ceux à qui, si on enlève la cédille.... vous connaissez la suite ;-)
On pourrait les appeler les Effondrés.
Ils sont comme privés d'axe vertical. Semelles ventousées au sol, ils traînent des pieds, portent leur sac très bas et leur jean....au-dessous des fesses.
Pleine vue sur leur caleçon, c'est extrêmement agréable. Quand on les somme de le faire, ils le relèvent très mollement, jamais assez haut du premier coup, ni du deuxième, ni... Leurs mains semblent très lourdes et peu préhensibles. Sous la menace explicite qu'on va carrément le leur tirer en bas, ils le recalent vaguement sur une hanche... Certes, on n'est pas dupe, la gravité fera sa loi dans quelques instants. N'empêche, on s'estime heureux, on a ponctuellement atteint un sommet de rectitude chez ces malheureux Dégoulinants...


Les Jaipas

"Mon livre, ma trousse, ma flûte, mon carnet, mon devoir, de feuille, de gomme, de compas, ma tenue d'EPS..."

Distiguons des sous-catégories :

La Jaipas-fille
Pour certaines, on s'en serait douté, vu que ça fait un moment que déjà, au départ, elles n'ont plus de cartable. Même pas un Eastpack. Surtout pas. A partir de la mi-quatrième, grosso modo après les vacances de février, les Jaipas Filles n'ont plus qu'un sac-à-main rikiki (chez nous, c'est Lancel. Ailleurs, c'est des faux Vuitton) et condescendent, parfois, à s'encombrer en sus d'une pile de manuels (2 ou 3). Je ne vois pas où elles trouveraient la place pour des chemises, classeurs, grandes règles etc. Franchement. La trousse de maquillage, le collant de rechange, la boîte de Tampax, l'I Phone, quelques stylos, le carnet de liaison et la carte de cantine.... je vous mets au défi de faire mieux qu'elles et d'avoir "votre matériel" !!!


Le jaipas-chronique
C'est un principe incontournable : quoi qu'on demande, on ne l'obtiendra pas. Les autres le savent, soufflent, renâclent, mais finissent par prêter. Parfois, non. Y a lassitude. Tout le monde en a marre, des Jaipas chroniques.
Pour ne pas perdre de temps inutilement, beaucoup de profs ont le matériel de secours dans leur propre sacoche. Cela évite que le Jaipas passe complètement à travers les activités pédagogiques... mais on fait ça à contre-coeur.

Le Jaipas-réflexe
C'est une nouveauté pour moi : il devait en exister avant, c'est sûr, mais mes observations d'entomologiste n'avaient pas été assez fines pour le découvrir. C'est une sous-espèce très difficile à différencier du Jaipas chronique.
A première vue, c'est le même.
MAIS, attention, si le Jaipas-chronique, en effet, N'A PAS ce qu'on attend, le Jaipas-réflexe, lui, l' a souvent dans son cartable.....mais AFFIRME le contraire.
Pourquoi ? On se perd en supputations et conjectures...
Il a... mais ne sait plus qu'il a ? Dans ce cas, pourquoi ne cherche-t-il pas ? Mystère.
Il a ...mais trouve peu utile d'attraper ? Serait-on alors en présence d'un futur Entre-deux en maturation ? L'hypothèse est posée, mais on manque de recul pour tirer des conclusions.


J'arrête ici, lecteurs bien-aimés, ma petite typologie des élèves qui font couler de l'encre et de la salive !
Peut-être que l'Ange du Milieu pourrait y ajouter son petit grain de sel ? je suis certaine que j'ai oublié quelques espèces qui n'ont pas dû lui échapper... ;-))





Repost 0
13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 14:45
Figurez-vous, lecteurs chéris, que ça m'est venu comme ça, inopinément, le genre d'interrogation métaphysique qui vous prend au dépourvu quand vous vous y attendez le moins.
Tout d'un coup, alors que je donnais le dernier et ethétique coup de dents de fourchette sur le bord de la galette frangipane que je confectionnais cet aprem pour la réunion pédagogique de demain 13 heures, juste avant de vernir la belle et ronde surface avec mon petit jaune d'oeuf bien brillant, paf ! deux neurones sont entrés en collision dans mon petit cerveau de gazetière-en-panne-de-temps-pour-publier-un -truc-vraiment-à-la-hauteur. Et chtoïng ! la GRANDE QUESTION du jour fit l'étincelle :
c'est comment*** la page Google,
en Chine ?
Bon, je sais, c'est difficile à comprendre par quels mécanismes extrêmement complexes de telles curiosités me viennent les jours où je ne suis pas censée documentaliser officiellement.
Mais bon, depuis l'aube des temps, l'Homme se pose de Grandes Questions, alors pourquoi pas moi ??? Oui, parce que jusqu'à preuve du contraire, c'est quand même en s'interrogeant qu'on fait avancer la science, n'est-il point ?
Vous rétorquerez peut-être que vous ne voyez pas en quoi ma question du jour ferait avancer quoi que se soit, eh bien, je répondrai juste : et pourquoi pas ? hein ? Qu'est ce qu'on en sait ici et maintenant ? Quand Newton s'est demandé pourquoi la pomme lui était tombée sur le nez, qui aurait pu dire deux heures après ce que ça allait donner plus tard ?
Personne ! Et toc !
Alors, hommes de peu de foi, réjouissez-vous,
plutôt
que
de
prendre
mes
questionnements

peri-culinaires
de
haut.

Car grâce à ces pensées qui s'échappent spontanément de mon cervelet de petite abeille, VOUS AUSSI allez savoir dans quelques instants, SANS  AVOIR JAMAIS PRIS LA PEINE DE VOUS LE DEMANDER à quoi ressemble la page Google en Chine !
Un petit pas pour les lecteurs, un grand pas pour la Gazette !

google-chine.jpg
*** Pour tous les élèves de 6e qui en sont actuellement au chapitre "La phrase interrogative", vous aurez bien sûr reconnu une interrogation partielle du registre familier, n'est-ce pas ???
Repost 0