Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 19:50

Pour les habitués de ma cuisine, ça devrait leur rappeler ma plaque fétiche, celle honteusement dérobée sur le mur d'une adorable petite ville des bords du Rhin par un jeune Allemand qui a osé défier les autorités teutones pour les beaux (et jeunes) yeux de votre Gazetière, il y a cela plus de ... 30 ans (!?!)

PB120001.JPG

Zuckerbergweg : "chemin Zuckerberg" , ou "chemin du mont de sucre"... Sachant qu'il y a en effet une belle vigne qui donne un vin ultra-doux en haut de cette rue si charmante.

 

Rien à voir, je vous jure, avec le Zuckerberg à Face de Bouc ;-)

Je parle évidemment du créateur de FaceBook, dont je viens de voir une fiction librement inspirée de sa(encore courte) vie : Social Network.

The-Social-Network-Affiche-France-02.jpg

Internaute convaincue, blog-girl même, je ne suis néanmoins pas sur FaceBook.

Le film ne m'a pas convaincue de créer ma page.

Il ne m'en n'a pas dégoûtée non plus.

D'ailleurs, ce n'est vraiment pas un film sur FaceBook mais sur son "inventeur" et ses mésaventures  de geek devenu homme d'affaires.

Bon film, y a pas à dire : ça va vite, ça palpite, ça musique fort, c'est jeune, c'est plein de vrai suspens, franchement, votre Gazetière a vraiment A-DO-RE.

Bon film, ok, mais sale(s) bon(s)homme(s) !

Pas flatteur pour la gent masculine, ce film. Machos, salaces, coqs pitoyables, n'hésitant pas à trahir...Joli tableau de la génération estudiantine américaine, avec Fraternités à lettres grecques et bizutage débile, cocaïne et sexe racoleur...certaines filles n'étant pas les dernières, je suis bien obligée de l'admettre :-(

Et pourtant, oui, le film est fascinant, on a l'impression de naviguer et penser  aussi vite que l'info se diffuse dans les tuyaux du Net !

Pour un peu, on sentirait le vent dans les cheveux !

 

ET, clin d'oeil à certains de mon entourage :  

parfois, après une rupture,

aller sur Internet la rage au coeur et avec un certain esprit belliqueux voire vengeur

peut nous faire " toucher le Jackpot" !

:-D

 

fille-lol.gif

Repost 0
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 10:27

... Robert Louis Stevenson.

(1850-1894)

 

Votre gazetière ne connaît de lui que très peu d'oeuvres : L'île au trésor et L'étrange cas du Dr Jeckyll et Mr Hyde.

Je crains qu'au CDI (et à la Bottine) nous ne possédions rien d'autre du ténébreux Ecossais....

C'est pourquoi je suis à la fois sidérée et ravie, en ce beau et clair matin de novembre, de découvrir non seulement un Doodle magnifique, mais également (et surtout) la bio/bibliographie extravagante de Mister Stevenson !

 

Pour le logo, admirez, Lecteurs chéris !

 

stevenson10-hp.jpg

 

Quant à la vie aventureuse, audacieuse, rocambolesque (et brève : clap de fin à 44 ans....) et littérairement super productive de cet homme un brin méconnu chez nous, elle est à lire, pour les curieux, par exemple sur Wikipédia :

 

lisez ici l'extraordinaire bio-bibliographie de R.L.S.

 

Ce monsieur, vous le verrez, est le héros d'un long roman picaresque à lui tout seul !

Une personne extraordinairement vivante, bohême, riche, rare, oserai-je dire.

Quand je pense que je n'en savais rien. Mais rien de rien !

La Gazetière ouvre un oeil neuf sur Robert L. Stevenson, c'est dit !

R.L.S. était un intello, parti pour devenir ingénieur de phares... et cétait un original aussi, un vrai de vrai ! Et quelle frénésie d'écriture ! Essais, romans, nouvelles, recueils de poésies, documentaires ethnogéographiques, guides de voyages (pour ceux qui feront l'impasse sur la pourtant très instructive lecture conseillée, sachez que Stevenson, promoteur du camping de loisirs,  est le premier à avoir parlé des "sacs de couchage" !) : RLS a touché à tout avec brio !

Som imagination débordante ne l'a pas empêché d'avoir un vrai recul intellectuel sur la création littéraire et il a produit quelques analyses fines et reconnues sur l'écriture d'invention (Essais sur l'art de la fiction).

Son style est caractéristique : "le procédé repose davantage sur la suggestion à partir d'un très petit nombre de détails que sur une description exhaustive qui serait moins efficace : là également, Stevenson confie au lecteur un rôle actif."

Vu du côté de la prof-doc, pour la petite histoire, ça donne un sourire de soulagement sur les lèvres du public collégien : le texte est bref !

En France, RLS a été confiné dans le rôle d'écrivain de jeunesse... ce qui est, je le découvre, extrêmement réducteur : il faut dire qu'il était contemporain des auteurs  naturalistes, très en vogue chez nous, alors que pour sa part, il revendiquait un style résolument anti-réaliste où "les lois de la fiction  primaient sur celles du réel:"

 

Et enfin, en guise de mignardise de fin de repas, comme vermicelle multicolore sur le donut, je vous offre le titre délicieux d'une nouvelle dudit auteur (que je n'ai pas lue, mais...) :

 

Histoire du jeune homme aux tartelettes à la crème (Story of the Young Man with the Cream Tarts)

 

J'en salive, moi ! :-))

Repost 0
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 09:39

Si la réponse est OUI, alors, soyez rassuré : rien ne va trop changer, vous ne risquez pas de perdre tous vos repères !

Ce matin chômé, au café, tandis que la maisonnée dort ou Wiiize, c'est selon, votre Gazetière fait quelque chose qu'elle n'a pas plus fait depuis belle lurette : elle ouvre, lulus sur le nez, un catalogue de jouets de Noël.

Histoire d'être un peu à la page et de se tenir au courant de ce qui fait briller les yeux et le désir des têtes blondes dont j'ai abandonné la fréquentation il y a quelques années maintenant.

Eh bien, au cas où vous en douteriez, au cas où vous penseriez que la société évolue, avec des trucs comme la parité, le partage des tâches etc. etc., je vous le dis après étude de ces quelques diozaines de pages à la riche icônographie : il n'en est rien. Mais alors, rien de rien, croyez-moi !

Le sommaire n'a pas changé : jouet de bébés, jouets de pré-maternelle, jouets de garçons (avant les filles, naturellement, pour Carrefour du moins), jouets de filles et jouets éducatifs.

Analyse rapide de l'opus. Je vous dirai quand les enfants apparaissent avec les jouets présentés. Attention, ça va saigner !

 

Les bébés

Avec les mains, avec les pieds, dans le lit, sur la chaise, dans le bain, ça tourne, ça siffle, ça bruisse, ça tinte, ça grince... J'en passe et des meilleures. C'est multicolore, ça tire de tous les côtés : si avec ça nos petits tubes digestifs ne deviennent pas des sapiens sapiens, y a de quoi se tirer une balle ! Et surtout, s'ils arrivent à dormir la nuit avec cette foire de sur-stimuli, ça tient du miracle !!! Je ne jette pas la pierre, hein : mes 4 Grillons ont eu droit à tout ce qui existait à leur époque, croyez-moi ! Et, mea culpa, vu que c'est pas moi qui en aurai la charge la nuit, finalement, les Grillons de mes Grillons..ben...sans aucun doute, je leur fournirai moi aussi des tas de trucs bruyants et multicolores pour leur friser les neurones !

 

Les pré-maternelle (c'est moi qui les nomme ainsi)

Tout en devenant sapiens, il devient erectus. Debout, on commence à pouvoir faire plein de choses intéressantes : on devient acteur dans le monde.

Les garçons, sur les photos, construisent des villes (Play'n go table, 29.90€) ou bricolent grave (Etabli BOSCH, 75 accessoires + visseuse, 39.90€). A peine debout et déjà bâtisseurs, les gars! Ils circulent aussi, car le monde est à eux : (tricycle Be Fun confort, 44.90€)  ET LES FILLES, alors, vous demandez-vous ? Deux pages plus loin, apparition de la première humaine à couettes photographiée : assise, elle serre une peluche dans les bras (Mon Poney Toffee, 84, 99€, avec une carotte : notez, en prime, elle revient cher la donzelle!). A la page d'après, ça ne s'arrange pas pour la gent féminine : sa copine est carrément avachie sur un chat (Moustache, 50.90€) qui fait ronron et miaou. Ouahouh!!! Les filles, les Girl Power attendra encore un siècle ou deux, parti comme c'est !

 

Les garçons

Je vais passer rapidement : on construit un peu : un gentil jeune enfant a entamé l'édification d'une maison multicolore en grosses briques façon légos. A côté de lui, une fillette ravie danse sur le chantier (non, évidemment, elle ne construit rien, elle).

On se bat beaucoup, ça part dans tous les sens, c'est moche, gris, marron, futuriste hideux, quand le visage d'un enfant apparaît, il grimace, les bras en l'air, éventuellement avec une cagoule de catch sur la tête...

Des pages entières sont remplies de véhicules surconsommateurs de carburants : la mort du véhicule pollueur n'est pas programmée dans les consciences en formation....

 

Les filles.

Ah, les filles ! Natürlich, c'est rose, ce qui ne me déplaît pas. Bienvenue dans le monde de la mode et de la consommation. Et des animaux à tête hydrocéphale, aussi, pardon, j'oubliais. Les Pet Shop, ça s'appelle : corps minuscule, tête 3 fois plus grosse et yeux exorbités : les bestioles ont des salons de toilettage, des hôpitaux, des aires de jeux.... Bref : tous lieux que leur petites maîtresses vont fréquenter plus tard, dans le vrai monde, pour utiliser au mieux leur don du SERVICE. Pour celles qui ne fondraient pas d'amour devant les Pet Shops à méga tête, il reste les poneys, encore et toujours, qui jouissent des mêmes accessoires (clinique, parc d'attraction et tutti quanti!).

Les filles grandissent : après 8 ans, il s'agit de devenir fashion. Même Barbie se décline en Fashionita. Filent les pages Barbie, avec, perdu au milieu, on ne sait pas vraiment pourquoi, un "piano" (clavier 25 notes Winx, 34.90€, à qui plaira-t-il?). Rose, quand même. C'est pour ça, sans doute, qu'on lui a trouvé une place ici.

Pages de poupées/poupons (je ne savais pas que les petites filles jouaient encore avec ça, mais apparemment, si, Barbie n'a pas tout raflé).

Et enfin, le régalage : les "coins". Je les nomme ainsi en souvenir de mes classes de maternelle.

Le coin cuisine : avec un catalogue qui n'a rien à envier à celui d'Hygena. Y en a pour tous les budgets et les degrés de passion culinaire.

La marchande des 4 saisons (+ charriot : 20€)

La desserte à friandises, le caddy de supermarché garni....etc. Toujours plus beau, toujours plus fort : la table à repasser et son lave-linge. No comment.

Et là, j'aborde mon chapitre préféré : les coins où les enfants sont photographiés en train de jouer.

Un régal.

Ravie, le sourire d'une natte à l'autre, une fillette pousse son Clean Service, chariot de ménage auquel il ne manque ni le balai espagnol, ni le spray anti-calcaire : "Super, ton chariot pour faire le ménage dans toute la maison !" (dixit Carrefour). C'est sûr, ça fait envie. (mais sais-tu que Maman possède les mêmes accessoires et qu'elle les prête à QUI veut ???)

Le supermarché : Fifille à la caisse (hilare) et Ti-Gars qui passe avec son caddy (gageons qu'il s'est acheté un jeu d'ordi, des chewing-gums et des piles pour sa télécommande!)

Le chariot médical : "idéal pour jouer au médecin. Avec fonctions lumineuses électroniques".

Attention, lecteurs naïfs !

Certes, ce sont les pages des FILLES.

Mais y écrit "AU médecin". Donc....évidemment, ce n'est pas une fille qui est photographiée en train de jouer au docteur. Eh non. Y a pas écrit "infirmière". Docteur, c'est forcément un homme.

Sur cette page, la 64, pour les scrupuleux qui voudraient vérifier par eux-mêmes, on a donc une photo intéressante de la vie quotidienne vue par  Carrefour (et autres!) : Monsieur poussant un chariot médical et Mademoiselle son clean service.

Côte à côte : ils respirent donc le même air ?

Repost 0
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 09:35

La Gazette est un outil pacifique, voire pacifiste : on n'y polémique pas, on ne relaie pas les "événements sociaux majeurs" telles nos actuelles grèves à répétition et autres manifs.

On ne philosophe pas sur la manipulation (ou pas) des lycéens par leurs profs, sur la légitimité de leur présence aux défilés...etc.

Il y a d'autres espaces, privés ou publics, pour échanger et s'informer là-dessus, largement assez nombreux et réactifs. A chacun sa place.

Sauf là.

Là, non, franchement, un point de non-retour a été franchi, on a passé le Rubicon et je suis obligée de crier ma révolte devant vous, Lecteurs qui n'en demandiez peut-être pas tant.

C'est un image qui me fait bondir.

Une photo de manif.

Des enfants défilent....soit. La mode est à la relation fusionnelle parents-enfants (les paroissiens de la Trinité le savent !!!), ces chers petits ne quittent pas papa-Maman, font tout avec, il n'est jamais trop tôt pour prendre les bonne habitudes.

Je ne commente pas plus avant.

Sauf qu'on leur fait brandir des banderoles. Et c'est là que ça coince !!!

Regardez-moi celle-ci.... et dîtes-moi ce que vous en pensez...

  manif161010.jpg

Mes amis je HUUUUURLEEEEE !!!!

 

"Libérez nos Mamies "!!! Mais je rêve ou quoi ?

 

Mettez-les FEMMES à la retraite assez tôt....pour qu'elles puissent garder leurs petits-enfants !?!

Joies de la retraite. Pas question de papis, je vous rassure. Au nom de l'égalité, il faut les mettre à la retraite en même temps que les femmes, mais eux, ce sera une retraite différente. Ils auront le temps de pratiquer divers loisirs, ceux qui leur font plaisir. Pas du baby-sitting. On est là pour ça, nous (futures) mamies.

 

J'adore. Vous en avez beaucoup, des banderoles dans ce genre ???

Repost 0
24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 08:57

Eh oui, Lecteurs-revenus-de-vacances, la Gazette fait aujourd'hui son grand retour pré-automnal, celui que vous n'attendiez pas vraiment avec impatience, hein, soyons honnêtes, non pas que lire les news de DonaldVille soit un calvaire en soi, mais bon, là, sur le coup, Retour de la Gazette = Finie la Bronzette... :-)

 

Enfin...inutile de se lamenter, de s'apitoyer, de se révolter : ces résistances mentales aussi spasmodiques que vaines ne changeront rien au dramatique et inéluctable cours des choses, je le sais, vous le savez, nous le savons. Affrontons dignement, la tête haute et le soleil (encore) au coeur l'épouvantable fatalité qui nous attend au  tournant : la Rentrée Scolaire est imminente (c'est dur à dire, c'est dur à écrire, sera-ce dur à vivre ?)

Plus que quelques minutes de cuisson ... et nous pourrons déguster à satiété les dix prochains mois de plongée en apnée dans l'univers impitoyable de l'Education nationale (n'est-ce pas, Angel 2 ?)

 

Du courage, donc, c'est ce que nous mettrons en priorité dans notre musette.

Du reste, sachez-le (et là, réjouissez-vous, nous en arrivons au propos de l'article, au coeur même du papier, à l'intention première, à l'impulsion créatrice du présent billet), du COURAGE, il en a fallu aux Angels hier, pour leur première mission de l'année 2010-2011.

Eh oui, parfaitement, Msieur-dames, les Angels en personne ont déjà repris du service !

angelsrentree.jpg

 

C'était hier, donc. cette mission avait été programmée dès le début des vacances, mais l'organisation nous avait obligées à différer la mise en oeuvre (la faute au jeune Angel qui, bizarrement, n'a pas endossé l'uniforme pourtant seyant des Hussards Noirs de la République...et qui donc, dans son Usine à piles, subit quelques contraintes horaires absolument hallucinantes).

Qu'à cela ne tienne ! A peine revenues de leurs divers lieux de villégiature, les 3 Anges ont battu des ailes de conserve pour aller rejoindre les angelots d'Utopia et s'offrir deux jolies petites heures d'humanité en castillan sous-titré. On ne se refuse rien.

Croyait-on.

Parce que Yo, tambien, c'est tout sauf un gentil petit moment doux et léger qui laisserait aux lèvres un sourire charmé et au coeur une espérance un brin utopique, certes, mais pourquoi pas....

Non, lecteurs bien-aimés, Yo tambien, ce n'est pas doux, ce n'est pas gai, ce n'est pas, comme on le lit ci et là, une charmante et sensible réflexion sur la normalité, la tolérance, le handicap accepté....

Avec ce film (trop) bien joué, on s'en prend plein la tronche, et encore plus si on est confronté directement aux douloureuses problématiques qu'ils soulève tout du long (car de fait, on ne parle presque que de ça : quid de la sexualité pour les trisomiques?)

Tout est trop vrai là-dedans, et se pose d'emblée la question de ces personnes handicapées qui ont joué les acteurs dans cette histoire : avec quel recul ? Au générique, on découvre qu'ils avaient des "coaches"... Tiens, tiens... jouer les trisomiques d'élite au cinéma, ça ne veut pas dire qu'on est surdoué, alors ? Mais vraiment porteur d'un chromosome en plus (en trop?), pourtant, si.

Il y a certainement beaucoup de bonnes intentions dans cette oeuvre, le message sur le handicap n'est pas ambigü, et les adultes qui poussent à la performance pour rendre la différence supportable ne sont pas méchamment jugés même s'ils sont mis devant le résultat (pas) douteux de leur jeu d'apprenti-sorcier. A chacun ses souffrances, et sans authenticité point de bonheur possible. OK. Le mérite que je reconnais au film est de montrer clairement que l'amour, la capacité d'aimer est la même en tout être humain

Mais les moyens, m'est avis, sont un brin écoeurants : notre angélique trio, des noeuds au ventre, a abondamment partagé ses émotions, et nous étions toutes aussi dérangées par beaucoup de scènes de ce film et les répercussions qu'elles ont pu avoir sur le psychisme les personnes qui les ont tournées.

Au final, aucune de nous trois ne désire revoir ce film. Aucune non plus ne regrette de l'avoir vu. En dehors de la sphère professionnelle, je crois que nous ne le recommanderons pas.... ;-))

 

Eh oui, la Première Mission avait un goût pas trop sucré... Que nous réserve la prochaine ?

A suivre...

 

*** Quelques avis plus enthousiastes, pour faire bonne mesure :

http://www.lemonde.fr/cinema/article/2010/07/20/yo-tambien-un-film-de-fiction-sur-les-personnes-mentalement-deficientes_1389864_3476.html

http://www.laboiteasorties.com/2010/07/sortie-cine-yo-tambien/

http://objectiondecroissance.blog.tdg.ch/archive/2010/08/23/yo-tambien.html

Repost 0
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 13:36

... avouez que vous ne savez pas TOUT sur le 14 juillet.

Hein, hein, pas vrai ???

Bande de mauvais patriotes, va !


 

Bon, vous savez forcément que c'est notre Fête nationale, à nous les Franzosen.

Vous savez évidemment qu'il commémore la prise de la Bastille (bon début, spectaculaire et symbolique... malheureusement suivi de temps plus obscurs et sanglants, mais bon...)

Mais sauriez-vous dire, comme ça, sans souffleur ni pompes, DEPUIS QUAND c'est notre Jour BleuBlancRouge ? Avec flonflons de bal, drapeaux, feu d'artifice et tutti quanti ?

Perso, de façon absolutely schizophrène, je vous répondrai qu'en tant que Zigobelle-en-civil, je ne le sais pas. Même en tant que Zigo Hussarde Noire de la République censément transmetteuse de ses valeurs (et de ses dates), je dois avouer une lacune à la limite du pardonnable et de la révocation... Mais en tant que Zigobelle-cheftaine-de-rédaction-de-la-Gazette, évidemment, bande de bananes, que je le sais, sinon, j'en ferais pas un article. Pfffff........

Et ce, grâce, encore une fois, à Sainte Serendipity (dont je ne referai pas ici une énième biographie, rassurez-vous, je me centre sur mon objet : un paragraphe, une idée, je le répète assez à mes padawan) et au site du Sénat ((http://www.14juillet.senat.fr/toutsavoir/)

Mais peu importent les moyens, concentrons-nous sur la fin.

Je l'annonce ici, enfin, c'est depuis 1880 que le 14 juillet est ce qu'il est.

Vous vous rendez-compte ? Cela fait tout de même presque cent ans après le début des "événements". Il en fallu du temps pour se décider. On avait bien commencé un peu l'année d'avant, mais sans que cela soit réellement officiel. A l'initiative de Gambetta. Un an plus tard, Raspail propose une loi, une vraie, pour concrétiser la chose.

Mais rien n'est simple en politique.  Si l'idée d'une fête nationale faisait unanimité, ladite date posait problème. Le choix d'une date n'est jamais innocent. D'aucuns voulaient le 5 mai, date de l'ouverture des Etats Généraux en 1789. D'autres préféraient le 4 août, avec l'abolition (spectaculaire) des privilèges. [NDLR : imaginez, le 5 mai, avec le 1er et le 8, en rajoutant un jour chômé pour l'esclavage le 10 mai, on aurait pu viaduquer tranquille sur la moitié du mois... :-) la belle viiiiie ]

Mais Henri Martin (rapporteur plaideur)  voulait le 14 juillet. En fait, si ça se trouve, il avait envie de pouvoir fêter sa propre fête, la Saint Henri, le 13 juillet, avec tout l'apparat qu'il fallait : feu d'artifice, soirée dansante... Et hop, le lendemain, on chôme pour s'en remettre ! Royal, quoi.

Mais là, j'exagère, je vois bien. le Monsieur avait l'air d'un bon républicain bien patriote et dévoué à la cause.

Il a subtilement défendu (et fait retenir) sa proposition avec ce qu'on appellerait de nos jours le second effet Kisscool...

Il est allé nous dénicher le 2ème 14 juillet, figurez-vous !

Celui de 1790.

Ah ah, ça vous en bouche un coin, chuis sûre, n'est-il point ?

C'est que le 14 juillet 1790, à paris, on a commémoré la prise de la Bastille, mais de façon (momentanément) apaisée : en présence du roi, qui a juré maintenir la Constitution décidée par l'Assemblée nationale. On est parti pour une monarchie constitutionnelle qui semble plaire à tous, et c'est une liesse générale qui embrase Paris ! 400 000 personnes festoient autour du désir d'unité nationale : c'est la Fête de la Fédération.

L'idée plaît, presque un siècle plus tard. Pas de sang, que de la joie et de l'espérance.

Allez hop ! Ok, Henri, emballez, c'est pesé !

Que le 14 juillet soit !

bastille10-hp.jpg

Repost 0
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 13:30

Et bingo ! Un nouveau doodle dans ma hotte.

 

frida10-hp.gif

 

Toute l'Amérique du sud y a droit, l'Amérique centrale aussi, sans oublier le Mexique, qui, je sais, est en Amérique du Nord même si, m'est avis,  ça ne lui va pas du tout, cette situation septentrionale.

Les Amériques, donc.

Mai aussi.... l'Allemagne !

Ah tiens ? Pourquoi mes ultra-rhénans chéris ont droit à Frida Kahlo, eux, et pas nous ?

Ben parce que la Dame, si elle est connue pour être une célèbre peintre mexicaine, avait pourtant un papa allemand.

Que les choses soient claires de suite : ce n'était pas un ancien nazi réfugié sous des cieux plus cléments, que nenni, sa migration date de 1891 à 19 ans.

Natif de Pforzheim, il épouse une Matilde mexicaine et ils ont quatre filles, dont Magdalena Carmen Frida Kahlo Calderón, la 3ème. Déjà, le nom, ça fait héroïne de roman (chez nous, la 3ème, c'est Vianne, Mathilde, Bienvenue, Désirée, Eugénie G.D de Milcounor, pas mal non plus, hein ?)

Car Frida a bel et bien eu une vie de roman. A défaut d'être facile, elle est remarquable et d'une richesse incroyable.

Intellectuelle, artiste, femme libre et avant-gardiste, touchée violemment dans sa chair autant par accident que par les maladies, amoureuse exigeante mais acharnée, quand on lit sa biographie on a du mal à croire qu'elle est morte à 47 ans après des mois et des mois passés alitée, tant sa vie fut remplie d'action, de création, de rencontres riches et rares.

Je ne la résumerai pas ici, elle vaut bien mieux qu'un petit article de la Gazette.

Je préciserai juste que malgré les souffrances qu'elle a endurées et le fait que cela grévait effectivement son moral, elle gardait un humour qui force l'admiration.

Dans son dernier tableau, peint juste avant sa mort, elle écrit "VIVE LA VIE"* et dans son journal, les derniers mots sont : « J'espère que la sortie sera joyeuse… et j’espère bien ne jamais revenir… Frida ».

Et puis, parce qu'elle en avait soupé de rester allongée, et qu'elle ne voulait "plus jamais subir ça"***, elle a demandé (et ce n'était pas la mode !!!) d'être incinérée...

 

Voici son tableau, Viva la vida, de 1954.

viva-la-vida-frida-kahlo.jpg

Personnellement, si j'admire profondément la femme, je n'apprécie guère l'artiste, hormis quelques oeuvres parmi les moins crues. Dont ces ultimes pastèques (crues, sans doute, mais c'est autre chose...;-) )

 

 

Pour les curieux : http://www.mexique-fr.com/frida.php

 

*** « Même dans un cercueil, je ne veux plus jamais rester couchée ! »


Repost 0
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 07:18

 

Résumé de l'épisode précédent : Footix a subi les trois premiers enfers mais en est ressorti sans sa Coupe. Privé du quatrième séjour, celui des héros glorieux, les Champs Elysées, il part faire le tour de la Gaule pour savoir qui le soutiendra...

 

footix.jpg

 

En Provence, c'est pas gagné....

alpes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pas la peine de prendre le ferry : la Corse n'a qu'un mot ...

corsematin-newscover

C'est pas les Catalans qui prêteront l'oreille :

indepcatalan3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Toulouse...ben...euh...partez vite et revenez tard !

depeche.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais pas la peine de vous arrêter à Bordeaux : ici, on fête le vin, pas les vaincus, et on sait boire raisonnablement, jamais...

sudouest-cover

Vous pouvez toujours passer l'estuaire... si vous n'avez pas peur des sorcières !

CLN_01_une.jpg

Pour traverser le Centre, va falloir sauter par dessus le mur...

lejournalducentre-cover

Les Berrichons sont des poètes, c'est sûr....mais pas trop inspirés par vos exploits, mon pôv Footix !

leberry

 

Pour la bretagne, mieux vaut ne pas aller agacer les autochtones ...bretagne.gif

Paris, on vous l'a déjà dit : pas la peine d'insister...parisien.jpg L'Yonne, c'n'est pas Lyon...mais ils ont l'air de s'y connaître en matière de Guignol ?

lyonne-cover

 

Cap au Nord, et peut-être que....

lavoixdunord-cover Bof, ne t'arrête pas ici, ils m'ont l'air un peu déprimés, ces Chtis ! ben oui, petit, forcément, c'est le NORD !!!!

Continue ta route....en chantant !

En passant par la Lorraine, avec tes crampons ! (bis)

On t'a traité de pantin, avec tes crampons,lalère, hohoho!

Avec tes crampons !

republicainlorrain-cover

 

Je ne veux pas être pessimiste, Footix, mais il ne doit plus rester trop de "coins" à visiter dans notre hexagone ???

Peut-être que du côté de l'Alsace.... c'est pas vraiment des Français, là-bas, si ? Ils seront peut-être moins fâchés... au moins, on ne fait pas de l'ombre à l'Allemagne...;-) Ben non, tant pis, c'est pas là-bas qu'on trouvera un accueil paradisiaque.

 

DNA

Il semblerait que le Tour de Gaule soit terminé : TERMINUS, tout le monde descend !

 

Merci aux journalistes qui s'en sont donné à coeur joie pour nous amuser avec leurs unes ce matin : comme chantait je-sais-plus-qui , on a perdu mais "on a quand-même bien rigolé" !!!!

 

Repost 0
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 07:18

 

Résumé de l'épisode précédent : Footix a subi les trois premiers enfers mais en est ressorti sans sa Coupe. Privé du quatrième séjour, celui des héros glorieux, les Champs Elysées, il part faire le tour de la Gaule pour savoir qui le soutiendra...

 

footix.jpg

 

En Provence, c'est pas gagné....

alpes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pas la peine de prendre le ferry : la Corse n'a qu'un mot ...

corsematin-newscover

C'est pas les Catalans qui prêteront l'oreille :

indepcatalan3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A Toulouse...ben...euh...pars vite et reviens tard !

depeche.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais pas la peine de vous arrêter à Bordeaux : ici, on fête le vin, pas les vaincus, et on sait boire raisonnablement, jamais...

sudouest-cover

Vous pouvez toujours passer l'estuaire... si vous n'avez pas peur des sorcières !

CLN_01_une.jpg

Pour traverser le Centre, va falloir sauter par dessus le mur...

lejournalducentre-cover

Les Berrichons sont des poètes, c'est sûr....mais pas trop inspirés par vos exploits, mon pôv Footix !

leberry

 

Pour la Bretagne, mieux vaut ne pas aller agacer les autochtones ...bretagne.gif

Paris, on vous l'a déjà dit : pas la peine d'insister...parisien.jpg L'Yonne, c'n'est pas Lyon...mais ils ont l'air de s'y connaître en matière de Guignol ?

lyonne-cover

 

Cap au Nord, et peut-être que....

lavoixdunord-cover Bof, ne t'arrête pas ici, ils m'ont l'air un peu déprimés, ces Chtis ! ben oui, petit, forcément, c'est le NORD !!!!

Continue ta route....en chantant !

En passant par la Lorraine, avec tes crampons ! (bis)

On t'a traité de pantin, avec tes crampons,lalère, hohoho!

Avec tes crampons !

republicainlorrain-cover

 

Je ne veux pas être pessimiste, Footix, mais il ne doit plus rester trop de "coins" à visiter dans notre hexagone ???

Peut-être que du côté de l'Alsace.... c'est pas vraiment des Français, là-bas, si ? Ils seront peut-être moins fâchés... au moins, on ne fait pas de l'ombre à l'Allemagne...;-) Ben non, tant pis, c'est pas là-bas qu'on trouvera un accueil paradisiaque.

 

DNA

Il semblerait que le Tour de Gaule soit terminé : TERMINUS, tout le monde descend !

 

Merci aux journalistes qui s'en sont donné à coeur joie pour nous amuser avec leurs unes ce matin : comme chantait je-sais-plus-qui , on a perdu mais "on a quand-même bien rigolé" !!!!

 

Repost 0
11 juin 2010 5 11 /06 /juin /2010 12:39

Ben oui, parfaitement : St André de Cubzac, c'est pas seulement un trou, c'est un trou avec une gloire locale.

(Une vraie gloire locale, pas comme l'histoire de la pôv Ségo...)

Je rappelle à tous les oublieux que l'homme au bonnet rouge, le compagnon de la Calypso, le génie tutélaire de Thalassa, bref, j'ai cité : le Commandant Cousteau, y est né (et enterré).

Il y a 100 ans de cela, pile, poil.


Et donc... pour pas changer***...cousteau10-hp.gif


Glou-Glou-Google...

 

*** It's raining Doodles, Halleluiah !

(sur l'air de...)

Repost 0