Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 09:12

J'en appelle à Jean-Jacques, parce que Google m'a dit que c'est son jour.

rousseau-12-hp.jpg

(300 ans...)

 

Mais quand j'ai ouvert ma Gazette, c'est juste pour y coller un petit bout de mail que j'ai reçu ce matin.

Vous me direz que j'en reçois des dizaines, comme ça, tout comme vous.

Alors, pourquoi celui-là, ce matin, en particulier ?

Et pourquoi pas ?

Je ne sais pas... parce qu'en ce moment mes chers élèves composent en français pour leur Brevet, peut-être ? Je souhaite à leurs correcteurs de ne pas rencontrer ce genre décrit typique des spams !!!!

 

Moi, je le trouve gratiné....

 

"Bonjour Cher Client :

La retiration de votre carte a suspendu l'auto-recharge sur votre compte skype [solutions en ligne]
(...)
Département de confiance et de sécurité,
Solutions en ligne Skype"

Je suis MORTE DE RIRE.... La RETIRATION me plonge dans la plus grande PERPLEXITUDE.... Quant au département de confiance et de sécurité, si je devais le dessiner, il ressemblerait peut-être à ça...
kaa6.jpg
Repost 0
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 09:29

Ou encore : " Faut-il être cultivé pour apprécier une oeuvre d'art ?".... voire un texte de Hobbes sur ce qui fait une "bonne loi"...

Ma chère tête (vraiment) blonde de nièce chérie philosophait hier pour son bac.

Bon courage ma belle !

Je ne sais pas encore ce qu'elle a choisi parmi les trois sujets offerts à la réflexion des élèves de sa section.

 

images-copie-1.jpg

 

Petite pensée de la Gazetière à toux ceux qui pensent et clament que "le bac ne vaut plus rien, tout le monde l'a, il ne sert à rien".

J'aimerais bien les voir devant leurs feuilles de brouillon aux douces couleurs pastel (toujours les mêmes depuis 30 ans, exams et concours compris, l'Ed Nat est un client fidèle!).

Rappelez-vous, critiques blasés et pontifiants que " 'une bonne copie de philo (... c'est) une introduction problématisante, un développement équilibré avec un minimum de débat contradictoire et une conclusion qui répond à la question. Il faut éviter les approches unilatérales et les considérations de sens commun non interrogés. Pour un texte, dégager le thème ou la thèse. Il faut une analyse linéaire en cherchant dans le propos de l'auteur la réponse aux objections qui viennent à l'esprit pour approfondir l'analyse. C'est ce que les élèves entendent depuis le début de l'année et qui ne prend sens qu'appliqué dans un devoir qui est en lui-même la mise en oeuvre d'une compétence acquise par l'exercice tout au long de l'année." (dixit Jeanne-Claire Fumet, du café péda)

 

Bref, faut quand-même être capable d'aligner quelques mots portés par une pensée suffisamment éclairée pour mettre en lumière à la fois ses propres idées ... et celles des éminents penseurs qui ont laissé des traces que l'institution veut bien retenir. " Les nains voient loin sur l'épaule des géants"... Mettre en relation, tisser des liens entre doctrines, faits, analyses. Choisir son vocabulaire avec soin, éviter la polysémie... sauf si elle est subtile et donne matière à réflexion... c'est un jeu d'équilibre sans filet car le brouillon commence à disparaître à ce niveau : plus trop de temps pour tout faire !

 

Bon, ça, c'est pour la philo. Mais je vous assure que les autres épreuves, ce n'est pas si aisé que les mauvaises langues veulent bien le faire accroire.

Et puis de toute façon, sur quoi se fondent-ils, les ceusses qui disent que le bac ne vaut plus un clou ?

Sur les sacro-saints "chiffres", pour sûr !

Zonty pas encore compris que les "chiffres" sont là pour ENDORMIR ceux qui y croient ?

Savent-y pas que les "chiffres", on leur fait dire ce qu'on veut (et son contraire) ?

 

Commençons par les fameux  "80% d'une classe d'âge".... (cocher la bonne réponse)

- qui a le bac

- qui devrait avoir le bac (objectif de notre pays)

- qui a, aurait, devrait avoir le "niveau bac"

 

Finalement, on ne sait pas bien, ce qu'on retient, c'est "80%" et "bac" : du coup, on croit (ou veut croire) que 8 jeunes sur 10 sont pourvus dudit diplôme (j'en bégaierais presque!) quand ils ont, disons, 20 ans.

A la radio, ils sont allés jusqu'à nous sortir le nombre de bacheliers qu'il y a eu l'année de sa création ( 31 diplômés en 1809) pour comparer (!!!) et pointer du doigt le désastre de la dévalorisation de la chose !

 

Le désastre, m'est avis, n'est pas dans les chiffres, les nombres ou les quantités, le désastre se trouve plutôt dans le discours, donc dans les lettres, les mots, les propos... fallacieux.

 

Le BAC... finalement  c'est quoi ? On parle de quel diplôme ?

Vous voulez que je vous dise, Lecteurs Bien-Chéris ? Personne ne parle de la même chose. Le bac est un FANTASME national et chacun parle de "son bac". Rêvé. Celui qu'il a passé, ou pas. Celui que son grand-père père ou arrière grand-père a eu. Celui que son arrière-grand-mère n'a pas pu passer. Celui que sa tante n'a pas passé en 1968 mais qu'elle a eu quand-même etc.

Le bac est un objet mouvant mal  identifié, qui cristallise pas mal de conflits intergénérationnels et qui permet de faire avaler n'importe quoi à plus ou moins n'importe qui. Commode.

31 bacheliers en 1809, mais qui sait "ce que c'était" le bac en ce temps-là ?***

 

bac

 

Remarquez, là, je me gausse !

 

Le bac "C" ou "S", à l'époque, pour l'avoir, fallait d'abord avoir fait ses preuves avec les humanités !!! C'était du PLUS ! De là en est resté une notoriété certaine, si ce n'est un prestige dans les esprits frappés par cette haute époque !!!

Même si ça fait bien longtemps que le bac scientifique vit de façon autonome sa vie de diplôme à part entière et non de "supplément" !

 

Mais revenons à notre juin 2012 : la Gazette est de son temps.

Les 80%, vous l'aurez compris, c'est du vent qui souffle dans les hautes cimes. Actuellement, croisant les sources les plus institutionnelles, on en serait à 61% de "bacheliers" de l'actuelle classe d'âge concernée. On en a quand-même perdu un paquet ne deux coups de cuillère à pot ....mais ce n'est rien si on regarde de plus près de quoi il est question.

 

Car la définition du BAC est vaste comme un océan... Grâce à qui ? Grâce au bac... PRO !

Lisons un peu...

"Cette année encore, le nombre de candidats augmente de façon significative : +7% par rapport à 2011."

Mais à y regarder de plus près :

" Le bac général est quasi stable (+1,5%).C'est la série ES qui augmente le plus vite (+3%) alors que la série L continue à perdre des candidats (-3%). Il n'y a plus que 55 297 candidats en L, trois fois moins qu'en S !"

De plus en plus de têtes à chiffres : vive la France ! Mais le mieux reste à venir :

"Finalement la quasi totalité des gains dans le taux d'accès au bac se fait grâce au bac professionnel. En 2012 il croit de 28% avec 220 000 candidats  (171 000 en 2011)"

Le voilà, le petit, il est là, et il croît, il croît, il croît...

Le bac pro. Soyons clairs : il ne ressemble pas vraiment  aux bacs généraux ou technologiques. Un seul exemple : pas de philo  pour ces élèves... Le BEP a quasiment disparu, si on veut aller un peu plus loin que le CAP,il n' y a plus que le bac pro. C'est logique, mathématique, infaillible et c'est bien, du coup, la génération gagne des bacheliers. CQFD.

Sauf que.... l'"espérance d'études supérieures est souvent un leurre. Pas grand chose n' est fait pour permettre l'accueil des bacheliers professionnels dans des filières supérieures courtes. Leur arrivée en université conduit généralement à l'échec. D'autre part, (...) le nombre de jeunes orientés en CAP a considérablement augmenté. Les trois quarts d'entre eux entreront dans la vie active après le CAP avec une formation assez faible. Les autres, un quart environ, vont en bac pro. Pour beaucoup d'élèves de seconde pro atteindre le bac  en 3 ans au lieu de 4 reste une gageure. C'est nettement plus dur et le taux de décrocheurs à la fin de la seconde pro a doublé avec la mise en place de la réforme passant de 7 à 14%.(http://www.cafepedagogique.net)

Franchement, je l'avoue, ça me "prend la tête" de calculer tout ça, mais à vue de nez, entre le 1/4 qui continue et les 14% de décrocheurs, sachant que la grosse majorité ne réussira pas en études supérieures, on peut écrire sans se tromper que l'égalité des bacs pro avec les filières générales et technologiques est purement symbolique.

Alors ok, "ils ont le bac". Mais on ne parle pas du même.

On ne peut pas additionner ni multiplier les pommes et les poires, m'a -t-on appris en mes jeunes années. Difficile de les comparer, du coup.

Idem pour notre fameux bac !!!

 

Conclusion : bonne chance et bon courage aux courageuses et courageux de mon entourage

qui sont en train de passer les épreuves,

et à bientôt pour les félicitations méritées !

 

 

*** Intéressant rapport, la Gazette le conseille à ceux qui ont le temps : http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/2008/65/8/rapportlegendre_34658.pdf

Repost 0
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 19:20

Lecteurs chéris, je sais que vous savez que je sais que vous savez que chez nous, en France, la Fête des Mères trouve une origine pétainiste qui l'entâche évidemment d'une certaine ombre eu égard à d'autres décisions dudit homme...

C'est vrai, officiellement, cette fête existe depuis 1941, temps où il était nécessaire de peupler le pays (on avait beaucoup de travail et des bouches étrangères à nourrir....).

Dire que la France avait alors une politique nataliste est peu dire.... je me souviens avoir vu il y a quelques années une exposition fort instructive sur les affiches, la propagande et la publicité au Musée des Arts déco à Paris.

J'en suis sortie édifiée (je n'exagère pas!) après avoir découvert la place rêvée des FEMMES dans les ambitions du régime de l'époque.

Ce duo m'avait particulièrement émue :

 

04-01-PN_50-5.jpg

 

Par contre... (et Gott sei dank, c'est mon cas!)

04-02-PN_50-3.jpg

 

Remarquez, ils n'y allaient pas par quatre chemins, ils ne nous enrobaient le message avec des procédés subliminaux : "elle sert". Dans tous les sens du terme, notez.

 

Donc, on pouvait bien lui octroyer officiellement un jour (un dimanche, pas un jour férié, quand-même, faut pas exagérer!)

Un jour à la GLOIRE des... ventres. Vous allez me trouver crue, mais franchement, c'est ça, non ? La femme utile POND. D'ailleurs, regardez la première affiche qui promeut la fameuse journée. En 1942, la date est fixée, c'est fait, on fait donc de la pub, on informe.

fetemeres.jpg

Franchement, ça vous fait penser à quoi, ce dessin ? Dîtes comme ça, vite, sans réfléchir ?

Moi, je vous l'avoue tout net, j'ai l'impression de voir un utérus. Avec le bébé qui éclôt joliment de ce doux réceptacle !

Vous remarquerez, c'est même pas une Fête, d'ailleurs, c'est une journée.

Elle en a de la chance, la Maman.

Regardez comme c'est mignon : pendant qu'elle pouponne le (pour l'instant) petit dernier, les aînés (un par an, à vue de nez) lui préparent une petite surprise....

02-FA_2.jpg

Je ne sais pas si c'est moi, mais j'ai l'impression que ce ne sont que des garçons, non ?

Oui, ça doit être ça : la FILLE est ailleurs. Si, si, dans la pièce à côté. Elle joue. (Profite, ma fille, profite...)

Regardez...

01-01-FA_1.jpg

 

Bon, allez, j'arrête de faire du mauvais esprit...

Moi qui suis une maman comblée...de famille dite nombreuse, en plus !

La Fête des Mères, on me la souhaite, et c'est doux à mon coeur.

Pétain, je ne lui en veux même pas !

Et l'une de mes Merveilleuses enfants m'a même envoyé ce jour un petit truc totalement CRAQUANT...

Je voulais vous le faire écouter, mais ça ne fonctionne pas malgré les prouesses techniques auxquelles je me suis évertuée... ;-))

Imaginez donc une petite voix d'enfant, vraiment petit : ça sent la petite section de maternelle...

Une comptine de Fête des mamans apprise par coeur, avec enthousiasme et bonne volonté. Un don manifeste pour déclamer à l'aise devant la dame de la radio et son gros micro...

maman.gif

J'aurais préféré la petite voix, mais on fait ce qu'on peut !

 

Maréchal, t'es parti y a longtemps, t'as pas super bien fini, mais la Fête des Mères demeure, et c'est tant mieux !!!

Repost 0
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 17:07

Dans le sens du poil, qu'ils nous a pris, le néo-président....

J'invente pas, hein ! Dixit Le (très sérieux) Monde  ( )

 

"Je veux que [l'école] retrouve tous les moyens d'être fidèle à sa vocation, je veux lui redonner confiance en elle-même, sa foi dans ses propres capacités, sa volonté d'être conforme à notre histoire et à ce qu'exige notre avenir, a-t-il martelé. L'école a besoin de réformes, elle attend aussi de la considération de la nation et elle appelle le soutien de l'Etat."


Le président s'est également engagé à rétablir "la formation professionnelle des enseignants" et a rendu hommage à tous les personnels de l'éducation. Le métier d'enseignant nécessite "une préparation toute professionnelle pour exercer ces délicates fonctions". "Voilà pourquoi je rétablirai la formation professionnelle des enseignants", a-t-il déclaré.

 

"Pour honorer ces missions, je sais pouvoir compter sur le dévouement, le courage de tous les personnels de l'éducation nationale", a-t-il ajouté. "C'est vers eux que j'adresse mes premiers mots de président de la République, aux professeurs des écoles, aux enseignants du secondaire, aux universitaires, aux chercheurs", mais "aussi à tous les agents des plus modestes jusqu'aux plus prestigieux", a-t-il assuré.

 

Mmmmmmmmmmm.... Je ronronne, là..... Que des beaux mots, que des grandes valeurs...

 

Y a comme un bruit de tambours et de trompettes, non ?

Allez, vite, on y va : c'est où qu'on signe ?

 

François, tes Hussards Noirs ne te décevront pas !

Repost 0
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 16:51

... vue cartographique de la France en couleurs... CLic, zoom, clic, zoom....

Une mer de ROOOOSEEEE... (la couleur qui "n'existerait pas" ?.... je commence à comprendre d'où pourrait venir cette désinformation honteuse !!)

Sans-titre-5.gif

DonaldVille....voyons de plus près... Bordeaux, rose... Cenon (lieu de naissance de votre Gazetière ET du concert bordelais de Patti), rose... Mais, mais, mais.... OUCETY cette tache BLEUE ??? C'est la zone de DonaldVille , ou bien  j'ai perdu tous mes azimuts ?

Une angoisse fébrile dans mes doigts tremblants.... Ce ne serait quand-même pas... ? Clic, zoom, zoom, clic...

OUF !!! Sur les terres de la Ferme, on confirme le rose, c'est du grand teint, ça n'a pas décoloré depuis le guillotinage du précédent bourgmestre.

Sans-titre-2-copie-1.gif

Cette tache bleue... donc... tout à côté...au-delà de la ceinture ferrée... elle confirme aussi la couleur municipale...

Sans-titre-3.gif

Bon, on peut toujours rêver d'une médiathèque intermunicipale ou d'une saison culturelle vraiment concertée et complémentaire... Rose et bleu, si on mélange....ça ferait....MAUVE ?

Ah oui ? Mais sur cette carte, le mauve, bof, bof, j'aime autant pas !

Et y en a beaucoup dans le Médoc ou le Blayais, du mauve !!

Repost 0
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 17:40

Surprise du matin, aucun oeuf dans mon jardin, non, non, non, mais un petit doodle du jour !

 

On fête aujourd'hui un anniversaire à nombre improbable, celui d'un des Saints patrons de la Nouche, notre estudiante en cinéma !

On  connaissait évidemment les très auréolés St Louis et  St Auguste Lumière, mais avant eux, Lecteurs avides de vérité scientifico-historique, plusieurs proto-inventeurs du cinéma ont commis quelques avancées nécessaires à la naissance officielle du 7ème Art !

Interrogez donc la spécialiste dudit Art, elle est en pleine révision de son semestre, je suis sûre qu'elle vous égrennera aisément la succession des techniques et de leurs découvreurs, dans l'ordre, et avec les détails !

 

La Gazette, pour sa part, restera modeste et collera à l'actualité : c'est donc le jour ou jamais de  faire sortir de l'ombre (des salles obscures) Edweard Muybridge, vous savez, celui qui a fait ce truc hyper connu avec un cheval qui galope ?

 

Son invention, au monsieur, figurez-vous que c'est à cheval (hi-hi!) entre la PHOTO et le CINE. Cétypas pile-poil le créneau de la susnommée, hein ?

Je vous explique en trois phrases.... Bref résumé de condensé d'abstract :

En 1839, Daguerre invente la photographie.

Presque 40 ans plus tard, en 1878, Edweard Muybridge a l'idée d'aligner 24 appareils photo pour photographier un cheval au galop. Puis, comme nous l'apprend Wikipédia (qui est ma source ici comme souvent) : "Les photographies sont par la suite intégrées dans un dispositif de son invention, le zoopraxiscope, qui permet de voir s'animer la course du cheval." L'amorce du début du commencement du vrai cinéma ***, voilà.

 

Et qui ne connaît le fameux "galop de Daisy" ? C'est ce premier petit  film que Google a transformé en doodle animé (forcément, le contraire eût été étonnant) en ce lundi de Pâques.

Et un internaute plein d'imagination et de compétences techniques nous a même fait le plaisir de nous en faire un petit montage agrémenté de musique sur youtube...

Alors, pourquoi se priver et vous imposer une simple photo de la chose ? En avant pour youtube et merci à l'auteur  !

 

 

 

***Bon, heureusement, après plein de noms bizarres, tels que thaumatropephénakistiscopezootropepraxinoscope...

y a eu d'autres avancées techniques avec d'autres noms, dont cinématographe, parce que franchement, je ne me  vois pas proposer : " on se fait un petit zoopraxis ce soir?" ni même " ça te irait, un petit thauma "? Quant à ZOO, c'est déjà pris...

Non, vraiment, ciné, cinoche, c'est mieux !

Repost 0
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 18:38

Alors là, pour sûr : c'en est un !!!
Un de ces coups-de coeur dont j'aime à laisser trace dans cette petite Gazette. De loin en loin, seulement. Car si j'aime beaucoup des films que je vais voir, seuls certains me transportent au point d'aller clamer à tous : foncez, allez-y viiiiiiite !

D'abord, il y a la langue. Du flamand. Un régalage de langue aux consonances un peu étranges pour nous. Je ne sais pas pourquoi, mais elle a comme un accent comique, cette langue. A cause de l'accent belge, peut-être....
Ensuite, il y a les personnages. Trois gars, au commencement. Et pas un qui laisse indifférent. L'un, parce qu'il est beau comme un dieu, l'autre parce qu'il a une tête de sale gosse au grand coeur, et le troisième, parce qu'il a une gueule qui fait du bien à voir : carrément moche et définitivement craquant. Et puis il y a la personne qui les accompagne : son humanité, révélée au fil des aventures, éclate à l'écran, balayant tout canon de beauté convenue.
Enfin, il y a le sujet, et la forme du film.
Trois amis, tous trois handicapés : un quasi-aveugle, un myopathe ( je crois) et un malade incurable qui ne peut plus marcher.
Ils sont jeunes, et ils "ne l'ont jamais fait". Ce qui les navre et les obsède.
Ayant eu vent d'une maison de passe spécialisée "pour les gens comme eux", ils décident de s'y rendre ensemble, de façon autonome.
hasta_la_vista_photo.jpg
Sauf que El Cielo....c'est en Espagne !
Va falloir vendre ce voyage à l'entourage, pas préparé du tout à les lâcher. Certes, ils ont adultes, mais...
Il va falloir convaincre... Que l'infirmier est super-compétent, que le minibus est idéalement équipé, que tout est préparé à l'avance et réglé au millimètre près...
Bon, enfin, leur voyage initiatique, ils vont le faire, avec les heurs et malheurs qu'on imagine (ou pas) et nous, notre road-movie, on va l'avoir !
Du comme on aime. Des rires (beaucoup), des larmichettes (c'est plein d'émotion, mais sans pathos, et pourtant...), des trucs qu'on voit venir, d'autres pas...
Il y a des personnes, et leur handicap. Plus que jamais, on comprend que certains se battent pour dire "personnes porteuses de handicap" et non pas "des handicapés" comme substantif. Parce que c'est vrai que ces handicaps, ils sont là, mais ce n'est pas eux qu'on regarde.
D'ailleurs, je parie que quand vous sortirez de la salle, vous direz avoir vu un road-movie sur l'amitié et le désir (de luxure), pas sur le handicap.
En cela le film est bien fait. Il ose même un petit moment de grâce onirique où l'on "voit" ces trois garçons désormais débarrassés de leur encombrant pucelage, debout, "valides", légers comme des anges.
Le film est plein de bons sentiments mais jamais gnangnan. Pas cru, non plus, car il reste empli de pudeur. Jamais misérabiliste, plutôt une ode à la vie. Un mot, un seul ? Ce serait TENDRE.
photo-hasta-la-vista-600x409.jpg
On sort de là secoués et allègres, avec l'impression que la vie est pleine de surprises, que rien n'est jamais joué.
On dira que c'est  "l'autre film" qui parle du handicap. Mais ils ne se ressemblent pas. Autant "Intouchables" est comique, mais avec la certitude que la vie des personnes handicapées ne ressemble pas à tout ça car peu sont millionnaires, et en cela "Intouchables" apparaît vraiment comme du cinéma, autant "Hasta la vista" touche au coeur par une authenticité radicale. On rit, mais c'est bien plus que ça ! Le film parle à l'humanité profonde de chacun de nous, avec ou sans handicap. On ouvre les vannes de fraternité et de bienveillance qui demeurent en nous, et ça fait UN BIEN FOU !!!!!
Repost 0
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 16:18

 

Lecteurs chéris, je ne vous raconte pas mes chères conférences au centre Yavné, je ne me la joue pas rabbin Krygier enseignant à la yechiva, je ne vais pas me livrer ici devant vous à un exercice passionnant d'exégèse ou d'herméneutique. Non, je n'interrogerai aucun texte biblique pour asseoir et illuminer ma foi, et cependant je vais bien assumer ici, fidèle au titre de cet article, un acte de foi. Acte de foi à la manière de M. Jourdain faisant de la prose sans le savoir. Acte de foi total et définitif, intrinsèque à ma nature.
Face à l'austère science et à ses affirmations aussi grises que révoltantes, je le dis, je le crie, je l'écris :

JE CROIS AU ROSE !


Évidemment, me direz-vous ! C'est quoi l'histoire ? Elle nous fait quoi , la Gazetière ? Mal remise de sa grippe de l'autruche qui lui a grillé ses vacances ? Les méninges commotionnées, peut-être ? Que nous clame-t-elle qu'elle croit au rose ? On avait bien remarqué que c'était SA couleur, alors, il est où le truc ? L'argument de l'article ? Cela a-t-il quelque rapport avec son doodle de filles d'hier ? Avec le nom de sa Gazette ?
Je vous imagine plongés dans un abîme de perplexité, qui ne doit pas être rose, car si les sentiments ont une couleur, le doute n'est certainement pas rose.

Bon, alors, pour résumer, je fus informée tôt ce matin d'une allégation soi-disant scientifique et certainement grave : le rose n'existe pas.
Non, vous ne rêvez pas. La pensée, au mode indicatif, est aussi brève qu'assommante, brute de décoffrage, ouvertement provocatrice.
Lecteurs (et les autres), vous vivez dans l'illusion !
On n'avait pas oublié Platon et sa caverne, on savait, fréquentant de près ou de loin la pensée bouddhiste, que "tout n'est qu'illusion", on veut bien entendre les interrogations de la physique quantique sur la réalité de l'atome, mais quand même, y a des limites, et LE ROSE est en-deçà des limites. Protégé. Ma machine mentale bloque carrément et REFUSE d'adhérer à un propos si TRISTE et DÉSESPÉRANT !

Les scienceux, qui feraient mieux de chercher des vaccins contre les maladies graves ou trouver des méthodes pour lutter contre la gravité au niveau du menton, n'ont rien trouvé de mieux que de s'attaquer à une pauvre couleur qui n'avait rien demandé, la plus tendre, douce et inoffensive des couleurs, la couleur des cupcakes par excellence, celle du dimanche gaudeate, celle de mes santiags préférées et puis, tout de même, celle de deux Angels sur trois. Ce qui n'est pas peu.

Donc, une source : ici
Et une autre, avec démo visuelle à l'appui : là !
(notez que la démo est en anglais, déjà, c'est peu convaincant...)
Et maintenant, lisez : les mots sont sordides. "angle mort", "palliatif". Pas étonnant ! Sans le rose, la vie vire au noir....
On apprend que "
la couleur rose est composée de la lumière rouge et bleue et que nos yeux les voient ensemble pour former du rose."
Là, c'est mieux. Comme le chantait ce cher Joe (qui y croyait, lui, au rose, j'en suis sûre) "et si tu n'existais pas (...) ce serait pour te créer..." (etc.) Si ça n'existe pas, tant pis, on l'invente. Oui, on lit plus loin que le rose (magenta) "est le résultat de l'interprétation par le cerveau de l'excitation des cônes de la rétine de l'oeil frappés par des rayons lumineux rouges et bleus de même intensité." Pour les décrocheurs qui auraient abandonné la phrase avant la fin, compendieusement, le cerveau fait comme si.
Pour "prouver" son athéisme colorisant, le savant argue que "le rouge est d'un côté de l'arc-en-ciel, le violet d'un autre, ce qui est un problème:" Voir les nuances entre ces deux pôles serait du domaine de l'invention. Ok. Simpliste, m'est avis, avec un besoin patent de dramatisation : je ne vois là aucun  problème que je ne puisse résoudre.
Pour voir le rose mon cerveau interprète, donc il fonctionne intelligemment. Ah si, si, intelligemment. Il ne se laisse pas berner par l'éloignement du bleu et du rouge sur l'arc en ciel. Il recrée  la zone intermédiaire et comble le vide apparent : la boucle est bouclée, et je dis BRAVO et MERCI à mon cerveau. Voilà. En conclusion
: voir du rose est une preuve d'intelligence, voire de survie.
Et puis, de toute façon, il a bon dos l'arc-en-ciel.
Arc_en_ciel.gif
Parce que, comme le dit une professeur experte dans la couleur (?) :
«Si on prend un tube de peinture rouge et qu'on y ajoute du blanc, ça fait du rose. Techniquement, c'est vrai qu'on ne peut pas générer du rose avec les couleurs de l'arc-en-ciel. Mais on peut mélanger d'autres couleurs dans la lumière pour obtenir du rose
CQFD.
La Gazette s'arrêtera donc sur cette note rassurante : non seulement le ROSE, on le VOIT, on peut le FABRIQUER, mais en plus on peut l'ADORER et même NE PAS l'aimer du tout.
Alors si avec ça il s'en trouve encore qui  sont persuadés que le ROSE N'EXISTE PAS, sans doute pensent-ils aussi que l'Homme n'a jamais marché sur la lune, que Lady Diana et Michael Jackson sont encore en vie, enlevés  à titre de représailles par la famille de l'inconnu de Roswell et que les Twin Towers n'ont pas été détruites par des terroristes...
Eh bien, à ce stade, on ne peut plus rien pour eux !

Repost 0
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 15:42

On en apprend tous les jours !

 

Vérifiant je ne sais quel rendez-vous sur mon beau calendrier 2012, je lis avec étonnement, à la date du 20 février : "Rosenmontag".

Vous en douterez aisément, lecteurs fidèles, mon oeil fut doublement attiré par ce mot !

ROSEN, ça va de soi...

MONTAG, ou je n'y connais plus rien ou c'est de l'allemand !

Le LUNDI DES ROSES ??? Mais koicéty ???

 

Comme j'ai tout compris, j'ai donc Free. Une freebox qui, LUXE, fonctionne.

Donc, in petto, je me lance sur la toile telle l'habile gymnaste sur le trampolino, et de réponse en réponse, dans la langue de Goethe, je finis par découvrir ce que je subodorais sans le savoir vraiment en détail : chez les ultra-rhénans, le Carnaval, c'est pas pour amuser la galerie.

Enfin, si, peut-être, mais pas qu'un peu. C'est pas un malheureux défilé du dimanche ou un atelier masque au centre aéré durant les vacances février !

Là-bas, avant de plonger dans les rudes temps du carême, on fait des réserves de fête... et de gras !

 

Voyez plutôt comme on prend de l'avance sur le mardi-gras ...

 

Dès le jeudi d'avant (soit 6 jours avant le mercredi des Cendres), on entame la période par le jeudi gras, fetter Donnerstag qui est aussi le carnaval des femmes, dit "Weiberfastnacht".

Concept à creuser : je ne sais pas encore ce qu'il s'y passe pour nous les filles... je n'ose imaginer que c'est en relation avec la notion de gras...  A suivre, donc.

 

Vendredi, c'est le  Rußfreitag, le vendredi de la suie, allez savoir pourquoi, on se passsait traditionnellement cette suie sur le visage. Là encore, je serais e peinede vous révéler la signification originelle de la chose... Enquête à mener.

 

Samedi, ça ne s'arrange pas pour les vésicules sensibles : c'est le Schmalzsamstag, Schmalz signifiant "graisse", après le gras du jeudi, on en rajoute une couche, c'est vous dire si le carême qui vient pas finalement ne plus être un chemin de privation mais une cure salvatrice pour l'organisme malmené durant les semaines précédentes !

 

Arrive le dimanche, qui a divers noms, parce qu'on y honore particulièrement les curés et les maîtres : on mange les Faschingskrapfen, "beignets de carnaval" faits la veille  (avec la fameuse graisse, donc, pour ceux qui suivent!).

 

Lundi, donc, je vous écoute, c'est le.....Rosenmontag, eh oui !!! Avec un fabuleux défilé, dans les villes rhénanes, car c'est dans ces régions que ces fêtes sont incontournables. Le jour n'est pas férié... mais bien peu vont travailler tant la coîtume est vivante. A l'origine, on se lançait des roses en papier, fabriquées durant les longues veillées hivernales pour l'occasion. D'où le nom... selon certaines sources. Mais l'étymologie est sujette à caution, de ce que j'ai compris, et il exite plusieurs explications. Je vous épargne, soyez tranquilles ! Pas parce que je suis gentille, non ! Parce que dans les autres hypthèses, ROSEN vient d'autre chose  ne signifie plus ROSE... :-) Donc, je censure !

 

Mardi.... ben vous connaissez, c'est le même mardi gras que nous !

 

Crêpes, beignets, gaufres... c'est comme on veut avant mercredi :-D004.gif

Joli lundi des roses à vous !!!

Repost 0
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 13:39

Le RESPECT. Voici un mot, ou un concept, sur lequel les (très rares) punis du CDi ont l'occasion de réfléchir : après un bon petit résumé de l'article  du Petit Robert, ils doivent répondre à deux ou trois questions sur le sujet et composer sur des situations de respect/non-respect vécues par eux-mêmes... Une petite heure de galère pour une mauvaise maîtrise des relations adulte/élève... ça peut arriver, eh oui !

 

Ce respect, que les élèves réclament à cor et à cri et que les adultes exigent eux-aussi, m'inspire aujourd'hui un article bric à brac, sans autre lien, ténu, que cette notion simple... mais ... difficile !

J'accrocherai donc une à une mes petites anecdotes qui n'ont rieen à voir entre elles, telles des breloques à un charivari... :-)

 

Première breloque : le doodle d'hier ! Il est sympa, il me plaît, de ce côté-là, rien à redire.

Sauf que, allant plus avant dans mes recherches, j'apprends que Charles Dickens aurait écrit, dans son testament, qu'il refusait de faire jamais l'objet d'une quelconque commémoration ! Il abhorrait les hommages, le pauvre homme, et il l'a dit, haut et fort, et même écrit !

« Je conjure mes amis de ne laisser pas faire de moi l’objet d’un monument, d’un mémorial ou d’un témoignage de quelque sorte que ce soit »

Eh bien, lecteurs Chéris, sachez que les dernières volontés, ça ne sert pas à grand-chose !!!

Ah, soyons honnêtes, et n'accusons pas Google d'avoir jeté la première pierre ! Que nenni ! On n'est jamais trahi que par les siens, et ce sont évidemment ses "amis" (posthumes) qui ont choisi d'interpréter ses paroles...

Un de ses descendants explique que Dickens « parlait de ses funérailles et de son enterrement à ses amis (…) Nous sommes persuadés que cela concerne les mausolées prédominantes de l’époque victorienne. C’est cela qu’il rejetait absolument. »

Ce serait donc juste une question d'époque... Il se retourne peut-être dans sa tombe... mais ne les contredira pas... 

Et donc, " une statue de bronze à son effigie sera inaugurée pour marquer son bicentenaire en août 2012, à Portsmouth, sur la côte sud de l’Angleterre, d’où est originaire le créateur d’Oliver Twist."(http://www.actualitte.com)

Du coup, Google ya va de son doodle.

Bon, alors, la Gazette, elle fait quoi ? Elle RESPECTE le choix de l'artiste ou elle rend hommage malgré tout ? 

Elle publie le doodle ou pas ??? 

Dans le doute.... Comment qu'ils disaient, les anciens, déjà ???  ;-)) 

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Deuxième gri-gri : la blague du jour  ! Se passant de l'hommage artistique mais finalement illégitime, nous publierons à la place un petit dessin que j'ai trouvé dans la salle des profs.

N'ayant ni Facebook, ni Twitter, ni truc aussi moderne, je me contente des affichages faits par mes collègues branchés...

Au mur ou à l'écran, ça m'a fait rire, en tout cas !

C'est un truc sur le RESPECT, évidemment : le respect de la différence, cette fois-ci.

jeune-copie-4.jpg

Malformation ou évolution ? Qu'en penseriez-vous, M. Darwin ? 

 

Allez...même sans être profs, avouez-que ça vous a déjà démangé de dire à un gars croisé ici ou là : "Vite ! remonte ton pantalon!!!"

 

Troisième breloque, lue dans le Monde : Respect pour "le dernier vétéran" de la Grande Guerre qui vient de rejoindre son Créateur...
L'info est touchante... on veut en savoir un peu plus sur cet ultime survivor...on imagine le soldat qui a survécu aux tranchées, au gaz, au froid, au stress post- traumatique ... Et on lit, un peu désemparé...que...
1 - LE vétéran, est... UNE ...et là, mauvais point pour la langue de Molière, le mot n'existe pas... En France, pas de témoine, pas de successeuse, pas de vainqueuse...et même pas de vétérane... cela manque de RESPECT pour mon sexe, c'est sûr ! Grrrrr........
2 - La dame en question, Florence Green, une Anglaise, est "reconnue comme ayant servi "... certes... mais de fait, elle fut serveuse au mess sur une base de la RAF du Norfolk durant les deux mois qui ont précédé l'armistice.
Je ne nie pas que c'est courageux de s'engager à 17 ans, c'est sûr que c'était une fille de caractère, mais bon... Je ne suis pas tant scotchée par ses états de service que par son grand âge ! A un an près, elle "connaissait" trois siècles ! A part ça, en quoi est-ce respectable d'avoir "la chance" de vieillir...? En rien de particulier, m'est avis...

 

Et hop ! Bon pour tirage !

 

respect.gif

Repost 0