Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 avril 2010 6 24 /04 /avril /2010 10:57

... ils s'la pètent en se faisant une super méga fête pour les 20 ans d'Hubble à la Cité de l'Espace, et que nous, à Donaldville, on reste derrière.

Hubble, le satellite téléscope qui flotte depuis 20 ans à 600 km de notre beau plancher des vaches et qui nous apprend des taaaaaaaaaaas trucs sur les étoiles, le trous noirs, les exoplanètes et tutti quanti !

Hubble, mis à l'honneur par Google ce 24 avril :

 

hubble10-hp.png

 

Alors bien sûr, les cousins de Garonne, ils ont voulu faire un truc à la hauteur :

1271668849.jpg

 

Avec, je cite "le film IMAX 3D® au programme de cette soirée et à l’affiche à la Cité de l’espace en 2010 (en exclusivité en France)."

Eh bien, mes amis, je vou le dis : nous ne serons pas en reste, ici, chez nous, dans l'autre Ville de Garonne !

Et ce n'est pas l'absence d'un parc d'attraction à reflets scientifiques qui va nous empêcher de regarder également un  super film sur le sujet.

Et c'est donc sur la Gazette, eh oui ! que nous nous ferons un plaisir de visionner un super méga film, largement aussi bien qu'à Toulouse, je vous assure !!!!

Eteignez les lumières....

Installez-vous confortablement dans vos canapés moëlleux...

Cliquez sur plein écran...

Mettez le son bien haut, ça aide pour l'ambiance...

Réactivez votre traducteur intégré anglais-français (niveau Brevet des collèges au minimum...)

Si vous avez vos lunettes d'Avatar, vous pouvez les mettre : elles ne serviront pas à la vision 3 D, certes, mais ça renforcera l'illusion d'être au Futuroscope, ça dépayse...

 

Prêts....?

C'est parti !

 

Si tout va bien, comme sur mon PC, ça marche bien !
S'il vous manque quelques applets et autres modules, il vous reste toujours la solution de rechange, le plan B, vous allez sur le lien suivant :
J'espère que ça va pour vous et que vous avez déjà décollé !!!!
Parce que sinon, le plan C, c'est Toulouse mercredi prochain !
Et ça risque d'être dur, parce qu' il me semble bien que mercredi prochain, le 28 avril, à DonaldVille, on fête une autre
sorte de "satellite" !!! :-))
Repost 0
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 19:51

Lecteurs chéris, en ces temps de salons du livre divers et variés, la Gazette se doit de vous livrer un petit point sur le sujet, n'est-il point ?

Voilà, elle est contente, la Zigo, elle joue avec les mots, au ras des pâquerettes, c'est sûr, mais bon, c'est de saison et c'est bien agréable de frôler l'herbette en ce début de printemps.

Des livres, donc.

Rassurez-vous, je ne vous ferai pas un roman dans ces colonnes, mais  un mini-mini dossier documentaire sur le thème. Un micro-dossier. Un nanodossier, c'est plus dans le vent. In the move  :-D  !

Voilà : je vais résumer en quelques lignes des sujets qui auraient pu faire l'objet d'articles complets. Appréciez l'astuce : "avouons-le, tu t'épargnes", comme dirait quelqu'un de ma connaissance !

Mais je vois quelques avantages à l'opération Abstract :

- Pour le lectorat : je vous fais grâce de X articles. Et je sais que ça vous arrange : vous êtes plusieurs à avouer du retard dans le suivi de cette abondante (logorrhéique?) publication zigobellesque...

- Pour ma pratique professionnelle : j'entretiens mes (supposées) compétences en synthèse, veille documentaire, collecte et organisation de l'information à destination des usagers. En un mot, je travaille à l'élévation de mon degré d'expertise.

- Pour le dossier "Docs Gazette", qui contient tous les germes d'idées de papiers pour La Vie en Rose. Je ne me berce pas d'illusions inutiles, je SAIS que JAMAIS je n'écrirai tout ce que je me promets d'écrire. Ce dossier est une banque de semence journalistico-bloggueuse dont 80% des embryons ne verront jamais le jour : grave problématique, question éthique (pas étique!) douloureuse : que faire de ces idées pré-germées et cryogénisées ? Eh bien, tenez, grâce à l'opération Abstract, j'en décongèle deux - trois d'un coup et hop ! ni vu ni connu, j'allège mon freezer à idées ! Cela vaut bien une défragmentation de Dédé + compression des archives, manoeuvre salutaire que chacun devrait penser à opérer régulièrement.

Voilà, c'est comme si c'était fait. Je vous sers donc mon nano-dossier sur plateau d'argent :

 

1 - L'Escale du Livre : si j'y étais revenue ce week-end au lieu de préparer fébrilement la grande Fiesta du 17, je serais allée écouter la lecture du dernier roman de Véronique Olmi "Premier amour".

C'est mon avant-dernière lecture et j'en suis tombée en amour.

De cette écrivain, de ses mots vrais et poétiques, de sa façon de dire son vécu si semblable au mien, au nôtre, mes amies de 45 ans et des pâquerettes, mamans plein de fois, mariées longtemps et "plus jeunes aujourd'hui qu'à 20 ans"...

Soyez-en certains, une collection des oeuvres de cette dame (nombreuses sont theâtrales) pourrait bien voir le jour sur les étagères roses de la Bottine...

 

2 - La Chaîne des Livres : au bout de trois mois, je puis poser un premier petit bilan. Six "Tiens" et  deux ou trois "Tu l'auras".

Pour ce qui est des acquis, un menu assez varié : de l'Humour en entrée (Qui a tué Glenn ?* Mensonges, mensonges**) ; un plat de résistance (il va résister, mais moi aussi) : So sprach Zarathustra*** (euh, pas dans le texte, j'aime l'allemand mais quand-même!) avec accompagnement exotique (Lire Lolita à Téhéran****) ; un  dessert léger et acidulé (Chagrin d'école*****). N'oublions pas le plaisir de boire : La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules******...)

J'ignore encore ce que je puis espérer en café et pousse-café, mais d'ores et déjà, je mets 4 étoiles et je me réjouis de tous ces cadeaux !

 

3 - La Boîte à Livres : connaissez-vous le concept ? C'est une bibliothèque "sauvage", une boîte en plexiglas posée dans un lieu de passage, où chacun peut déposer des livres qu'il veut donner, emporter ceux qui lui plaisent, les garder, les rendre ou les relâcher ailleurs...comme il veut.

Au gré du désir.

A Bordeaux, il en est une qui a fleuri en janvier dans le jardin des Dames de la Foi rue St Genes. Semée et arrosée par l'asso Bordeaux 5 de Coeur.

Hey, mes Angels ! Quand créons-nous le Jardin des Anges de Donaldville et son Coffre à Livres libres (deux étagères roses, une étagère bleue) ?

 

4 - Mon Cahier de Lectures : probable qu'il n'intéresse que mon petit égo, mais comme il fait partie des Décisions du 1er janvier, j'en fais le symbole de mon engagement à me tenir à cesdites décisions.  Il contient donc la trace fidèle des 27 livres lus depuis Noël, quelques mots sur l'histoire et mes émotions de lectrice. C'est pas du zèle, ça ?

 

5 - Un(e) livre de café, s'il-vous plaît ! Pour tous ceux, qui comme votre Gazetière, croyaient que Max Havelaar était un pote de Jacques Vabre, j'ai (enfin) le plaisir de vous annoncer que non, en fait, pas du tout.

C'est en réalité le héros d'un livre (autobiographique sauf que c'est pas vraiment le nom de son auteur, vous suivez?) qui date de... 1859 !

Cette histoire vraie raconte donc la vie dudit Max, " fonctionnaire colonial néerlandais qui se révolte contre l'oppression que subit le peuple javanais dans les Indes néerlandaises, une colonie des Pays-Bas."

Il va lutter notamment contre le fait que "les cours du café en Hollande font que les prix doivent être bas, et chacun voulant garder ses bénéfices, c'est sur le salaire des petits producteurs que se fait l'économie."

D'où le nom repris par l'asso cafetière qu'on connaît... Evidemment, l'anecdote me botte !

Merci Bruno, spécialiste donaldvillien incontesté du sujet, qui m'a fait découvrir cette romanesque étymologie, et merci Wikipédia pour les lignes ci-dessus !

 

  6- Li(è)vres de Mars (hi-hi) : allez, juste pour le plaisir du jeu de mots et parce Tim Burton nous a pondu un Alice au Pays des Merveilles, un petit kaléidoscope de bouquins qui me sont passés dans les mains le mois dernier...

 

livresmars.jpg

 

* Léonie Swann

** Stephen Fry

*** Nietzsche, natürlich !

**** Azar Nafisi

***** Pennac

****** Delerm, the father

Repost 0
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 13:37
Prise en flaaaag !!!! comme chanteraient mes Grillons!

Eh oui, lecteurs bien-aimés, je viens faire ici ma confession de la Semaine Sainte (c'est de saison), je viens dans ces colonnes psalmodier un mea culpa vibrant : j'ai tenté d'entrer sur un site INTERDIT car probablement HONTEUX ou DANGEREUX, et cela même, circonstances hautement agggggravantes, sur mon lieu de travail.
Je sais, c'est horrible.
Je mesure, croyez-moi, la honte suprême. Moi à qui l'on confie des centaines, que dis-je, des milliers d'âmes pures à modeler et guider vers la responsabilité, la dignité et la droiture, j'ai failli et j'ai flirté avec des domaines absolument pas recommandables.
Mais, Dieu soit loué, les systèmes informatiques du Rectorat veillent.

Du coup, voici, au lieu de ce que je cherchais perversement, ce que j'ai récolté en plein écran :

interdit

Vous le voyez comme moi : j'ai "dépassé la limite de pondération" et je ne saurai échapper à la vindicte hiérarchique : ma demande est enregistrée, mon adresse IP est consignée, je suis fichée et mise à l'Index, voilà, point final !

Je dois donc passer aux aveux...

Si vous lisez de près, vous verrez que l'http que j'ai tenté d'atteindre est carrément monstrueuse : "passion-livres".
Franchement...ça sent le souffre pour une documentaliste...
Et puis...la sous-rubrique en rajoute un degré dans la perversion : "livres-pour-enfants-et-ados".
Qui plaidera ma cause ici ? Oserai-je chercher un soutien parmi mes pairs ou mes amis ?
Et enfin, troisième niveau des Enfers, que cherchait-elle la doc abuseuse ???
Elle cherchait des pistes pour le 4e et dernier tome de Luxe, la saga palpitante d'Anna Godbersen !

Eh oui ! parce que venant, grâce à l'Angel du Milieu, de dévorer Tricheuses....
tricheuses
(cette fois-ci la robe est blanche avec ceinture pourpre !!!Ahahah!!!)

...je voulais en savoir plus sur la suite, actuellement disponible en anglais exclusivement!!!
splendor(et là, un satin de soie parme à mouriiiiiir!)

Je traquais donc LA petite révélation anticipée, LE scoop, LE secret éventé, l'indiscrétion délicieuse... de quoi nous mettre l'eau à la bouche, à nous, les fans de Luxe !

Mais, Dieu soit loué, les systèmes informatiques du Rectorat veillent...et savent que cette recherche faite sur le matériel du collège "ne présente aucun intérêt pour des besoins d'information pédagogique" mais avait pour but unique de satisfaire la curiosité de deux docs-un-brin-fleurs-bleues !

Il me reste donc à battre ma coulpe...et à foncer sur Facebook me créer un groupe de Rebelles/Tricheuses pour pouvoir passer de longues heures à discuter du passionnant sujet.
Facebook ?
Ou MSN. Au choix.
Car eux, comme Dofus ou World of warcraft passent allègrement à travers les filtres redoutables du système de surveillance informatique.
Ben oui... Faut dire que ceux qui ont les clés du Cerbère y passent ouvertement quelques heures quotidiennes... Là...ou ailleurs ! Mais en aucun cas  sur Passion Livres*** !

:-D
Ouf !
*** : Déjà, dans la Bible, ils en parlaient de ce site.
A l'époque, ils appelaient ça " Sodome", ou "Gomorrhe" ou "Ninive"...

Repost 0
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 10:05
Souriez, souriez, il en restera toujours quelque chose !

J'adorerais être une chercheuse en anthropo-socio et autre ethno-jolie !
Une de ceux qui font des enquêtes trop chouettes, pas trop pénibles (pas du style immersion incognito dans un quartier pénitentiaire Haute Sécurité), pas trop dangereuses (un an comme fille perdue dans les bas-fonds d'une quelconque ville aux mains d'une mafia sanguinaire), pas trop loin de ma roulotte non plus ( 5 ans chez les Nuers soudanais à étudier la filiation patrilinéaire autorisant toute femme stérile à prendre le statut d'un homme pour pouvoir se marier et se faire une descendance).
Non, le genre d'enquête dont je rêve c'est comme celle que des Zaméricains ont faite récemment à propos de 230 joueurs de base-ball des années 50. Ils ont regardé leurs nombreuses photos, et ils ont classés ces messieurs selon 3 catégories. Grosso modo, en évitant les termes scientifiques,
- ceux qui tirent tout le temps la gueule :-(
- ceux qui sourient plus ou moins (sourire partiel, ils disent) :-/
- ceux qui ont perpétuellement la banane jusqu'aux oreilles :-)
Après comparaison de leurs dates respectives de cassage de pipe, ceux qui souriaient à plein régime, eh bien figurez-vous qu'ils ont vécu plus longtemps que ceux qui affichaient une tronche de carême ! Et quand on dit "plus longtemps", c'est pas un effet de style : on en est quand-même à 7 ans de bonus en moyenne ! C'est pas peanuts, n'est-il point ?
Finalement, éclairée par cette enquête fondamentale, je me dis que la vie est plutôt bien faite (parfois), soulageant (chez les joueurs de base-ball) ceux qui ne l'aiment pas trop, de quelques années à faire la tronche...

isa

Repost 0
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 11:08
... et ponctuons, mes petits, PONCTUONS !

Ah, combien nos chères têtes blondes et brunes ont du mal avec la ponctuation : qui ne le sait ?
Le mal est général, du reste, puisque, comme dans tous les règnes, il y a des espèces  en voie d'extinction.
On connaît les animaux menacés, certaines plantes (voire forêts entières), on sait que certaines langues disparaissent aussi...et il en est de même pour de nombreux mots...et de malheureux petits signes de ponctuation.

Le NOUS se fait dévorer par le ON, c'est un fait. Combien de fois faisons-nous l'effort, au quotidien, d'employer la première personne du pluriel ? Hein, franchement ? C'est tellement flagrant, lecteurs chéris, que la règle grammaticale elle-même a changé (oui oui!!!) et que l'on peut, depuis déjà plusieurs années, accorder ce qui dépend de ON selon son genre et son nombre réel.
J'illustre, car le propos semble complexe, ainsi énoncé...
Normalement, ON est "neutre", disons "masculin-singulier"...
Or, postulons que les Angels soient allées faire une balade en mer sans leurs gardes du corps, elle pourront écrire : " On est montées sur un bateau".....*** (Et le premier qui dit " Pince-Mi tombe à l'eau...", je lui assène un article de 1 mètre de haut sur la Gazette!)
lire ici
Eh oui ! Tout le contraire de ce qu'on nous avait appris aux jours (pas si lointains) de notre extrême jeunesse!
Mais les temps changent. Et la langue s'adapte. Demandez à Angel 2 ce qu'elle pense de l'avenir de l'impératif du premier groupe, "E sans S"...

Quant à la ponctuation, vous savez comme moi que c'est le point-virgule qui tend à disparaître. Du moins perd-il son utilisation première, sa vraie fonction de pause dans l'énumération. Car il lui reste au moins une fonction décorative et "émotionnelle", le petit smiley complice et rigolard que j'aime bien, clin d'oeil sympathique du rédacteur au lecteur ;-)
Pas si mal comme recyclage... mais je crois que pour lui, c'est douloureux d'être passé du statut de haut-fonctionnaire à celui de bouffon...:-(
Pour ceux qui seraient émus de cette cette dégringolade pathétique, sachez qu'une association de défenseurs du point-virgule existe...et recrute des membres actifs.
et pour ceux qui veulent en savoir plus...

Ces histoires linguistico-typographiques vous semblent superficielles, lecteurs bien-aimés?
Mais sachez cependant que de vrais gens de lettres s'y intéressent! Et quand je dis des "vrais", j'y mets une dose d'admiration. Prenons Andrée Chedid (mère de et grand-mère de, oui, absolument), c'est une pointure, non ?

Ben oui.... Grande poétesse, touchant au vif de la condition humaine, et, important pour votre Gazetière, chrétienne née au Liban, pétrie d'Orient, elle chante ses couleurs, ses parfums, sa sensualité...
Reconnue et choisie par le Printemps des Poètes l'an dernier pour un concours de poésie chantée.
Eh bien, grâce à ma journaliste préférée, j'ai découvert il y a peu que la Dame avait écrit deux petits poèmes rigolos précisément sur ces minuscules signes injustement traités comme du vent par la plupart des lecteurs...et une grande partie des scripteurs!

Pour ceux qui auraient envie de les découvrir, ces deux petits bijoux....sachez qu'ils font l'objet du prochain article.
Vous voici prévenus, non pris en traitre : que ceux que la poésie fait fuir sautent allègrement la "Dispute ponctuelle" qui suit !


*** ceci est une hypothèse d'école, naturellement, puisque les Angels parlent hyper supra méga gavé BIEN, elles.
Repost 0
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 11:20
Lecteurs chéris, ceci est un article de vacances : un article ultra looooong, qui vous demandera du temps mais, si vous vous en sentez, n'hésitez pas à venir découvrir la vie de Sainte Zigobelle, sainte du jour, dont la vie ne fut pas un long fleuve tranquille mais une suite d'aventures picaresques et exotiques!
A ma connaissance, aucun ouvrage publié à ce jour, ne raconte avec exactitude les hauts-faits de notre sainte peu connue, aussi la Gazette a-t-elle la fierté de rapporter ici et aujourd'hui une version EXclusive et EXhaustive de sa vie.

Zigobelle est la fille du roi breton Ernest Moins 4 et de la princesse russe Zibeline Georginovna. Elle naît avec un handicap : ses doigts sont dépourvus de troisième phalange. Comprenant que sa fille ne pourra pas passer ses journées avec les femmes de sa condition à filer la laine dans la chambre des dames en chantant des chansons de toile, sa mère lui met entre les mains une bible de Gutenberg dès l’âge de 3 mois. Très éveillée, la petite Zigobelle apprend vite à lire en secret dans les pages ouvertes devant elle, mais, manquant de motricité fine, elle ne peut que lire et relire le même passage. A quatre mois, elle saisit d’effroi sa nourrice en lui récitant par cœur les deux pages du deutéronome qu’elle avait sous les yeux depuis le matin. Zigobelle sait donc maintenant parler et lire ! Alertée, toute la cour vient au spectacle récitatif de la petite princesse, qui, encouragée par l’intérêt qu’on lui porte, va réussir à vaincre son handicap et apprendre très vite à tourner les pages pourtant si fines de son livre sacré. A 6 mois, elle sait dire par cœur les trois évangiles synoptiques et les 3/4 de celui de Jean. A un an, elle connaît sans faille tout le Premier Testament et peut discuter longtemps à propos des écrits de St Augustin.

Dès qu’elle sait marcher, Zigobelle rend visite aux pauvres à qui elle apporte réconfort, leur disant sans relâche les histoires de la Bible et leur distribuant tout ce qu’elle ramasse dans le verger et le potager du château. Vers l’âge de 6 ans, elle reçoit des mains d’une petit fille reconnaissante un  cadeau qui va changer radicalement le cours de sa vie : un tricotin. Elle voit de suite dans ce petit objet la torture idéale  pour mortifier ses petits doigts malhabiles et édifier ainsi son âme avide de sainteté. Tempérament sans limites, Zigobelle se met à  pratiquer le tricotin avec une ferveur extrême, plus de 20 heures par jour, priant en souffrant, souffrant en priant, mangeant peu, ne dormant presque plus.

ABITRI6-1.jpg

Les années passent et ses parents sont bien obligés d’admettre que Zigobelle refusera tous les prétendants qu’ils lui présentent. Ils cèdent donc à la demande qu’elle leur fait depuis l’âge de 10 ans : ils lui offrent sa dot. A 13 ans, Zigobelle fonde donc son ordre, les Filles du Bon Jésus du Tricotin, et devient la Mère supérieure du premier couvent des tricotinistes, en Normandie.

La Règle est stricte : tricotin/prière/travail d’élevage/ tricotin/prière en cellule/prière chantée collective. Une collation par jour en commun. Visite de la famille une fois par an, lors de la Fête du Mouton (jour de sacrifice d’Abraham).

Afin de pouvoir faire du tricotin, les sœurs élèvent des chèvres et des moutons pour la laine et le lait (elles ne vivent que de fromage et d’herbes et simples du jardin).

Les ouvrages sont donnés aux orphelinats, aux hôpitaux et aux prisons.

L’Ordre des tricotinistes essaime quelques monastères de par le monde, dont un, unique, de frères, en Gouadeloupe.

Vers ses 30 ans, Zigobelle, durant l’une de ses courtes nuits, voit en rêve un immense Christ bras grands ouverts, debout sur une montagne, dans le vent. Le Christ lui dit qu’il s’appelle le Rédempteur, et lui envoie un message de détresse : il a froid ! Zigobelle du Tricotin comprend qu’elle a pour mission désormais de réaliser une chaude et immense écharpe et de partir par le monde pour retrouver le Christ et lui offrir le fruit de son labeur. Elle travaille à s’en user la seconde (et dernière) phalange de ses pauvres doigts durant plus de 8 années et enfin, un jour, a une nouvelle vision qui lui dit que le moment est venu de nouer le dernier fil et de partir à l’aventure.

Ne sachant pas du tout où aller, et l’aumônier du couvent n’ayant aucune aide à lui apporter quant à la localisation de ce Jésus frigorifié, elle décide de suivre l’exemple des Hébreux et de se laisser guider par sa foi. Elle charge donc son écharpe géante sur une chèvre, monte elle-même sur un mouton et fait ses adieux à son monastère normand. Après quelques jours d’errance, les bêtes arrivent sur une plage (plusieurs siècles plus tard, on l’appellera la Plage du Débarquement). Là se trouve un bateau assez grand pour embarquer les animaux, Zigobelle et l’écharpe. Un vent se lève et l’esquif s’éloigne vers l’horizon. Durant des jours, la barque vogue sur une mer came, mais soudain, c’est la tempête ! Zigobelle prie et fait du tricotin. Un énorme poisson avale soudain l’embarcation et la recrache on ne sait combien de temps après, sur une plage dorée : Zigobelle a abordé la baie de Rio ! C’est le premier miracle attesté de Ste Zigobelle.

Face à elle se dresse l’immense Christ qui l’appelle de ses bras grands ouverts ! Elle se précipite pour faire offrande de son écharpe, mais, arrivée là-haut, elle ne voit aucune statue. Comprenant qu’elle a eu une vision (mais ignorant qu’elle était prémonitoire, puisque de fait, des siècles plus tard, le fameux Christ existera bel et bien : http://fr.wikipedia.org/wiki/Statue_du_Christ_R%C3%A9dempteur), Zigobelle fait don de son écharpe à la favella du coin et repart sur le dos de son mouton, déterminée à profiter de son passage en terre étrangère pour ouvrir deux ou trois nouveaux couvents de tricotinistes.

 

Elle arrive en forêt amazonienne et se fait capturer par une tribu de Jivaros réducteurs de têtes extrêmement sauvages et cruels. En signe de paix et de bonne volonté, Zigobelle ouvre ses mains devant eux : ils s’inclinent soudainement, fascinés, semble-t-il, par ses doigts naturellement réduits et endurcis par des années de tricotin. Elle acquiert le statut de Sage et de chamane dans la tribu : c’est le second miracle attesté de la vie de Ste Zigobelle.

Prosélyte et néanmoins finement pédagogue, la future sainte comprend que ces âmes simples ne pourront être converties au christianisme qu’en sachant adapter son enseignement aux coutumes locales. Loin de les blâmer pour leur manie barbare de dessécher les têtes de leurs ennemis, Zigobelle profite de ce matériau privilégié pour faire des reconstitutions imagées de scènes frappantes de la Bible : le Jardin d’Eden, la Nativité…s’en servant comme des sortes de marionnettes dans l’école qu’elle construisit après avoir elle-même déforesté une grande place touffue pour en faire une clairière. Les tribus étant peu nombreuses, Zigobelle créa ainsi le premier RPI (regroupement pédagogique intercommunal). Outre la Bible, on y apprenait le tricotin avec de la laine de singe.

Après de longues années dans la forêt amazonienne, contente de ses oeuvres, ayant notamment ouvert un couvent de tricotinistes dans la jungle, Zigobelle décide de repartir. Dans un tronc d’arbre creusé, elle suit le fleuve, franchit les rapides et se retrouve finalement dans un petit village à l’embouchure d’un grand rio (5 siècles plus tard, on donnera à ce lieu un nom qui deviendra célèbre : http://fr.wikipedia.org/wiki/Buenos_Aires)

Il y a peu d’habitants mais ils aiment chanter et danser. Zigobelle comprend aussitôt que c’est par le biais de la musique qu’elle arrivera à les convertir à la Vraie religion. A l’aide de son tricotin, elle fabrique une sorte d’instrument en fibres végétales : il suffit de l’étirer et de le replier pour en tirer des sons déchirants et poignants. Hommes et femmes se laissent porter par la musique et improvisent des pas félins, tandis que Zigobelle accompagne les airs de paroles de la Bible. Trouvant que les femmes montrent trop leurs mollets et plus durant les danses, elle réalise avec son tricotin de longues chaussettes à mailles souples et larges, qui permettent à la fois de garder une certaine agilité et un minimum de décence.

C’est le troisième miracle de Zigobelle : 4 siècles avant que ça se sache, et pour prêcher la Bonne Nouvelle de l’Evangile, elle a inventé le bandonéon, le tango et les bas résilles !

Les années passent. Zigobelle a dans les 90 ans, et doit bien admettre qu’elle a perdu beaucoup de son habileté au tricotin. Elle décide de repartir en Normandie dans son couvent premier pour finir sa vie dans la dévotion. Elle rejoint donc un petit cirque de saltimbanques venu chercher des animaux exotiques pour sa ménagerie, et s’installe dans une roulotte où elle prie et tricotine du mieux qu’elle peut des filets de sécurité pour les trapézistes. Le petit cirque ayant à son programme une grande tournée européenne, embarque bientôt dans une baie avec une île au milieu. Zigobelle a alors une nouvelle vision : elle voit une grande vierge avec un bras levé tenant un flambeau qui semble se plaindre d’être en plein vent et d’avoir froid. Elle entame alors la dernière grande œuvre de sa vie, une écharpe géante pour celle qui le lui demande. En réalité, la pauvre Zigobelle ne finira jamais cette écharpe et ce n’est pas grave car de toute façon, sa vision était un peu embrouillée, et certes, la statue exista bel et bien des siècles plus tard, mais ce n’était pas Sainte Marie comme elle le croyait, et jamais les Américains n’auraient accepté qu’une écharpe catholique flotte au-dessus de Manhattan, c’est certain. (http://fr.wikipedia.org/wiki/Statue_de_la_Libert%C3%A9)

Revenue dans son monastère, entourée de ses sœurs du Tricotin, Zigobelle s’éteint doucement à l’âge de 108 ans, dans son lit, son mouton couché à ses pieds.

Elle est béatifiée puis canonisée à la demande d’une association de Jivaros convertis capturés par les Espagnols conquistadores.

Sainte Zigobelle est la patronne du tricotin et du bandonéon.

Elle se fête le 22 février.

Repost 0
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 15:05

Ah franchement, on était morts de rire* ce matin dans notre Bunker (NDLR : la salle des profs, voir article précédent).

Je contextualise : lundi, les réunions parents-profs par niveau débutent.

Fonctionnement :
 - les parents ont rempli un petit papier pour demander à parler à 4 professeurs de leur choix.
- Ils ont aussi indiqué à partir de quelle heure ils étaient disponibles dans le créneau indiqué (16h / 20h).
- On leur a bien précisé que les entretiens ne dureraient pas plus de 8 minutes.

Au QG, on a récolté les petits bulletins et on a tout mis dans une moulinette centrifugeuse. On a appuyé sur un bouton et sont ressorties, à l'autre bout de la chaîne, d'autres feuilles de papier. Trop cool !

Ce sont des listes de parents destinées aux professeurs.
Et surtout, il y a les horaires des fameux RV. Evidemment, c'était le but. La machine fonctionne donc à la perfection.
Et surtout, avec une  précision d'horloge suisse haut-de-gamme !

120188091124.jpeg

Parce que nous, on était un peu benêts, hein, on se disait que les rendez-vous allaient avoir lieu à heures "rondes", de 10 minutes en 10 minutes.
Eh bien non : on a dit 8, c'est 8 !

Cela donne donc des trucs dignes des petits dépliants avec les horaires de la SNCF**!

Exemple: prenons la fiche de Mme Y.

17h00 : M.et Mme A
17h09 : M.et Mme B
17h18 : M.et Mme C
17h27 : M.et Mme D  etc.

Côté profs, bon, notez qu'on a prévu un temps de battement : ils ont UNE MINUTE pour dire au-revoir aux A et accueillir les B : pas de temps pour les politesses et autres sympathiques échanges si on veut pouvoir aborder le coeur du débat...
Et je tiens à préciser également que c'est subtilement calculé : tout le monde ne prend pas le top départ au même moment.
C'est une course à départ échelonné... Certains commencent à 17h04... J'en connais qui auront RV à 17h22 ! Quoi qu'il en soit : Vive l'informatique !

Il me tarde de voir la feuille des parents..... La machine a t-elle pris en compte les déplacements d'une salle à l'autre ?

Et puis, je me demande ce qu'on a prévu pour faire bouger les candidats de Tournez Parents.

Combien ont-ils de minutes pour traverser nos longs couloirs et trouver la bonne salle pour le prochain RV ? Y aura-t-il un balisage lumineux au sol comme dans les avions en cas de souci ? Walk the line !
Et pour le turnover, qu'a-t-on prévu ?


Une sonnerie toutes les 8 minutes ? L'alarme, peut-être, pour calmer les plus longuets...
Un clap de cinéma ? Scène 1, la SVT, première ! Silence plateau ! On tourne !
Une musique ? Quand elle s'arrête, faut avoir trouvé une chaise, sinon, perdu ! On rejoue au tour suivant.
Ou bien chaque prof va -t-il être pourvu d'un sablier (dosé à la seconde près) à ne pas oublier de retourner (dépêchez-vous de vous asseoir, parents! Le temps n'attend pas!) ?
Y a aussi l'envoi d'une décharge électrique sur les chaises parentales à l'heure H... (la vache !)

Je pensais aussi à un Point Réglage dans le hall d'accueil où l'on synchroniserait toutes les montres des participants sur l'heure de l'horloge atomique ou par satellite ? Un truc trop bien comme dans les films de hold-up où tout se joue à la seconde près !!! On se la jouerait Mission Impossible ! Et on pourrait mettre un coup de tampon sur le front de ceux qui sont bien passés par le checkpoint, comme ça, les resquilleurs, on les reconnaîtrait de suite...

Bon, voilà, chers lecteurs, les premières idées d'organisation de la Rotation de la Mort, idées surgies dans un cerveau de prof fatiguée en fin de semaine, pardonnez les éventuelles excentricités que vous y verriez...
N'empêche, il me tarde de connaître les résultats de ce speed dating*** pédagogique !

* Bon, c'est vrai, il nous en faut peu. On est restés très jeunes d'esprit à force de vivre imprégnés d'hormones de croissance et autres phéromones dégagées par nos chers petits en plein essor!

** Une illumination me vient, là ! Je me demande si par hasard, on n'aurait pas refourgué à l'Ed Nat un vieux logiciel de gestion de flux de la SeNeCeFe ou d"Aeroflot....?

*** Encore une idée : qui a déjà participé à un speed dating ? Comment sonne -t-on le glas des conversations là-bas ?
Repost 0
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 13:21

Ah lecteurs patients, depuis le temps que je vous ai promis cet article, vous l'avez certainement oublié...mais pas votre gazetière !
En effet, suite à un drame dont je fus la victime durant la dernière semaine du mois d'août, drame où l'on me sut enfermée sans nul espoir de secours dans la cour de la Bottine, je m'étais engagée à vous communiquer dans ces colonnes, le sac de secours indispensable pour toute personne risquant, ici ou là, l'isolement dans des conditions de survie hasardeuses.
Et quoi de plus évident, comme "isolement dans des conditions de survie hasardeuses" que la navigation maritime ? A part les tarés alpinistes de l'extrême et leurs opposés mais tout aussi chtarbés, les spéléologues, je ne vois pas. Sauf cas malencontreux tels que "tombé de la caravane et perdu dans le désert" ou "enfermée en nuisette dans le local à poubelle à cause d'un coup de vent", je ne vois pas mieux, comme" isolés et en danger"  professionnels que les navigateurs et autres voileux.
C'est donc chez nos amis marins que je suis allée quérir la liste de survie qui nous intéresse. Pour constituer la "trousse" de secours.Celle que je vais fabriquer moi-même et suspendre dans la cour de la Bottine depuis la fenêtre des filles (avec l'autorisation de mon charmant propriétaire, zévidemment!). D'ailleurs, précision sémantique fondamentale, ce ne sera pas une trousse mais un sac. Un GRAB BAG, c'est le terme.

Je l'ai trouvé sur BOATIFUL.COM. et je vous fait un copié-collé adapté à notre cas spécifique. La liste publiée ci-après n'est donc pas exhaustive, mais vous comprendrez bien pourquoi j'ai ôté le gilet de sauvetage ou les équipements de pêche et de navigation.

Le "grab bag" ou sac de survie est un sac étanche que l'on garde dans un endroit connu de tous , prêt à être embarqué sur le radeau. Il peut contenir:

Des équipements divers:

  • Des préservatifs en latex le plus solide possible, ils peuvent servir de poche d’eau, ou vous seront utiles pour réparer une fuite. Et puis, hein, si jamais on était enfermé avec une personne interessante...
  • Des sacs en plastique étanches, genre sacs poubelle avec un cordon de fermeture ou des sacs de congélation. Soit la même chose en plus grand ?
  • Des lunettes de soleil, nous vous conseillons les lunettes polarisées, elles vous protègent mieux des reflets du soleil et n’oubliez pas d’y joindre un double de vos lunettes de vue si vous en avez besoin.
  • Des aliments énergétiques longue conservation***(des sucres rapides, comme le chocolat*** ou des barres énergétiques) dans un sac étanche qui peut flotter.
  • De la crème solaire.
  • Une lampe étanche, et une lampe à éclats (vous serez vu de loin et elle a une grande autonomie !)
  • Une couverture de survie par personne. (j'en mettrai une, ça suffira)
  • Un couteau de survie multifonction. Leatherman propose une gamme complète parfaitement adaptée à tous les milieux, inoxydables, de bonne facture et surtout garantis au moins 25 an. Si c'est pas de la pub, ça....
  • Un livre de survie, qui contient des conseils de pêche, de nutrition, de gestion du stress et des conseils pour optimiser ses chances de survie. Le manuel des castors Juniors, ça irait ? Ou bien Prof, débutez dans la carrière : guide de survie.

Moyens de repérage : Le premier appareil est le plus simple, un simple miroir de signalisation. Il vous permet d’envoyer des signaux qui seront vus de loin, et vous pourrez insister aussi longtemps que vous en aurez besoin, (NDLR : en plus, un miroir, ça occupe, pour peu qu'on ait aussi une pince à épiler, un bâton de rouge etc...)contrairement aux fusées de détresse.Une balise Sarsat, qui enverra vos coordonnées géographiques à un poste de secours en mer, via Satellite. Elle a l’avantage d’être précise et de pouvoir déclencher la mise en route des secours rapidement.   Evidemment, il faudra que les secours en mer passent le relais aux pompiers terrestres...        

Vêtements de survie :Le ciré est de mise, mais prenez aussi des vêtements de rechange secs et chauds ! Les vêtements polaires sont idéaux, étant donné qu’ils ne prennent pas l’humidité. Nous perdons de la chaleur par la tête, le cou, les aisselles et les pieds. Il vous faut donc en priorité un bon bonnet, une écharpe, des pulls, des chaussettes chaudes et des bottes imperméables vous permettrons de garder les pieds au sec et  bien sûr, pensez à prendre des gants chauds et solides ! Pensez aussi à prendre une casquette ou un chapeau qui vous protège du soleil.

Habillé comme à la Bottine ou au CDI  l'hiver, quoi !

Médicaments :   Un anti-diarrhéique, des médicaments anti-douleur, antiseptique, pansements et bandages, avec de quoi les couper, de la pommade antibiotique, du désinfectant, des calmants, comme du valium pour les plus anxieux, (le moral est un facteur décisif pour la survie)  Des boîtes de vitamines ne seront pas de trop… 

 

Voilà, lecteurs informés, vous savez maintenant ce que je vais ranger dans mon petit grab bag suspendu à la fenêtre.

A vous de vous en constituer un pour vos besoins personnels (chez SAFT, dans la cabane des bois... bref, dans tout endroit où vous êtes susceptible de vous retrouver confiné malgré vous pour des raisons X ou Y : personnellement, je teste celui de la Bottine, et ensuite, j'en fais un pour les archives du CDI, porte blindée, on ne sait jamais...).


Pour la bonne bouche, je vous offre ici la conclusion de l'article qui m'a servi de source.
C'est une phrase inspirante, lisible à de multiples niveaux, que je ne me lasse pas de me redire et qui me plaît vraiment...

"Dans son livre « survivre, comment vaincre en milieu hostile », Xavier Maniguet souligne que : « le canot de survie ne constitue jamais que la dernière chance…il ne faut jamais quitter une épave qui flotte encore ». "


J'adore.

***Personnellement, je n'ai jamais remarqué que le chocolat (y compris Nutella, Bounty etc.) fût un aliment "longue conservation" !!! (Oxymore ? Antilogie ? Paradoxe ?)



Repost 0
26 décembre 2009 6 26 /12 /décembre /2009 13:04
Je déroule ma petite friandise-bien-sucrée-qui-colle-aux-dents (et surtout aux couronnes, mein Gott!!) et je livre à vos neurones fatigués par les excès en tous genres des deux derniers jours (et nuits) cette énigme qui devrait rester accessible :

Quel est le point commun entre
un grimoire de sorcière,
une souris,
une pince à cheveux,
des boucles en perles,
un cabas,
un rétroviseur
et des crayons à papier ?




blagues carambar
*** Certes, cela ne vaut pas les devinettes des Petits Filous carambar, (question sous l'opercule, réponse à l'intérieur du pot, faut tout manger vite fait pour avoir la réponse!)
devinettes qui ont animé un mémorable repas des profs à la table des commensaux, un jour étrange où le collège était fermé pour cause de grippe, et où la pénurie d'élèves n'a pas élevé le niveau intellectuel des adultes  confinés entre ces murs outrancièrement silencieux... (nostra culpa, nous aussi on décompense...)
Repost 0
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 20:28
Bon, lecteurs chéris, soyez francs, dîtes-moi la VERITE : en ai-je vraiment, VRAIMENT besoin ?
Parce que... moi, il me semblait que ça allait plutôt bien...
Que je pouvais faire des craquages Nutella - Pain d'épice - Milka - Marzipan - Bière - Magnum - Bounty et j'en passe...(bon ok, y a l'histoire des triglycérides, mais bon...)
Il me semblait que la Nature et l'hérédité m'avaient plutôt gâtée (merci Maman), avec mes 173 centimètres de haut et mes 58 kilogrammes le soir.
Mais tout le monde ne pense pas comme moi, voilà, il fallait que je vous le dise.
Je suis victime de harcèlement non-subliminal sur ma boîte journalistique. Celle qui me sert de BP pour la Gazette.

Regardez si j'exagère :

19 novembre :  Perdez jusqu'à 15 kilos avant Noël

19 novEvidemment, je ne réponds pas...

26 novembre : Perdez enfin 6 kilos avant l'hiver (ce que je préfère, c'est le "enfin" !)
Bon, ils ont dû trouver que 15kgs, c'était peut-être un peu beaucoup... Du coup, ils ont abaissé la barre, pour paraître plus crédibles...ou faire moins peur...

26nov

Bon, je ne réagis pas encore, je ne me sens pas encore concernée.
Le Corbeau va donc en remettre une couche... à peine trois jours plus tard.

29 novembre : Exclusif: Soyez Belle et Mince pour Noël (on rajoute "belle", au cas où j'aurais pas compris que je suis sans doute moche, l'argument du poids ne semblant pas suffire)29nov

Et puis, comme il faut battre le fer quand il est chaud...

2 décembre : Retrouvez votre ligne avec le sourire! (c'est peut-être que j'avais peur que faire le régime ce soit triste...Eh bien non en fait, j'aurais tort de me priver du plaisir de la diète !)

2dec
La chrononutrition, c'est quoi ? regarder la montre en se demandant "C'est quand qu'on mange ???"
Pffff.... Comme dirait le monsieur, les chiens aboient,  la caravane passe.

Mais attendez, lecteurs compatissants, ce n'est pas fini... La ZigoBelle, elle s'en fiche de Noël ? De l'Hiver ? Le sourire, ça ne la tente pas ? Pas grave, on encore des lapins dans notre chapeau d'affameurs infâmes !

4 décembre : Moi aussi, je maigris pour la vie ! ("pour la vie" oh, les grands mots ! Vous admettrez que là, c'est carrément une question existentielle!)
4dec

Non, mais, hé, toi ! On t'a demandé kekchôse ???
Et puis, franchement, l'argument "moi aussi", on voit bien que tu ne sais pas à qui tu t'adresses, hein, le frisé à lunettes ? Comme si j'étais du genre à subir la pression du groupe !!! Une suiveuse, la Gazetière ? Vous rigolez?

Fertig ? Oh que non !

10 décembre.... Devenez mince pour les fêtes, c'est encore possible!

10dec

Alors là, quand même, je regarde et je me dis....... ben oui, rappelez-vous la Majorette Noël de Bruges samedi, hein...?
Regardez donc ! Céty pas la Gazetière, là, en photo ??? Avec son mètre de couseuse, en plus ?
Quoi quoi quoi ? Ils s'adresseraient donc vraiment à moi ??? :-D

Bon, alors, Lecteurs de bon conseil, je fais quoi ???

J'arrête les Pyrénéens dont Dom nous gave au CDI ?
Je renonce aux petites bières du Molly Malone ?
Je fais don de tous mes desserts allemands de Noël aux voisins ?
Je refuse tous les gueuletons de fin d'année à partir de demain ?
Quoi que, demain, ce sera déjà trop tard.
La Mère Noël du Marché, c'est demain, donc...
Comme dirait Angel le Jeune : un (profiterole) de plus ou de moins, c'est pas ça qui changera grand chose... ;

Je vais donc de suite, lecteurs chéris, faire un grand autodafe de ma boîte mail, geste aussi symbolique que purificateur.
Regardez une dernière fois ce qui va être réduit en cendres virtuelles dans quelques secondes...

BAL

ET pffffuit ! (ça fait du bien!)

Repost 0