Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 12:50

... Yilou, mon Tanguero !

 

Il y a 120 ans, naissait à Toulouse le Grand Gardel !

gardel10-hp.jpg

Tôt parti pour l'Argentina où, lui, Carlito, pauvre petit immigré donna ses lettres de noblesse  au tango.

Tango chanté, pas dansé.

Là-bas, on fait gaffe à ça. Là-bas, le tango est une chose d'importance, codifiée et sérieuse.

Mais pas pour nous, tu te souviens, n'est ce pas ?

Nous, on dansait même sur des tangos indansables.

Nous on osait le paso sur les milongas.... lalaaaaaaaaaaa ! :-)

Et le tango sur du blues.

On mixait, on inventait, on n'avait honte de rien  et on s'amusait bien.

Et on se promettait un avenir inimitable sur les planches.

Le style Yil y Isabel.

Alors, pour toi, Yil, qui sûrement mets le feu aux planches là où tu es (attention aux plumes des ailes des anges, hein !)

un joli mélange tango+ flamenco pour réchauffer ce froid dimanche !

 

Repost 0
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 18:53

Mes Lecteurs chéris, d'abord un GRAND MERCI pour avoir participé si vite et si nombreux à mon Kicéty de l'Avent !

Et puis BRAVO aussi : vous fûtes perspicaces, les uns et les autres, en fonction de votre connaissance plus ou moins pointue de mon entourage.

Respect pour le 3eme ange qui a "identifié" Sato San (même si elle l'a confondu avec Kashu San, mais c'est carrément normal !!! On sait que les Japonais se ressemblent tous.... ce qui rend la comprhénsion des films de samouraïs très ardue... ;- )

Et donc, maintenant, le calendrier avec les fenêtres ouvertes !!!!


sourire1-copie-1.jpg

sourire12-copie-1.jpg

Repost 0
7 décembre 2010 2 07 /12 /décembre /2010 18:44

Joies inépuisables de l'aide aux devoirs !

Déjà, la semaine dernière, votre Gazetière avait eu le sourrire grâce à la jolie réponse d'un petit rouquin :

 

Ayant eu à démontrer, en a),  que deux droites perpendiculaires à une 3eme droite sont parallèles entre elles, il devait expliquer en b) :

"Quelle propriété as-tu utilisée pour répondre à la question"?

Réponse....

MON EQUERRE.

 

Pas mal comme trouvaille !

Mais ce soir, j'ai carrément eu le fou-rire, pardonne-moi, petite L. !

 

Elle a le même nom de naissance que moi, elle est blonde comme les blés, elle gigote tout le temps, je l'appelle "le pois sauteur". Pas concentrée...et de grosses difficultés à bosser, évidemment.

Donc... aide aux devoirs plus que conseillée : elle vient, parce qu'elle n'a pas le choix.

Ce soir, elle devait lire un petit texte, chercher le mot genèse dans le dico et  "expliquer le lien avec le texte".

 

Grosso modo, voici la chose :

 

 " L'Eternel Dieu forma l'homme en ramassant la poussière de la terre,

il souffla dans ses narines un souffle de vie

et l'homme devint un être vivant."


>La suite, vous connaissez (vous, pas elle !)

 

Bon alors, tu as lu et copié la définition de genèse.

-oui

Tu as compris ce que ça signifie ?

- oui, c'est comment une chose a été créée.

C'est ça.

Donc, tu comprends pourquoi on te demande le lien avec le petit texte ?

- ...

Tu ne vois pas ?

-...

Bon... Il parle de quoi, ce texte ?

(patience)

-...

Dieu, dans cette histoire, qu'est ce qu'il a créé ?

(courage, on va y arriver...)

- Ben... il a ramassé la poussière et il a créé ( visage radieux, elle a la bonne réponse !)

LA PROPRETE !

 

MDR !!!!

Franchement, l'aide aux devoirs, ça finit tard, mais c'est pas triste !!!!

 

NDLR : Aux mauvaises langues, je réponds de suite : NON, ce n'est pas une Portugaise !!!!


Repost 0
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 19:22

Lecteurs tout adorés...

 

Vous vous sentez les neurones emmêlés et à la limite de l'hivernage ?

Vous regardez dehors et vous voyez un peu trop de GRIS ?

La Gazette vous offre un petit échantillon de couleurs à relier (exercice kiné d'élongation, destiné à étirer les synapses rigidifiées par le mois de novembre).

Novembre, ou FRIMAIRE pour nos ancêtres les sans-culottes (qui, eux, n'auraient pas acheté les dessous blindés de l'article d'hier...).

Oui, car voilà, par HASARD TOTAL (ou alors, mieux, par sérendipité), alors que, regardant d'un oeil contristé le ciel pendant  que j'écrivais les lignes précédentes, je me demandais si frimaire était bien le nom de notre mois, je découvris (ou je découvra, comme diraient mes chers élèves, pour faire plus spectaculaire) que aujourd'hui pile-poil, c'est l'anniversaire du calendrier révolutionnaire définitf (un définitif qui dura moins que certains provisoires, du reste). 24 novembre 1793.

Nous sommes le quartidi 4 frimaire 219.

Sachez-le. Je sais, ce sont des choses qui s'oublient : heureusement que j'ai une sidérante intuition qui nous permet en ce jour de ne pas oublier les régals de cette invention.

Car, rappelez-vous, on avait tué les Saints avec  leur calendrier grégorien, mais du coup, la Nature ayant horreur du vide, on avait rempli les cases de ce nouvel agenda de noms savoureux.

Et justement, aujourd'hui, on fête les NEFLES.

Je ne peux pas dire "C'est la Sainte Nèfle"***, bien sûr, mais bon, si jamais vous avez une connaissance qui porte ce charmant nom, (je joue à la Dame de la Météo)  saluez-la (et plaignez-la de ma part, aussi...).

Par contre bientôt, ce sera le jour des GRILLONS !

Et des Grillons, moi, j'en ai 4 ! Donc, Bonne Fête les Grillons !

 

Mais, vraiment, je le vois bien, c'est n'importe quoi cet article : ça part dans tous les sens.

Au début, quand j'ai commencé à faire tourner les rotatives, je partais pour un petit jeu d'association : il s'agit de relier des Doodles avec les événements qu'ils saluent.

Et puis hop ! Voilà, mon matos était prêt, les logos sélectionnés, le photo-montage fabriqué, et puis, frimaire est venu comme une mouche tourbillonner dans ma cervellette embrouillardée, et, pfuiiiit ! J'étais dans le Calendrier des Cuisses-à-l'air (rien à voir avec l'agenda Aubade, hein!).

Et c'est un autre jeu auquel je joue : je regarde vos dates d'anniversaire et je me marre, lecteurs chéris ! Car à chacun son jour, évidemment. Et là, il ne s'agit plus d'être du signe du bélier ou du taureau ou du lion.... Non ! On naît sous l'égide de....

Lequelcéty ?

calrev

Alors, alors ???

 

Pour le Messire, le PIGEON (Callou, méfie-toi!!!) :-D

Bruno, le LILAS (commun, precise-t-on). Un arbre dans ton jardin, me semble désormais incontournable.

Moune, c'est le GREFFOIR. Je sais, pov Moune, ça fait pas rêver... je prefèrerais être au moins couteau suisse...

Votre Gazetière, normal...le CANARD (déchaîné). No comment, merci ! (J'aurais préféré Violette, Angélique ou Pimprenelle, mais bon)...

Lily, la CAMOMILLE.

Philou, l'ARTICHAUT... Question de coeur ! MDR !

Saluons Triton, né sous le signe de la GROSEILLE.

L'Angel 2, fan de Belle du seigneur à un jour près, aurait pu être une Belle de nuit... Mais non, le 6 octobre, c'est le jour de l'ÂNE...

La néo-quadra, c'est l'AUBERGINE. La couleur ça va, mais la forme... Fais gaffe, Angel 3 ! :-))

Nouche... tu es coincée entre entre les salsifis et le topinambour, mais ouf ! tu es née sous la houlette de la MÂCRE...autrement connue sous le nom de châtaigne d'eau. Fort aimée des Asiatiques. Pas mal !

Notre Carla Blondi familiale, elle, c'est l'ENDIVE !

Poupoune...le 25 novembre c'est le jour du COCHON.... Question de caractère ? Oh ben non ! Le Mulet lui aurait mieux été !

Et notre Berlinoise ? Elle a trop de bol.... C'est le jour du MIEL.....

 

Bon, ouf, à DonaldVille, on a échappé au pire : on n'a pas de TRUFFE, de NAVET , de DINDON ni de FUMIER...

Du moins à ma connaissance.

Mais je vous invite à aller vérifier par vous-même sur Wiki : lCI !

 

 

Et mon Lequelcéty d'origine, alors ?

Ben ce sera pour la prochaine fois....

 

 

*** Que ne ferait-on pour elles...?

Repost 0
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 10:18

GIN

Lecteurs chéris, la Gazette vous offre aujourd'hui un épisode croustillant des Riches heures de l'Administration à la française.
asterix.jpg
C'est une histoire vraie, vécue récemment par une lectrice que la majorité d'entre vous reconnaîtra aisément.
Rien de grave, rassurez-vous ! L'aventure n'a pas lieu dans les méandres de la Sécu, c'est déjà ça. Ni au Commissariat de police (pour le vol des plaques de la zaza, par exemple), ni même à la Mairie pour le recensement de notre néo-majeure.
Non, c'est à la Préfecture, que par un beau jour du mois d'octobre, notre courageuse Aventurière de l'Administration est partie chercher sa carte professionnelle de Guide Interprète Nationale (GIN, pour les intimes).
Prévenue, elle emporte son petit viatique : relevé de notes, carte d'identité, et une photo.
Arrivée à la préfecture, entrée principale: des policiers qui sont là pour assurer le plan Vigipirate lui demandent pour quelles raisons elle vient ici. Au cas où elle viendrait poser une bombe, hein ? Rassurez-vous, la Préfecture ne sautera pas : il est bien plus facile d'entrer dans une école maternelle à l'heure des mamans : là, vous ne verrez aucun barrage de sécurité, ça n'en vaut pas la peine.
La demoiselle répond aux hommes en uniforme : on lui dit de passer par l'autre entrée, première rue à gauche : "c'est surement là-bas"...
Petit tour de quartier, petite entrée (des artistes?) : au guichet, les deux personnes ne savent pas de quoi on parle, "une carte professionnelle de quoi ?" (guide ? visites ? tourisme? cultuuuureee???) Elles ne sont pas sûres que ce soit ici... On fait appel à un collègue : "je ne sais pas du tout". Cela sent la fin de non-recevoir.
Mais notre impétrante insiste un peu, sûre de son bon droit et des infos qu'on lui a données. Elle est certaine que c'est à la Préfecture qu'elle doit venir récupérer son sésame. Gens de bonne volonté :  on essaie de savoir à quel service elle devrait s'adresser. Et puis d'abord, comment est-elle arrivée jusqu'à cette petite porte ? "On m'a dit de venir ici". "Et alors de là bas on vous a envoyée ici?" - "oui, enfin, c'étaient les policiers."-"aaaah mais si c'étaient les policiers, effectivement, ils ne sont pas bien renseignés sur les services, du coup il va falloir y retourner, ou plutôt suivez moi on va passer par l'intérieur". Imaginez ! notre Aventurière va avoir droit, du coup, à un passage par le coeur du système ! Notez : par la fameuse "petite porte", si on a une bombe à déposer, on atteint directement les services intérieurs...
Couloirs....Bureaux d'accueil divers et variés. Arrivée à l'un de ces accueils : une dame déjà fort occupée dit qu'elle ne sait pas, il faudrait peut être aller plutôt au Rectorat, quoi que...plutôt que d y 'envoyer sans savoir, elle va quand même passer un coup de fil, le service des cartes professionnelles (bonne idée !)... Avouons que les employés ne sont pas antipathiques, ils sont juste peu renseignés.
Le sourire : oui, c'est bien là (étonnant, non ? au service des cartes professionnelles on délivre des cartes professionnelles !), donc vous retournez à l'autre entrée, on vous donnera un badge, troisième étage, bureau de Mme Untel...
Retour au guichet "Ah bon c'est ici alors..? Nous on est au courant de rien, c'est vraiment n'importe quoi comme on est mal informés ici!" (j'avoue...comme dirait l'autre)
Badge clipsé, ça commence à faire sérieux. Attente devant l'ascenseur. La Ginette monte, et , bien élevée, demande aux personnes présentes "à quel étage allez-vous?" avant de tenter d'appuyer sur le bon bouton. On lui répond qu'ici, on programme l'étage souhaité à l'extérieur.  "Donc là on monte au troisième". Etrange système mais puisqu'on a embarqué pour le troisième, allons au troisième. Qu'on dépasse sans ralentir. "Tiens, finalement, un problème technique, on va au cinquième. Il faudra ressortir et reprogrammer le 3ème, puis rentrer à l'intérieur. "Ne paniquez pas, ça arrive tout le temps". On reprogramme, donc.
Ouf, ça a marché, maintenant, reste à trouver le bureau souhaité parmi le dédale de couloirs. Chance,  une dame qui interrogée donne la direction à suivre, c'est déjà ça...
Arrivée dans un couloir avec quelques petits bureaux en open space, et une sorte de secrétariat. Notre Aventurière frappe, entre et  demande le bureau de Mme Untel, "c'est pour faire faire une carte de guide". On lui répond qu'un peu plus loin dans le couloir, elle va  trouver une table grise, avec un téléphone. (Mission Impossible n'est pas loin!) Là, elle n'aura plus qu'à décrocher le combiné et à appuyer sur le bouton "guide interprète" : pas la peine de parler, la sonnerie suffira,  quelqu'un viendra la chercher.
Complètement funambulesque ! Je ne sais pas pour vous, mais moi, le concept me fait mourir de rire !
L'Aventurière trouve le téléphone et appuie , faute de bouton "guide interprète", sur le bouton le plus "logique": Tourisme!
Mais, un brin méfiante , elle préfère attendre pour voir si ça décroche à l'autre bout du fil : bingo ! une dame lui répond.  Elle explique brièvement son cas, la dame arrive quelques secondes plus tard. Notre Aventurière, se croit au bout de l'épreuve : elle a  déjà sorti son bulletin de notes, sa carte d'identité et sa photo. C'eut été trop simple! Il faut  une demande écrite à remplir, plus la liste de documents supplémentaires à fournir (trois photos, casier judiciaire, et autres...).
Et la bonne nouvelle : inutile de revenir ici,
elle pourra envoyer le tout par la Poste!  :-D
Repost 0
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 15:09

Oui, enfin, ça y est, je sais pourquoi.
Ce sont mes racines.
une sorte d'atavisme, un réapparition subite d'un caractère depuis longtemps latent dans mes gènes.
Qui me vient de mon arrière-arrière grand Papé, celui-là même qui tricotait des chaussettes debout sur ses échasses dans un marais landais, pas au siècle passé mais carrément à celui d'encore avant.
Euh...petite précision : l'atavisme en question ne concerne pas l'amour immodéré des grosses chaussettes (quoique), ni même celui du tricot (que j'ai, pourtant, aussi, pas immodérément mais quand même).
Ce n'est pas non plus un don remarquable pour la danse sur échasses (ça se saurait), ni une passion pour les Landes (malgré ses pastis à mouououriiiir).
Bon, alors, que reste-t-il, alors ?
Eh bien, lecteurs chéris, les MOUTONS, évidemment !
Car oui, Papa, maman, j'ai quelque chose à vous dire : j'aime les moutons!
Attention : LES moutons, bêlantes bêtes, et non LE mouton, viande grasse et trop forte à mon goût d'Occidentale du XXIe siècle.
Bien sûr, ils m'ont quelquefois littéralement effrayée ("Les moutons foncent!!!", Moune, rappelle-toi l'épisode tragico-aventureux de Laugareil où mon imagination débordante avait engendré une panique contagieuse dont tu fis les frais....écartelée entre l'instinct légitime de survie et l'instinct non moins légitime de protection maternelle pour ton jeune et inconscient rejeton....).
Mais la plupart du temps, ces ovines créatures injustement déconsidérées par beaucoup de mes semblables m'attirent. Jusqu'à ce matin, je ne savais pas pourquoi. Maintenant, j'ai une explication rationnelle et héréditaire.Elle m'est venue comme ça, d'un coup, paf ! Une fulgurance. Soudain, j'ai compris. Je savais, certes, mais je n'avais pas fait le lien.

Je suis descendante de berger.

J'ai les moutons dans le sang.

En Ecosse, jeunette et joyeuse, je me revois appelant sans relâche les charmantes bestioles : come sheeps, come  ! Sans succès, du reste : sans doute une question d'accent...
Il y eut aussi de multiples arrêts photo (merci Triton) pour immortaliser ces laineux animaux à chaque voyage dans le pays Basque (le menech à tête noire!!!) ou n'importe où ailleurs  où j'avais le bonheur de croiser leur route (depuis Luchon, quand Bébert se prenait pour un chien de berger, jusqu'au défilé ahurissant du troupeau innombrable qui entrait en flux continu dans la bergerie en bas du monastère de Belloc...)


Et puis...et puis....tous ces moutons-dans-les-livres qui font mon bonheur de liseuse!


Celui du Petit prince, en tout premier.

case
Les délirants moutons de l'album "Le jour où les moutons décidèrent d'agir".

mou.jpg
Les inénarrables héros du Génie des alpages...

index.jpg


Et leurs cousins irlandais, ceux dont nul n'ignore que j'en suis définitivement tombée amoureuse,

le troupeau de Miss Maple, dans Qui a tué Glenn...

livre3
Alors là, c'est un sommet. Et la contamination gagne autour de moi.
J'ai fait une adepte à Berlin, et une (au moins) dans mon collège (prof d'espagnol, pour ne pas la nommer, qui rit autant que moi et fait une pub aussi active!)

 

C'est LE livre que je garde, et que j'offre. D'ailleurs, sur Priceminister, ils ont bien noté que je faisais une fixette et maintenant, ils m'envoient un mail chaque fois qu'un vendeur propose cet opus !!!

Commode, car, à mon avis, je risque d'en acheter d'autres ! 

Sauf à Messire, qui dit qu'il n'a pas besoin de le lire tellement je lui en ai lu d'extraits à haute voix (pendant qu'il tentait d'avancer dans le dernier Ellroy ! )

On y apprend à quoi rêvent les moutons et leur façon de penser. On sait à quoi ressemble un bon berger : il n'élève pas de race à viande, il fait la lecture à ses brebis, ne porte que des vêtements faits avec leur laine... Ce qu'ils savent des vitamines, des antibiotiques, des maladies ovines.... Leur vision de l'église, du cinetière, des hommes en général...

On comprend avec eux que les humains n'ont qu'une toute petite âme, finalement, car tout le monde sait que l'âme est une question d'odorat...

Vraiment, avec cette lecture, je vous jure que vous ne regarderez jamais plus un mouton du même oeil !

 

Pour finir, quelques mots extraits du livre, c'est le moins que je puisse faire....


 Quand Othello entre dans l'église (il croit reconnaître un cirque...) :


"Tout au fond, un homme, plus mort que vif, était accroché à une traverse. Etait-ce lui qui avait émis ce bruit? Le bélier frissonna : il avait sous les yeux la victime d'un numéro de lancer de couteaux, pieds et poings cloués aux poutres. Cela n'avait pas l'air d'être un accident. Celui qui avait lancé les couteaux savait ce qu'il faisait."

 



Repost 0
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 16:15

Oui, hein, qui vous dit ça ?

La Zigobelle renifle un peu, frissonne pas mal, a comme du coton dans les oreilles... Bref, tous les symptômes tristement banals d'un refroidissement quelconque pour fêter l'automne.

C'est ce que je me disais.

Jusqu'à lire ce matin que si ça se trouve je pourrais bien avoir le chikungunya.

Y a pas de raison que mon frère se tape toutes les maladies exotiques, ma 3/4 tous les trucs bizarres, Messire toutes les blessures sportives et les opérations qui vont avec et moi rien.

 Mais pourquoi le chikungunya, me direz-vous ?

Et pourquoi pas, rétorquerai-je, le menton levé, la tête droite, le regard offensé par votre suspiscion préconçue et vexante !

Parce que si vous vous imaginez qu'il faut avoir voyagé longtemps vers des îles lointaines pour avoir le privilège de choper la piqûre qui fait exotique, eh bien, lecteurs mal informés, sachez que ce n'est pas la peine.

Non.

Le chikungunya, y a même plus besoin de se payer (très cher) un voyage aux Caraïbes ou à la Réunion pour l'attraper.

Il suffit de savoir se trouver au bon endroit, et pas forcément loin.

A Fréjus, par exemple.

Parce que figurez-vous que là-bas, y a déjà 2 cas avérés. Parfaitement. Deux fillettes de 12 ans, deux copines qui ont été simplement piquées par un moustique-tigre (les curieux liront ici des infos sur la bête !!!)  qui avait piqué précédemment une autre enfant contaminée, elle, là-bas en Asie.

On appelle ça la contamination autochtone.

liront ici ceux qui veulent la source de l'info !

 

Alors, tant qu'à faire, voyez-vous, quitte à m'enquiquiner avec un virus idiot, vu que l'an dernier j'ai même pas pu me faire une H1N1 (rappelez-vous, les profs n'étaient pas comtaminables et devaient rester au collège, eux, alors que les élèves bullaient tranquillement "chez eux" pour cause de pandémie), j'ai décidé, pour ma future hagiographie (et là, j'en appelle à celui ou celle qui aura la charité de la publier) que j'aurai été officiellement atteinte par chikungunya fréjussien à retardement*, ou pseudo-dengue varoise*** en septembre 2010.

J'sais pas vous, mais moi, je trouve que ça donne un genre.

 

Et sinon, rien à voir, mais....

googbday10-hp.jpg

Google a 12 ans, lui aussi, comme les chikungunyettes de Fréjus !

 

* à retardement car je dépasse un peu des temps d'incubations ordinairement constatés...;-)

*** Evidemment, c'est pas le vrai nom !

Repost 0
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 11:25

(Madame la juge), c'est une erreur !

 

Lecteurs adorés, sachez-le, c'était la ligne de défense de l'Accusé.

A peine mieux que le sempiternel "c'est pas ma faute" et l'incontournable "j'ai pas fait exprès".

Avouons-le, l'Accusé a un niveau de langage sensiblement plus soutenu...si ce n'est une plaidoierie convaincante !

 

Une façon de plaider non-coupable sans pouvoir nier les faits.

Une bonne image remplaçant une explication en mots, voici l'acte d'accusation :

P8220009.JPG

Affolement à la Ferme hier soir !


... Marie-Zigobelle, outrée de découvrir cet acte honteux et avertissant que ce serait dare-dare mis en ligne afin que tous sachent l'abominable Vérité.

 

... Le Fermier tentant de défendre l'indéfendable par une soi-disant erreur d'aiguillage "à l'insu de son plein gré".

 

... Callouette très inquiète que la publication sur le Net ne crée un tsunami au Conseil municipal et des sanctions d'expulsion à notre égard : "Mais si le Maire le voit, qu'est-ce qu'on va faire?" (sic!)

 

Et si la Petite avait raison, hein ? Si on décidait de nous reconduire à la frontière de la commune parce qu'on ne mériterait pas de bénéficier des efforts culturels de Treulon, qu'on serait que des ingrats et qu'on serait déchus de notre communalité ?

Pourvu  qu'on nous reconduise au Bouscat et pas à Blanquefort ou Eysines*, mon Dieu !

 

Bon, perso, s'il faut quitter la Ferme/le Hameau, il me reste la Bottine/Versailles, le Ciel soit loué !

 

* Je n'ose même pas imaginer que Bruges connaisse d'autres frontières encore plus lointaines et désolées!

 

NDLR : pour prévenir toute accusation de la défense, je tiens à avouer que la photo n'est qu'une reconstitution de la scène du crime. En effet, l'Accusé avait soigneusement tenté de camoufler son forfait** et il fallait un oeil de lynx (trait qui me caractérise comme chacun le sait) pour découvrir bien planquée derrière un autre document, profond dans la corbeille, la culturelle plaquette ! Après extraction, on a donc procédé à une reconstitution devant témoins et en présence du prévenu afin d'immortaliser ce douloureux moment et pour pouvoir verser une preuve frappante au dossier.

 

** circonstance aggravante.

Repost 0
25 juin 2010 5 25 /06 /juin /2010 16:39

Et pourtant j'ai de nouvelles lulus*** depuis hier !!!!

Dans quel brouillard errais-je, mein Gott !

Je regarde dans  ma petite Gazette,  et qu'est-ce que je vois ? (pour les initiées, sur l'air de "Mon télélescope" )

Je vois que mon Tour de Gaule est paru DEUX FOIS ???

Erreur ! Grave erreur ! (pour les initiées, réplique célèbre du "Fantôme des Mac Gregor")

Du coup.... j'ai : deux commentaires sur l'édition n°1 (merci Nana et Nat') et un de plus sur la 2ème (pour les initiés : "Mon Gross, t'es mon porte-bonheur!", sur l'air qu'ils savent)

C'est tout embrouillé, au prix où sont mes Essilor de Luxe, hein !

 

Je remets un peu d'ordre et réponds donc au courrier de mes lecteurs ICI en un lieu unique et fédérateur :

 

Nana de Berlin : oui, en effet, le poète berrichon manquait un peu d'imagination... faut dire que le modèle...hein.... :-(

 

"Jeune" Angel : la Zigo s'intéresse à la culture gréco-romaine et aux JOURNAUX, à la PRESSE, en un mot à l'INFO, pas au foot lui-même. Cela s'appelle de la curiosité intellectuelle. Non mais ! ;-D

 

Mon Gross : je maintiens mes affirmations, l'Alsace n'est pas tout à fait en France, quand même.... On parie ? Quelle équipe soutient Papa Gross ??? En vrai, dis-moi ?

 

Lecteurs chéris et adorés, je tremble, là ! La minute est solennelle, je vais appuyer sur le bouton PUBLIER et j'ose espérer que la chose ne paraîtra qu'UNE seule fois !!!!

Hop ! C'est parti !!!!

 

*** Titane-Gom d'Optic Johnny, en rose et violet, branches souples portables sous un casque de moto (ça va vachement me servir, ça)

Repost 0
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 13:09

... peut-être qu'aujourd'hui, je serais hyper émue par le Doodle qu'ils ont, les Serbes.

Celui qui rend hommage à  "Milutin Milanković, célèbre géophysicien Serbe". (Vous noterez bien l'adjectif  "célèbre" qui fait toujours plaisir à lire quand on n'a jamais, mais alors jamais entendu parler de la chose ou la personne qu'il qualifie....)

milankovich10-hp.gif

Mais voilà, je ne suis pas scientifique au tréfond de mes gènes et je ne parle même pas serbo-croate.

Du coup, comme dirait l'autre, le sieur Milankovic, sauf le respect que je lui dois et la présomption de génie que je lui octroie, ben, honnêtement, j'm'en fichais comme de l'an quarante !

Mais pourquoi un article, alors, me demanderez-vous ? Alors que plein de Doodles restent dans les limbes de mon doodletracker sans jamais atteindre le paradis de la Gazette ?

Eh bien, mais, parce que je suis une gazetière curieuse et que je suis allée lire des trucs sur Milutin, voilà.

Et que franchement, un gars qui "à partir de 1920 (fait) des recherches, très mathématiques, sur les déterminants astronomiques du climat au quaternaire et la généralise avec la théorie astronomique des changements climatique des planètes ", ben, ça me scotche, voilà.

Rien que le fait d'avoir L'IDEE de se poser des questions de cet accabit, j'admire.

Et la ténacité aussi, la durée dans l'effort. Il y a bossé toute sa vie, Milutin, sur le sujet. pour aboutir à 63 ans (la retraite des chercheurs, y en n'a pas) à la publication d'une théorie astronomique des paléoclimats.

A laquelle je vous invite à aller jeter un oeil si vous avez envie d'en savoir plus sur l'excentricité, l'obliquité et la précession de notre chère planète bleue.... ;-))

Repost 0