Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 mai 2007 4 31 /05 /mai /2007 20:56
Comme vous le savez, deux tristes événements ont entaché ce dermier jour du mois de mai...
Jean Claude Brialy a quitté cette Terre (et surtout Paris) et le Colbert, mon cher Colbert, celui qui me permettait de retrouver ma route le long des quais et grâce à qui je ne ratais jamais le cours de la Martinique, a quitté Bordeaux.
On l'emmène, le pauvre, mourir à petit feu dans un coin de Bretagne où il va devenir donneur d'organes...
Je ne sais pas si Michel Sardou, qui, lui, semble encore vivant, va lui écrire une chanson comme il l'avait fait pour le France avant qu'il devienne son propre avatar du nom de Norway, mais la Gazette, sans attendre, est fière de publier aujourd'hui un vibrant hommage à ce digne croiseur....



Un texte d'Annabelle :

Mon vieux gris
Tu t'étais déjà fait plaquer par l'armée. Aujourd'hui tu es devenu gênant pour les quais.
On t'a arraché de ton mât tiré par le ciel, amputé de tes deux ancres. Tu rouilles, tu es toxique. Tu n'as plus ton prestige d'antan.
Ah... Si j'étais riche... Un routemaster sur la proue, un bon vieux soundsystem, et on reprendrait la route toi et moi. Ton carré des officiers deviendrait l'antichambre de la fête. Tes chambrées les derniers salons où l'on cause.
Tu t'appellerais : "Water Ballast Heroe".
Au lieu de tout ça les fossoyeurs sont venus te chercher, et sans toi, ça sera cette laide rive-droite sans couleur qu'on regardera désormais l'oeil ivre.
Je n'ai pas pu venir te saluer quand tu es parti, je n'ai pas vu cette foule d'anonymes s'enorgueillir de ton départ.
A cette heure tu rouilles, tu roules, poids mort charrié par des corbeaux gris, tu attends la tempête qui rompra tes amarres et t'évitera la morgue de Brest.
Salut l'ami.
 
Repost 0
31 mai 2007 4 31 /05 /mai /2007 20:53
Un article signé de notre journaliste invitée, la belle Anna !


La vie est un miracle
Concert de Patti Smith and her band, mardi 29 mai, Olympia, Paris.
Une énergie rock qui ne s'éteindra jamais, des attitudes de derviche, de la rage, de la saturation à fond les balloches.
Des litanies rock assénées sur des ballades à la Lenny.
Promenade à Pigalle, et virage au Sud, mercredi 30 mai, bouche du métro Opéra, Paris.
Dans la foule, la silhouette de Lenny Kaye s'offre à moi. Magie ! Le croiser là, au hasard de mes pas, dans cette marée humaine ! Ah ma bonne étoile ! Il est heureux d'avoir encore des fans jeunes. Je lui parle de ce médiator, qu'il m'avait offert il y a 5 ans, cette fois-ci devant l'Elysée Montmartre. Il me sourit, et sort son porte-feuille, et me tend le même. Il ne joue qu'avec ceux-là.




(cette photo de Lenny Kaye est tirée du site Furious.com)

Repost 0
27 mai 2007 7 27 /05 /mai /2007 16:22
... Vive Pinky !

Les habitués de la Gazette savent la passion de leur Gazettière pour son petit téléphone portable, véritable objet transitionnel assumé.
On en connut plusieurs, la plupart du temps roses, très souvent avec un clapet.
Le dermier chouchou en date était l'élégant Glamy,
rouge rubis et élégamment équipé d'un miroir :
le vrai bijou-téléphone-de-fille!!!



Hélas, hélas... une maladie rare et mystérieuse a emporté cet adorable petit Alcatel chéri à la fleur de l'âge... R.I.P.


Il a bien fallu le remplacer...

Sony Rose fut quelque temps réveillé de son sommeil de Belle au Bois Dormant afin de prendre la difficile succession du regretté Glamy. Il s'acquitta de sa tâche à la perfection, je dois le dire :  rendons-lui hommage pour sa remise en service instantanée et la fraîcheur incontestable de son fonctionnement.



MERCI, Sony Rose!

Mais voici qu'est arrivé aujourd'hui la nouvelle petite merveille...
Je vous présente le nouveau standard de la Gazette :



Mesdames, Messieurs...
pour vous, ce soir, sur la scène du plus petit Cabaret du Monde,
au P'tit Moulin Rouge...
PINKY !!!!
Repost 0
26 mai 2007 6 26 /05 /mai /2007 18:28
Si le beau temps n'est pas là, les candidats aux législatives, eux, fleurissent dans les rues!
Nos correspondants locaux nous informent qu'ils attendent de pied ferme les clients rescapés de la pluie diluvienne aux portes des supermarchés de Toulouse.
Autant de pluie à Bordeaux et des politiques motivés : laissez-moi vous conter les aventures merveilleuses de votre gazetière en cet après-midi météorologiquement morose à pleurer...

Figurez-vous la scène : on est rue Fondaudège, dans un petit commerce (pas de publicité sur la Gazette).
Il pleut mais il fait lourd, les portes sont ouvertes.
Et qui voit-on entrer, sourire aux lèvres, imper beige boutonné du premier au dernier bouton?
hein, hein, hein???
Monsieur Alain Juppé, maire de Bordeaux et MINISTRE D'ETAT !!! (parce que moi, je suis fonctionnaire d'Etat, alors l'Etat, ça compte!)
La Cour le suit, bizarrement sans garde du corps identifiable, même sourire sur chaque visage, et quelques caméras et micros.
Apparemment, il vient parler du problème du tramway : va-t-il ou non passer rue Fondaudège??? Le commerçant veut savoir, Juppé ne veut pas répondre. Langue de bois...c'est lui le plus fort, t'en fais pas, tu ne gagneras pas à ce jeu-là : ta réponse franche, gentil marchand, tu ne la lui arracheras pas!
Bon, le petit conciliabule terminé, on va passer aux choses sérieuses...
Chantal Bourragué, maintenant à la perfection une distance de un pas derrière le Boss quel que soit le mouvement de celui-ci, arbore un sourire encore plus scintillant et dévorant qu'à la sortie de la messe à la Trinité le dimanche ou au vernissage de l'expo de Mitau.
L'heure est venue de chasser l'électeur. A cette heure-ci, la boutique est quasi vide. Pour tout dire, on est deux. Serrage de mains.
Moi, Zigobelle, aujourd'hui, j'ai serré la main de l'unique et tout neuf ministre d'Etat (si je ne m'abuse) du premier gouvernement Fillon du premier quinquennat de Sarkozy (hein? quoi? non je ne suis pas pessimiste, j'énonce des faits, sans projection, c'est tout).

Serré la main, vous entendez bien??? Comme dirait mon gentil voisin (après la sortie de la troupe, je vous rassure) : oh, je ne vais plus me laver la main!
Je me recentre sur mon sujet : la chasse au renard !!! (le renard, bien entendu, étant une allégorie pour désigner subtilement l'électeur ou plus exactement  la VOIX, le SUFFRAGE exprimé.)
On en était au moment émouvant où Juppé me tend la main..
Il me salue : bonjour Madame, Bonjour Monsieur Juppé.
Vous êtes Bordelaise? (hihihi...)
Oui monsieur.
CLING! Plus 10 points pour moi ! Je suis un renard à la fourrure de qualité...
Chantal Bourragué prend des couleurs, et  une longue respiration...puis elle  remonte à la droite du père Tout-Puissant. Le numéro est bien réglé : comme au trapèze volant! A peine est-elle à sa hauteur qu'il me la présente : Madâââme Bourragué... Il sourit. Je souris. Elle sourit. On sourit tous. Ici, tout le monde sourit. Dehors, il fait un temps de m..., mais là, y a du soleil et du sourire à revendre.
A elle de parler.
Vous êtes du quartier? (Traduisez : vous votez dans la circonscription?)
Presque, juste à côté (le geste de votre Gazetière désignant la direction Grand-Parc/Chartrons)...
CLING ! Plus 1000 points pour moi! Je suis un renard à la fourrure de luxe!
Du coup, je gagne une petite brochure en papier glacé qui sort à point nommé de la poche de l'imper de madame Bourragué (oui, elle a des poches qui ont été cousues exprès à la dimension du tract UMP ou alors, le tract a été édité à la taille exacte de la poche de son imper, je ne sais pas, cela m'interroge et m'épate, une telle organisation...!)
Sur la brochure, c'est beau, y a la même dame blonde que celle qui me fait le cadeau, avec le même collier de perles et le même sourire, comme celui de Madame de Fontenay, mais sans le chapeau.

Et derrière elle, un peu en retrait (c'est normal, parce qu'il est juste suppléant, alors il doit marcher derrière, c'est le protocole), y a l'homme à qui mon collège doit tout, le maire du Bouscat.
Il sourit moins grand que Chantal, le Patrick, et il regarde un peu loin, au-delà de nous, vers l'horizon... et il est décontracté : il tient sa veste d'un doigt, négligemment posée sur son épaule, un peu comme une cape de torero...ça fait genre, y a pas à dire.
Sous ce couple charmant, y a un bandeau bleu outremer où on m'ordonne, très simplement et en toute franchise, de voter Chantal Bourragué.
Le message est clair, pas subliminal pour deux sous.
Et je vais vous dire comment on va m'inciter, précisément, à voter pour la dame...
Le tract s'ouvre, et se déplie en trois feuilles.
Sur celle de droite, y a des mots en gros caractères, des mots comme AGIR, TRAVAIL, ENVIRONNEMENT... ça vous rappelle des gens, ces mots-là? Moi aussi...
Et sur les deux premières pages, ce sont des belles images. Des photos comme dans Point de Vue. Madame Bourragué est indéniablement une femme HEUREUSE : pas un cliché où elle fasse la tête. Non, un sourire inébranlable. On sent bien que si on vote pour elle, on pourrait en attraper un peu de cette joie -là.
La plus belle photo, elle est placée là où il faut : en bas, pile au milieu.
C'est un double portrait, un homme, une femme, ils s'entendent bien puisqu'il a sa main sur son épaule, à elle. Comme ça, ami, hein, c'est correct même si l'ambiance est décontractée. Elle, elle a une belle veste de tailleur bleu, un peu le même bleu que sur la couverture du tract, un beau bleu de piscine, ça va bien avec ses yeux et son collier de perles, ça fait rêver de mer du sud. Lui, vous l'aurez deviné, lui, c'est Nicolas en personne. Il a la chemise un brin débraillée, pas de cravate, on est entre potes, on n'est pas guindés hein!
Il sourit sans les dents, avec un air doux en la tenant contre lui notre petite Chantal... Allez, votez pour elle, finissez le travail, vous ne le regretterez pas...

Je vous fais grâce de la suite de la plaquette que j'ai gagnée, chanceuse que je suis. Et voilà. Juju m'a gentiment dit au-revoir et est reparti pour de nouvelles aventures exaltantes, la troupe sur ses talons.
Les chiens aboyaient, les cors sonnaient, les chevaux piaffaient, les boutons des magnifiques tenues brillaient... la chasse royale au renard  continuait....
Repost 0
24 mai 2007 4 24 /05 /mai /2007 11:17
La Gazette vous informe (parce qu'elle a de bons indics!) :

Robert Combas revient dans la région bordelaise en exposant à la Vieille Église Saint-Vincent de Mérignac. Il a choisi d’y montrer des œuvres de grands formats, rassemblées autour d’une même thèmatique : la période médiévale.

Exposition "Combas à Saint Vincent" du 4 mai au 30 juin 2007

Vieille église St Vincent Mérignac

Ouvert tous les jours de 14 h à 19 h


L'équipe culturelle de la Gazette y fit un tour hier en sortant du CDDP où elle avait été récupérer la nouvelle exposition de Yann Artus Bertrand (YAB pour les intimes).
Bon...Combas utilise des couleurs très franches et profondes, mais il est très torturé et très dégoulinant... Du moins son oeuvre l'est-elle.

Si vous l'allez visiter, lisez, surtout, les commentaires des oeuvres (modestes petits bristols blancs qui flanquent les grandes toiles sans cadre, juste punaisées aux murs de la très belle église restaurée) : ce sont de géniaux petits poèmes surréalistes souvent très humoristiques.

La Gazette a retenu un extrait à vous faire déguster :

Profitons.
Profitation.
Profiteroles.

Celui-là, il m'éclate !!! ;-))

 
Repost 0
21 mai 2007 1 21 /05 /mai /2007 18:33



...ça pourrait être devant Milcounor.... mais non...parce que nous, on a encore une direction possible : on peut  aller se faire bloquer la voiture sur le parking d'Atac pendant deux jours!!!
OUF !!!
Repost 0
21 mai 2007 1 21 /05 /mai /2007 09:19
Ratatam!!!
Le Tambour major de la Gazette ouvre le ban pour proclamer les gagnants de la première manche du Oucéty!

Sans conteste, les Dufaldiens ont été les plus efficaces (eh oui, le temps libre, ça paye!)
Ils ont donné le plus rapidement le plus grand nombre de bonnes réponses.
- la maison Rouge et la maison Jaune sont sises rue Marsan.
- la maison Bleue illumine la rue de Chambrun, derrière le collège.
- la maison aux colonnes est effectivement rue Borie, presque en face du Golden Apple (rue de la Pomme d'or!)
- la maison coloniale se trouve à côté de chez Pépel, Cours Journu Auber.
- Le World a en effet hanté nos quais durant quelques jours... avant de reprendre son périple marin : Qui ne l'a pas vu?

Mais tout le monde a séché sur la dernière énigme, franchement difficile, il faut le dire...


Car cette vieille maison fantôme se situe dans une rue secrète...une rue très aimée de votre gazetière... nichée au coeur des Chartrons... accessible par la rue Barreyre... presque une impasse...allez donc la voir, vous serez sans doute charmés!


C'est la rue VANDEBRANDE et la maison n'est plus qu'une façade envahie par la végétation...

Qu'y a t-il derrière? Quels sont les mystères de la Maison Endormie de la rue Vandebrande...?
Rêvez, rêvez...Il en restera toujours quelque chose...
Repost 0
13 mai 2007 7 13 /05 /mai /2007 20:36
Chers lecteurs,

la rédaction de la Gazette désire s'associer à vous pour fêter l'arrivée depuis quelques jours d'une nouvelle abonnée, habitante de Donaldville Nord, qui a pris, savourons notre joie collective, l'abonnement Premium De Luxe (package total : articles et newsletter) !

Bienvenue à l'Angel Véro !!!
Repost 0
13 mai 2007 7 13 /05 /mai /2007 20:29
Alors, pour tout vous dire, lecteurs adorés, la Gazette, contrainte et forcée par les performances ahurissantes des dufaldiens, sort une nouvelle énigme de derrière les fagots....!

Celle-ci, en réalité, on ne pensait pas la mettre en jeu car elle n'est vraiment pas facile à trouver cette bicoque!!!


Cependant, on décide de jouer cette carte ... ultime de cette première manche!


La Maison Forêt Vierge!

Alors...OUCETY???
Repost 0
8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 21:39
Eh bien, lecteurs adorés, les réponses pleuvent et les Dufaldiens sont des joueurs invétérés, croyez-moi!!!
On va donc les obliger à pousser leur voiture un peu plus loin...(car on est certains qu'ils n'y vont pas à pattes, à cette vitesse, c'est pas possible!!!)
Mais ces concurrents redoutables sont des piliers vénérables du quartier et ils sont en outre dotés d'un sens de l'orientation très aiguisé....

Nouvelle énigme donc, proposée à leur sagacité légendaire :

Sauront-ils situer la *MAISON COLONIALE ???


* c'est le nom que lui a donné votre chère Gazettière!

à suivre...
Repost 0