Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 juillet 2008 1 28 /07 /juillet /2008 09:18
Malgré une nouvelle attaque de Google, Wikipédia n'a pas encore perdu ses fans. Surtout les handicapés de l'english dont je fais partie (honte à moi, I know).
Mais....
Pour ceux qui manient allègrement la langue de Shakespeare (ou ce qu'il en reste, son avatar moderne), notre célébrissime et pangoogelien moteur lance une nouvelle encyclopédie collaborative.
Gaudeate, jubilate, exulatate ! Vous allez pouvoir encore mieux CROISER VOS SOURCES !!!! Car tel est le credo du chercheur d'info (et du documentaliste!).

Lu dans l'Expresso du café Péda ce matin, donc :

Google se lance sur le terrain de k'encyclopédie avec Knol. A la différence de Wikipédia, Knol vise l'excellence (NDLR : et toc !) Les articles en ligne ne pourront pas être modifiés par les lecteurs et tous seront signés du nom de l'auteur. Plusieurs articles pourront coexister sur la même question.***


*** NDLR : Preuve indéniable qu'on n'est pas dans un système d'info  totalitaire.


http://knol.google.com/k#  (version béta du truc)

Donc voilà, dans l'avenir, on dira : "Va sur Internet (Go on the Web!), il doit bien y avoir un ou deux KNOL sur ça...". Ou encore : "Ah, tiens, la semaine dernière, j'ai publié un KNOL sur le rôle écologique des protistes autotrophes. Tu me diras ce que tu en penses...?"

La Gazetière, malgré les vacances, a encore des joies de prof-doc ! Youpi !!!
Repost 0
26 juillet 2008 6 26 /07 /juillet /2008 22:39
... de sang. D'angoisse. De folie.
Un peu trop de scènes et de lieux terrifiants.
Un peu trop de fausses pistes, de coïncidences extraordinaires qui n'en sont pas mais qui en sont quand-même.
Un peu trop de traits de caractères caricaturaux, qui existaient déjà mais qui sont lourdement décrits. Un peu trop lourdement.
Un peu trop de révélations, de croisements, de complots, de légendes...
Fred Vargas écrit bien, elle a des idées plus qu'originales et elle visite des lieux fascinants.
Mais.
Mais cette fois, de l'avis de votre gazetière, c'est trop. Trop tout.
Alors, on n'est pas déçu, non, ça finit bien, tout est mécaniquement bien huilé, bien amené, on ne s'ennuie pas, on a envie de comprendre, d'arriver au bout (lecture de JOUR pour moi, la nuit, ça fait trop peueueueur!), y a des histoires émouvantes d'animaux, y a vraiment tout ce qu'il faut... mais ... y en a un peu trop.
C'est tout.

Repost 0
26 juillet 2008 6 26 /07 /juillet /2008 13:15
On devisait, ce matin, au soleil de DonaldVille Nord. Et l'on parlait de mouvement. De constat, de bilan, d'audace, de courage. On se disait que ne pas avancer, c'est reculer. En reconnaissant que bouger fait peur, qu'oser est difficile. En revenant encore et toujours à cette histoire de Mer Rouge à traverser. Sachant ce qu'on laisse derrière et redoutant ce qui nous attend, regrettant le confort fût-il inconfortable et le préférant au changement, même possiblement salvateur.
Et m'est revenue la souvenance d'un article que j'avais envisagé d'écrire il y a quelque temps déjà, à propos d'une expression connue et souvent mal employée.

Il y a péril en la demeure.

Deux jolis mots assez riches et évocateurs, dont un qui cache son sens derrière les murs épais d'un faux logis.

Votre gazetière se régale.
Péril, c'est tellement plus romanesque et aventureux que danger !
Il y a, m'est avis,  de la classe et de la profondeur dans le péril, il y a des pièges, des rebondissements, du risque et de la haute-voltige. Alors que le danger colle froidement à la peau comme de la glaise aux semelles des bottes.
A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire... Oui, le péril est une flamme frissonnante et vivante !

Quant à la demeure... Elle porte sa part de mystère. De sa taille, on ne sait rien, mais elle évoque une grandeur de principe ; il n'y a rien de simple ou de coquet dans une demeure, mais des coins sombres et des passages secrets, des ombres glissantes, des profondeurs peut-être inquiétantes.
"Bienvenue dans ma demeure" n'est pas si rassurant que les mots voudraient le faire entendre...

Tout cela est parfaitement romantique, mais la demeure dont il s'agit n'est pas de celles où on habite.
Cette demeure n'est en effet que le fait de demeurer, de rester, de ne pas bouger, de ne pas avancer, de ne rien faire.

Il y a péril en la demeure, souvent employé à tort pour signifier simplement que la situation est critique, signifie plus précisément qu'il y a grand danger à ne pas agir.

Car, comme on dit sagement, à force de remettre à plus tard, un jour, la vie nous dépasse... Et là, pour la rattraper... on peut toujours courir!
Repost 0
22 juillet 2008 2 22 /07 /juillet /2008 18:28
Mes chers abonnés, la Gazette est heureuse de vous annoncer qu'à partir d'aujourd'hui, Zaza, qui a passé sa visite médicale et va presque bien à part une ou deux ampoules anémiées, met en place une nouvelle destination.

splendide matiz daewoo pack super.s - Annonce gratuite marche.fr
Spécialiste jusqu'à ce jour de la liaison Donaldville - MérignacAéroport, elle s'enorgueillit dorénavant d'élargir son offre, pour coller de plus près au besoin de sa clientèle.
Saint Guillaume de l'Ermitage eut le grand honneur d'être le premier client de cette nouvelle halte !

Alors... Oucéty ???

Indice numéro 1: un panneau un peu usé...dans une zone assez défavorisée...

Indice numéro 2 : un guichet... aux vitres teintées... peut-être même blindées...

Indice numéro 3 : une barrière bien fermée...(mais qui va bientôt se lever)

Alors...y en a encore qui n'ont pas trouvé ??? Oucéty ce lieu charmant ????


Eh oui ! Zaza vous conduit à l'avion, au train ou même à votre propre voiture !


Découvrez Los Bravos!
Repost 0
21 juillet 2008 1 21 /07 /juillet /2008 15:04
Debout les Gars, réveillez-vous!!!
(article musical)

Pour ceux qui ont suivi  les péripéties depuis le début  (au gré des nerfs malmenés de votre gazetière au bout du rouleau) voici un bref résumé (TRES BREF, car je ne veux plus importuner personne avec ce périple calamiteux digne de l'Homme de Rio ou de tout road-movie drôle à regarder AU CINEMA ) de la pérambulation homérique de mes deux pérégrines...
Les voici maintenant de la même famille que Ulysse, le baron de Münchausen, Philéas Fogg, Cristophe Colomb,  Robinson Crusoë... ayant goûté comme eux aux joies et aux errances des expéditions périlleuses... sans retour garanti !!!

Je passe sur les débuts, qui auraient dû être aériens mais ne décollèrent pas...pour les raisons qu'on sait (et ceux qui ne savent pas, ben, ils imaginent...)
On se retrouve donc un bal des pompiers et deux feux d'artifice plus tard, dans le petit matin pas si blême, au pied du très romantique Pont du Gui ;-))


Voyez-les, les deux belles, prêtes à sauter en toute illégalité dans un bus qui ne veut pas d'elles, sous la responsabilité honteuse de la mère qui a traficoté les dates et risque de se retrouver avec la Brigade des Mineurs sur le dos...
Le bus, le voilà :

Enfin, c'est juste le premier. Monter dans celui-ci, avec votre gazetière faisant du charme au chauffeur pour éviter qu'il ne regarde de trop près les cartes d'identité, ce n'était pas le plus difficile ni le plus dangereux.
Nous sûmes, ici, au QG de campagne, que le second épisode, parisien et nocturne, fut plus hasardeux... Mais nos aventurières surent manoeuvrer avec suffisamment de sang-froid pour passer le second contrôle, et elles obtinrent, non sans sueurs froides, leur deuxième Sésame pour les contrées teutonnes...

Cela aurait pu s'arrêter là et finir directement bien.

Mais non. S'agirait pas qu'on s'ennuie. Faut des rebondissements, quand-même !

Pareil : je suis épuisée de raconter en boucle tout ce qui a dysfonctionné avec la régularité aussi rigoureuse qu'implacable d'une horloge suisse. Un problème résolu (difficilement), il s'en levait deux autres : l'Hydre de Lerne, ça vous dit quelque chose ??? Je fais impasse sur tout et je vous donne directement la chute, qui tomba hier soir dimanche à 23h50 : ELLES SONT A LA DESCENTE DU 8e AVION à Mérignac !!!

Générique de fin! C'est pas trop tôt : à ce régime, mes vacances, à l'heure où je publie, c'est bénéfice ZERO sur mon système nerveux.
Mais au moins, mon Aventurière, elle a l'air en pleine forme  (elle) :


NDLR : L'Europe, l'UNION européenne, c'est un CONCEPT, pas une réalité. CROYEZ-MOI, je parle en sachant ce que je dis.
NDLR2 : Les RELATIONS, les bonnes, notamment connaître bien des gens qui travaillent dans les compagnies aériennes, c'est UTILE, c'est même TRES UTILE et en plus, c'est ECONOMIQUE.
Conseil de la Rédaction : travaillez votre réseau. On savait déjà qu'il est bon de connaître (bien) un garagiste, un dentiste, un électricien, un médecin. En option, on appréciera un Directeur de salle de spectacle ou équivalent. Quelqu'un au Rectorat, c'est pas inutile. Je rajoute donc, un employé de la Lufthansa si on a des enfants qui voyagent en Allemagne.
Est-il nécessaire de préciser qu'au nom de la parité, que la Gazette respecte scrupuleusement, toutes ces connaissances privilégiées peuvent se conjuguer indifféremment au féminin ou au masculin ?
(Evidemment, si vous fréquentez un Président de la République, vous pouvez faire l'économie des autres étages du réseau.)

Découvrez Hugues Aufray!
Repost 0
19 juillet 2008 6 19 /07 /juillet /2008 08:52
Les JO de Pékin ? On en a vaguement  entendu parler...
Mais l'Evenément, le Vrai, c'est la Traversée natatoire de DonaldVille : qui, ici, me contredirait ???

C'est désormais une tradition, une bonne traversée ne se ferait pas sans Triton the Brave (dans l'eau) ni Kashu Senseï (aux photos).

La Gazette a donc le plaisir aujourd'hui de publier quelques moments-clés de l'Epreuve Aquatique de l'Année!



Tous avantages dehors, avec son Doudou (Oui-Oui a tout à fait sa place à DonaldVille), the Brave, prêt à se jeter à l'eau....

Le FAMEUX Cri qui tue : BANZAÏ !!!! (par expérience personnelle, éloignez-vous ou mettez un casque, les Kamikaze ont du poumon !!!)


Ben voilà : PLOUF !

Par principe : "Elle est hyper bonne".
No comment.
On y croit tous, surtout votre Gazetière...



Alors, HEUREUX ???
Encore un nouveau diplôme glorieux pour la vedette sportive de DonaldVille !!!
BRAVO BRAVO!!!






Découvrez Miguel Rios!
Repost 0
18 juillet 2008 5 18 /07 /juillet /2008 00:31
... qui ont l'oeil et me sauvent de la négligence honteuse dans laquelle je me suis laissé aller ces jours derniers en matière de veille documentaire....
Merci à l'Angel Gardien 2, donc, et mea culpa pour l'impardonnable retard de la Gazette à l'encéphalogramme aussi plat que celui de la gazetière en ce début de vacances...

M'enfin...
On n'est pas là pour se faire engueuler

On est v'nus pour voir le défilé...

Logo Goolgle : 14 juillet 2008 - Jour de Fête nationale (du 14 juillet!!!)

Découvrez Boris Vian!
Repost 0
11 juillet 2008 5 11 /07 /juillet /2008 17:59
Un petit tour en Bavière, ça vous tente ?
(mettez la musique, ça vaut le coup MDR !)
Pour votre gazetière, c'est toujours OUI !
En route, Zaza la Pastille !
(avec cette musique de cirque, la Zaza, elle n'en peut plus, elle frétille, on ne peut l'arrêter!)
Ah ! Les Biergarten, les Maibaum.... (je ne fais pas de zèle gramatical, notez-le, je n'accorde pas... Total vacancy!)
Un Maibaum planté dans un champ, et de suite j'entends l'orchestre : Trala-itou !!!! papoum, papoum ! Et viennent le frémissement de la mousse blanche au-dessus des grosses chopes, et l'odeur chaude des Bretzels !
Oui, j'y suiiiiis!
Pas de doute, on est au pied des Alpes bavaroises...



Quoique. Le nombre de kilomètres semble alarmant, pour arriver dans notre cher Pullach in Isartal...



C'est que...nous rêvions un peu, avouons-le... Eh oui ! les jumelages intercommunaux servent aussi à ça.

On est juste dans le Médoc, à Pauillac. Même pas sur la bonne route pour filer vers mon pays chéri. Sauf à prendre le bac pour Royan : tout n'est pas perdu !


Merci, ma Philou, de bosser dans le Médoc !
Merci, Pauillac, de m'avoir fait voyager loin avec pas grand chose : j'ai rêvé, imaginé, souri, été simplement heureuse, parce que la Bavière, ça existe, et que je l'aime !

Repost 0
7 juillet 2008 1 07 /07 /juillet /2008 10:01
Si je vous dis qu'il est né un 7 juillet, y a longtemps...
Que son nom de naissance était  Moïshe Zakharovich Shagalov...

Vous savez de qui on parle aujourd'hui ???

(Pour les lecteurs qui auraient répondu NON, la Rédaction de la Gazette les rassure : à ce point de l'histoire, Mamzelle Zigobelle non plus!)

Shagalov, quand même, regardez de plus près, y a un indice...

Mais oui, Shagalov, si on le francise, ça donne.... ?
Chagall !
Celui-là même à qui l'on doit le plafond de l'Opéra de Paris!
Marc Chagall, cet artiste attachant et totalement original, qui aimait la vie,  la paix, qui savait voir et peindre le monde comme à travers des vitraux. des vitraux qui n'auraient pas déformé la vision mais au contraire rendu la vérité de la Création, au-delà des guerres, des mesquineries et autres grandes douleurs.
Bohême et détaché des contingences trop pesantes, Chagall était une sorte de d'ange, d'être fondamentalement libre, et ses oeuvres disent merveilleusement cette liberté.
Juif né en Biélorussie, il voyagera beaucoup et son séjour en Israël marquera un tournant dans son oeuvre. Il déclare que la Bible est  "la plus grande source de poésie de tous les temps" et qu'il a toujours cherché son reflet dans la vie et dans l'art.
C'est peut-être ce côté "illuminé" que l'on ressent dans sa peinture, ses vitraux, ses gravures...
Sans oublier un aspect de son oeuvre auquel votre gazetière est particulièrement attachée : les décors et costumes de théâtre (Ahahaha!! où l'on reparle de ma vocation manquée!!!), notamment ceux de l'opéra de Mozart, La flûte enchantée !

Enfin, bref, voilà, Chagall, à qui Google rend hommage aujourd'hui (toujours sans accents chez moi!)


Repost 0
5 juillet 2008 6 05 /07 /juillet /2008 19:35
La Gazette reçut ce matin au courrier des lecteurs la missive suivante :

(...)
je suggère une idée pour un article dans la gazette. On en parlait hier soir avec Annabelle; Moune m'avait raconté que quand elle était enfant, avec ses cousins parfois, quand on ouvrait une coque d'amande et que l'on trouvait deux amandes jumelles, on s'écriait "Philippine!". Et deux ou trois autres personnes ont évoqué ceci en entendant mon prénom.  On ne sait pas pourquoi et on se demandait quelle en était la raison!
Etant donné que la gazette a pour vocation de se poser des questions existentielles indispensables à notre culture personnelle, lol,pourquoi ne pas consacrer un article à ce sujet très intéressant?(...)
 
Le défi étant lancé, la Rédaction ne pouvait que le relever.
Hélas, si quelques explications ont été trouvées, l'origine reste obscure et il semblerait qu'on doive la découvrir chez nos amis les Teutons...
A l'heure où la Gazette publie, voici donc où en sont les choses :

Définition du Littré, d'après la Revue d'anthropologie t. IV, p. 407.

Quand, en Allemagne, on mange des amandes en société, et qu'une personne en trouve une à graine double, elle en garde une et donne l'autre à une personne de la société, de sexe différent ; et, à la première rencontre de ces deux personnes, celle qui dit la première : bonjour, Philippchen (vielliebchen), à l'autre, gagne un cadeau, à la discrétion du perdant, souvent un baiser. Une graine double s'appelle un Vielliebchen. Philippchen est devenu par altération et assimilation Philippine en français, et Vielliebchen signifie "très bien aimé", soit "chose très chère."

Notre grand spécialiste de l'allemand appelait en effet sa petite-fille Vielliebchen, on sait maintenant plus précisément pourquoi, parce qu'elle était très chère à ses yeux.

La Gazette a trouvé également que le jeu remonterait  probablement aux alentours de 1870.
Mais rien de plus pour l'instant.
On va donc remettre l'enquête à notre famille d'outre-Rhin.

à suivre...


Repost 0