Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 octobre 2008 4 16 /10 /octobre /2008 20:32
... et si y a grève des éboueurs et que les sacs restent dans la rue c'est très bien !!

Je veux les mêêêêmes !





source : http://anycoloryoulike.biz/arp/

Découvrez Marie Avez!
Repost 0
15 octobre 2008 3 15 /10 /octobre /2008 20:24
Voici un article que j'aurais pu écrire, mais mon grand bonheur c'est qu'on l'ait écrit à ma place, sans que je demande rien !!!

http://dans-la-cour-des-grands.over-blog.com/article-23752304.html

Ouahouh !
Repost 0
15 octobre 2008 3 15 /10 /octobre /2008 14:24
Apprenez, lecteurs adorés, que c'est le propos de mon premier cours de "CDI" avec mes chers petits 6èmes...

Un mien ami, lecteur de la Gazette et néanmoins Elite de la nation, me fit très récemment parvenir par courrier une petite protestation (qui est une sorte d'erreur d'aiguillage, du reste, car je ne suis pas censée m'occuper des réclamations au sujets de trucs qui ne me concernent en rien, mais, bon, passons).
Je vous la livre dès ici, en brut de décoffrage :

A propos d' escroquerie ...
J'ai vu "Entre les murs" d'une part, je trouve que ce petit documentaire dans un collège ne me parait pas valoir une palme d'or... d'autre part  PAS DE DOCUMENTALISTE DANS LA SALLE DES PROFS!!!!

Une mini-correspondance s'ensuivit, plus exactement une réponse que je lui fis, et qui donna lieu à un bref va-et-vient épistolaire contenant promesse d'explications plus pointues, ultérieures et de vive voix. Tant d'éminentes réflexions sur un sujet qui m'intéresse et qui n'avait pas encore eu l'honneur de la Gazette ? Je rattrape ici ce manquement sidérant, non sans lancer en pâture une excuse (vraie) : je suis à peu près certaine d'avoir "chroniqué" dans ces colonnes, Entre les murs du temps qu'il n'était "qu'un" livre. C'était pour éviter la redondance et la lassitude de mon lectorat que je n'avais pas repris la plume. Mais l'oeuvre a muté, et quelques pensées de votre gazetière caractériseront sa nouvelle forme.
Et en guise d'introduction, façon coup de canon ou coup de chaussure sur la table :

"Entre les murs"

 
n'est pas un documentaire !!! C'est dit, haut et fort;
Voilà le côté indéniablement fallacieux de l'objet cinématographique susnommé!!!
Entre les murs est le film tiré d'un ROMAN écrit en 2006 par un prof-écrivain. Le livre, acheté et lu à l'époque par celle qui publie ici, est conçu comme un journal d'une rentrée à une sortie, avec des allers-retours entre la salle des profs et la classe. On y compte  les jours (je ne me souviens plus si ce sont les jours écoulés et où ceux qui restent avant la quille), tel un compte à rebours.
Begaudeau (qui écrit bien, par ailleurs, mais adopte dans cet ouvrage un style sans vraie grâce) s'amuse et force le trait. C'est un roman très visuel où les élèves sont décrits très souvent par leurs vêtements. Une galerie de portraits : vivant, mais sans vrai scénario. Il n'y a aucune intrigue réelle, c'est juste linéaire.
Quand j'ai entendu qu'on avait donné la palme à un film tiré de ce livre, je me suis demandé : mais est l'HISTOIRE ??? Il n'y a pas de rebondissement, pas de vrai suspens, on assiste à des échanges entre gens, comme par une minuscule lorgnette... Est-ce bien raisonnable de dire que c'est du ciné ??? Ma conception d'un bon film doit être complètement dépassée....(bref, ça vaut pas Dirty Dancing).
Après visionnage du film, mon opinion, jusqu'alors intuitive, se confirme : je ne vois pas l'ombre du début d'une bonne raison artistique de décerner une palme à cette oeuvre.
Les élèves ont travaillé un an en atelier d'impro : c'est une activité que je soutiens et dont je sais les effets bénéfiques. Oui, mais...
Ils ont ensuite joué devant la caméra des rôles qui ne sont pas eux mais qui pourraient être eux : du coup, j'estime qu'il n'y a non seulement pas de VRAI talent de comédiens à louer, mais en plus, cela crée une indéniable confusion, cette touche d'ultra-réalisme incitant à penser qu'on regarde un documentaire.
On est, comme dirait l'autre, dans du documenteur.
Ceci dit, à la louche, quelques remarques de prof (mea culpa) :
- une classe de ZEP est BEAUCOUP PLUS AGITEE que celle du film.
- une classe moins défavorisée l'est moins.
- un prof ne quitte JAMAIS sa classe pour emmener un élève chez le principal : JAMAIS !
- une salle des profs, c'est infiniment plus VIVANT que dans ce film !!!! Et heureusement !
Je n'en rajouterai pas sur l'attitude du prof, truffée d'erreurs : c'est un vrai choix de n'avoir montré que ses ratages, c'est même carrément courageux.
Notons aussi au passage qu'il n'y a  AUCUNE SITUATION D'APPRENTISSAGE filmée en 2 heures, mais juste des situations de communication prof/élèves. Là encore, c'est un choix, mais ce peut être trompeur pour qui penserait que faire la classe, c'est ça. Non, on leur apprend aussi des choses !!! ;-))
J'ai souri beaucoup, en regardant ce film, car on retrouve ce qui se passe vraiment dans un collège. Et mieux vaut en rire, parce qu'au final, les gamins sont hyper-pénibles....mais touchants. Mais comme on retrouve un grain de poivre dans la soupe : ne réduisons pas la soupe au grain de poivre, même s'il est bien là.
Bref : l'intérêt du film existe, on ne s'y ennuie pas, on y retrouve des échos de vérité et il peut servir utilement à lancer des débats sur l'Ecole, l'apprentissage et tous sujets connexes auquels il conviendra de réfléchir ! Mais c'est une FICTION, ok ????



Repost 0
14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 18:26

Saison des vendanges, saison de la récolte...
Savez-vous ce que je récolte au CDI ces jours-ci ? Hormis le boulot, hein !
Eh bien, des fleurs.
Parfaitement ! Comme une diva dans sa loge !
Mais attention, pas des fleurs ordinaires.
Des fleurs en papier, msieurs-dames!

Des lys, pour l'instant, et une amorce de rose.
J'étoffe chaque année mes rayons "loisirs" et "dessin". Grand succès avec les ouvrages techniques sur le manga. Mais le phénomène de mode chez certains garçons de  6° et 4° (ben oui, des grands en plus!!!) c'est le pliage. Origami mon ami.
Je reçois donc des vases (modèle pour débutants), et les fleurs qui vont avec (plus élaboré). Choses (oeuvres) qui trônent sur mon bureau, fièrement.
Bon...Pas bien intello tout ça, pensera-t-on peut-être ...?  Je ne suis pas d'accord....
Regardez-les plutôt...
Ils viennent au CDi au lieu de jouer au foot dans la cour, alors qu'il fait soleil et 25°.
Ils se précipitent sur des LIVRES.
Ils se servent du SOMMAIRE pour trouver plus vite la page qui les intéresse.
Ils LISENT, images et texte, attentivement, c'est à dire qu'ils suivent et respectent une série de CONSIGNES.
Ils échangent entre eux des points de vue, des conseils et font de petits projets.
Je vois bien là des compétences documentaires et méthodologiques à acquérir...non ?
Ils ne se lèvent pas quand la sonnerie retentit et je suis même obligée de les mettre dehors.
Et au passage, mon bureau s'orne de multiples bestioles colorées : grenouilles sauteuses, lapins, raies, pingouins...

En attendant la prochaine mode ! Car le vent tourne vite dans le monde des ados :-)
Mais pour l'instant, chez nous, on origamise dans l'allégresse !
Repost 0
11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 12:02
Ah lecteurs adorés ! Quelle ne fut pas ma JOIE à la lecture du prochain programme du Collège Universitaire St Dominique, les cours chez les Doms, pour les intimes.
En effet, pour ceux qui auraient survécu au cycle de l'an dernier sur l'Eglise face aux divorcés, ceux qui ne sont pas allés se cacher honteusement dans un recoin de terre non consacrée pour purger leur peine d'exclus volontaires des sacrements, notre très cher A.M.B. (que le Rosaire le protège) en remet une couche dès le mois de janvier, après la galette et avant le Carême, avec un cours en trois temps (comme la valse) :

La sainteté dans le mariage : éléments de spiritualité conjugale.
Ou, comment penser le mariage chrétien comme authentique voie de sanctification pour le chrétien.

Y a écrit "sanctification", pas "mortification" ni "martyre", hein !

Et les pas mariés ? D'autres voies s'ouvrent à eux, c'est évident.
 Et des démariés ? Alors là...
Peut-être une réponse à trouver du côté de la conférence du célèbre G.Osterman, psychiatre de son état et sympathique de nature : "Quand la solitude devient souffrance : une porte ouverte vers les addictions !"
Le 20 mai, pour les traumatisés du Père Berthaud.

Repost 0
9 octobre 2008 4 09 /10 /octobre /2008 13:47
... de ne jamais en voir !
Alors là, ce fut un choc !
Sur ma digestion, dans un silence de monastère, au coeur de mon CDI pourtant rempli d'élèves, j'ouvre Sud Ouest (un des bons côtés du métier : je DOIS parcourir le journal, à l'affût des infos susceptibles d'intéresser mes usagers). Je passe sur la crise boursière : en lycée, ce serait pertinent de constituer un dossier, ici, ce n'est pas le cas. Tournant allègrement les pages, je tombe sur une photo aérienne d'une catastrophe qui eut lieu en 200 sur l'A10 (désolée pour les victimes, aucun souvenir).
Evidemment, de nos jours, un accident n'est plus un accident.
Il y a des responsables, forcément.
Un jugement, obligatoirement.
Et un appel, naturellement.
On en est à ce stade dudit drame : l'appel. Honnêtement, je ne lis pas, ça ne m'intéresse pas le moins du monde. Mais il y a la photo. Et sur la photo, là, en plein milieu, incongru dans des circonstances aussi dramatiques, un beau Willi Betz jaune. Lui n'a rien, il a dû pouvoir stopper à peu près à temps.
N'empêche. Un Willi Betz. Snif.

Repost 0
8 octobre 2008 3 08 /10 /octobre /2008 13:04
Que le grand Cric me croque !
J'ai appris ce matin que toutes les chèvres ne font pas du fromage ou des descentes de lit, mais que certaines, réduites à trois pauvres morceaux de bois, ne sont de fait qu'un nantikouti (pardon, je me prends pour une smsiste, je rectifie : un antique outil) ancêtre du cric, et donc, qu'accessoirement, quand on se donne la peine de les fabriquer, évidemment, elles servent, ces chèvres-là, par exemple (pris au hasard) à soulever un bloc de marbre de 400 kilos pour le retourner et le poser sur sa tranche (dans le cas où, atteint d'oursification avancée, on répugnerait à demander de l'aide à son gentil voisin).


De cette drôle de chèvre au bouc au menton, de la puce à l'oreille et du coq à l'âne, mon esprit littéro-journalistique, partit donc à la recherche de tous ces animaux inattendus qui peuplent notre langue variée.
ABBA chantait avec un enthousiasme jamais démenti, mon aspirateur faisait ce qu'il pouvait avec sa capacité pulmonaire d'ancien fumeur, le soleil inondait la Bottine et votre Gazetière, faisant fi de cette tendinite à la noix qui lui rappelle qu'un bras droit ça sert tout le temps, baguenaudait dans sa petite tête comme on fait en safari, à l'affût de l'animal exotique !

Lecteurs adorés, le zoo est vaste, et nous n'en ferons pas ici le tour, promis ! On sait que j'évite autant que se peut des chroniques-fleuves que personne ne lit ;-).
On se contentera d'une petite présentation, façon mini-parade de la ménagerie.
Vous ne verrez pas, parce que vous les connaissez déjà : la puce, la poule, le coq, le lapin, le chien...
Mais il y a en a tellement d'autres !



La chèvre, donc, selon le TLF (Trésor de la Langue française) :


 
II. TECHNOL. [P. anal. avec la forme de la tête de la chèvre, ou de son échine]
A. Appareil de levage constitué de deux montants assemblés en angle aigu, maintenus à l'inclinaison voulue par des haubans ou un troisième montant, au sommet duquel se trouve une poulie.

B. Chevalet à trois pieds.

Que diriez-vous du pigeon ?

TECHNOLOGIE
,,Petite pièce de bois, carton, métal (...) placée dans une rainure, sur les onglets, afin de fermer le jour qui se produit par retrait du bois``


Et le canard ? Vaste famille : un palmipède peut en cacher un autre !


On connaît le vieux mauvais journal...mais sait-on que le terme vient d'une autre signification ?

Fausse nouvelle souvent imaginée de toutes pièces et enflée jusqu'au mélodrame dans des journaux de seconde catégorie.


Mais c'est également une fausse-note, un instrument médical pour faire boire les malades allongés et...
TECHNOL. Pièce d'artifice qui se lance dans l'eau, plonge et en ressort.
Rem. Sens attesté ds
LITTRÉ, GUÉRIN 1892

Les journaleux connaissent l'ours (toutes les infos administratives relatives au journal, en pavé, quelque part sur chaque exemplaire), mais dans la cage de notre Ménagerie Fabuleuse, c'est un autre plantigrade que vous admirerez !

OEuvre littéraire, notamment, pièce de théâtre qui n'est pas publiée. La Vie moderne va, dans quelques jours, publier un vieil ours de moi (FLAUB., Corresp., 1879, p.309).

Et puis, un autre, un charmant petit âne :


1. TECHNOL. ,,Étau dont les ouvriers en marqueterie font usage pour assurer les bois ou les pierres quand ils se fendent. Outil sur lequel les tabletiers évident les dents de peigne.``


Un petit dernier : levez la tête, il est au-dessus du chapiteau, tout là-haut : un petit moineau !


DÉFENSE. Tourelle basse et crénelée, construite au milieu des fossés d'une fortification. L'hôtel de l'abbé de Saint-Maur, ayant le relief d'un château fort, une grosse tour, des mâchicoulis, des meurtrières, des moineaux de fer (HUGO, N.-D. Paris, 1832, p.150).


Fin de la visite, lecteurs bien-aimés, et à bientôt sous notre Grand Chapiteau !!!!!


Repost 0
6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 18:17
Ce ne sont pas à proprement parler des Fêtes Nationales, c'est sûr...
Mais à DonaldVille, ce sont des événements locaux, tout de même !!!

Bon Anniversaire à notre Angel 2
(qui me rejoint ENFIN !)
et
Bonne Fête au mari de l'Angel 3 !

Repost 0
4 octobre 2008 6 04 /10 /octobre /2008 11:09
Bon, voilà !
Le bon mot, c'est doodle. C'est ainsi que l'on nomme les logos Google, des doodles. Je dis ce que je lis.

Nous cherchions donc celui du 3 octobre pour la Fête de la Réunification allemande (Westies et Östies main dans la main), nous vous offrons, en dédommagemant du délai que vous avez dû supporter pour accéder à l'info, celui de 2007 EN PRIME  !

2008 :
2007 :
Vous noterez, lecteurs perspicaces, qu'en 2008 il n'y a plus que des couleurs teutonnes!!!

En tout cas : MERCI BENEDIKT !!!

(debout, la main sur le coeur)
Repost 0
4 octobre 2008 6 04 /10 /octobre /2008 10:48
Alors, lecteurs chéris, figurez-vous que ça se bouscule au portillon des GoogleFêtes!

Ce matin, avec un peu de retard, j'ouvre un mail de mon cher petit Bene, qui m'envoie un lien vers le logo Google de la fête nationale de l'Allemagne. Bonne idée pour la Gazette et sa Collection !
Sauf que, zévidemment, deux jours après, sur Google Deutschland, le logo a repris sa sobriété originelle. De perle, point. La Gazette est arrivée TROP TAAAAARD !!!
On ne va pas se décourager pour autant, n'est-ce pas, c'n'est pas le style de votre Zigobelle!
Me voici donc en partance pour la recherche d'un endroit où le précieux graffiti aurait été pieusement conservé (là, je sais pas vous, mais moi j'entends très bien la voix off des reportages sur M6, façon enquête palpitante... ;-) )
Repassant, pour une fiabilité maximale de la pertinence de me mots clés, par le moteur VF, je tombe, devinez sur quoi ??? (je le refais en plus fort, c'est plus spectaculaire) :DEVINEZ SUR QUOI ?
Sur le logo du jour, le 50e anniversaire de la Ve République française !!!
Un fête à la place d'une autre, on dirait les échanges non-choisis des catalogues de vente par correspondance ou des magasins de chaussures, sauf que Google, pour l'instant, ne nous propose pas le cirage qui va bien.
M'en fiche, je prends la 5e République et je repars en Quête de mon Graal germanico-googlesque!



Voilà pour nous, les Franzosen...
Repost 0