Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 14:51
En direct du PC de campagne de Mill O'Connor.

Votre Gazetière, tout en haut de son mat de vigie, joue les chefs d'orchestre (ou de projet) et, tel un sémaphore, tente de manager toutes ses troupes disséminées dans  les recoins de DonaldVille.
Pas si simple.... Un vent  "Branquignoles" souffle manifestement sur les lieux... Une organisation "à la DIYOUPIYOUOUAÏE", comme on dit chez nous !

*A Duffau square, le dernier décor (le point photo!) EST EN COURS (merci Vianne)....
**L'orchestre n'a pas encore reçu tous ses instruments... Il ne manque rien d'autre que la bande son du spectacle (!!!) mais on a récupéré le MICRO (c'est déjà très bien, ça, non ?)
***Chez les O'Pepel, le TISSU des COSTUMES est acheté depuis ce matin !!!
****Dans les cuisines du singing Clover, les fourneaux sont au taquet ! Le Maître-queu joue activement avec sa batterie...On travaille à flux tendu. Du coup, il faut prendre rendez-vous pour la cuisson des pommes de terre. On doit me signaler par téléphone quand la plaque se libère : ne désespérez pas, chers convives, on y arrivera !
***** Et sinon, dans ma tournée, j'aperçois ici et là de belles et bonnes choses qui n'attendent plus que l'heure de la fête...

Mes chers invités, je pense que cette année, on va commencer comme aux Oscars, par un long discours de remerciements.... :-).
Ou alors, on finira comme au Théâtre ce soir...
On suivra l'inspiration, hein !
Repost 0
26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 14:46
 Très étonnamment, c'est il y a peu que j'ai découvert David Lodge et son humour typiquement british.
 Comme d'habitude, par un concours de circonstances, tout d'un coup, le nom de cet auteur et ses bouquins étaient là, partout, dans ma vie, tous les jours. Un nouveau titre sorti en librairie; une bribe de conversation ; une citation ; un cadeau offert à une amie par une autre amie... La pression du Destin était maximale, entendons-le clairement : j'avais donc acquis prestement deux opus d'occasion pour combler au plus vite cette impardonnable lacune.
Mon choix s'est porté sur l'offre des vendeurs parmi les plus cotés (parmi mes amis et collègues) et les meilleurs marché, j'avoue. J'ai donc posé sur mes tablettes de chevet La chute du Britsh Museum (à ne pas lire si on est catho pratiquant-à-certaines-périodes-de-doute-mensuel...) et Changement de décor. Le premier m'a fait sourire, il est vrai, et j'attends encore mieux du second, si j'en crois mes conseilleurs.
Mais entre temps, j'ai eu le bonheur d'acheter, pour mon cher CDI, Haute fidélité de Nick Hornby. Et là, lecteurs adorés, je vous prie de bien croire que j'ai été plus que conquise : carrément emportée par la lecture et les fous rires incontrôlables !!!

Haute fidélité, (Stephen Frears en a fait un film, soit dit en passant, mais je n'en avais jamais entendu parler**) : c'est l'histoire d'un gars de 30 ans et ..., un Londonien propriétaire d'une boutique de vieux disques, qui se sent minable, sans envergure, et qui détaille le top 5 de ses ruptures depuis l'âge de 12 ou 13 ans, ainsi que sa vie actuelle, suite à la dernière de ces ruptures.
On se marre, je ne vous explique même pas ! Du régalage à l'état pur, vous pouvez me croire ! Pour une fois que ce n'est pas une fille qui nous raconte ses ratages amoureux et ses profondes pensées, on en profite avec bonheur ! De plus, ce n'est pas mal écrit, même si le style n'est pas très littéraire et plutôt contemporain. Et puis, il y a du mouvement, de l'émotion... et le propos n'est pas vain : les femmes ont des choses très intéressantes à dire au héros. On sent bien qu'Hornby a décidé dans ce roman que c'était elles, les filles, les maîtresses du jeu, du début à la fin.
Véritable encyclopédie de musique pop-folk-country, il y a toujours un titre pour illustrer les états d'âme du héros. Et Nick Hornby a l'air coutumier du fait : je cite par exemple 31 songs. un autre livre, où il nous parle en son son nom propre des musiques qui ont compté pour lui. Exercice qui cadre tellement avec ce que je peux ressentir ! Ceux qui me connaissent le savent bien : j'ai toujours une chanson qui colle pile poil au propos de l'instant. Et j'avoue que ma manie (mon hanneton!) a quelque peu déteint sur mes petites fées... Ah ! les séances Deezer où l'on se bagarre pour accéder au clavier et s'envoyer nos trouvailles (et vannes!) les un(e)s aux autres !!! :-D
Et devinez ce qui a fait tilt pour moi dans la présentation de l'éditeur à propos de 31 songs ?

"Comment expliquer les résonances que trouvent certaines chansons dans nos vies et qui nous poussent à les réécouter sans cesse ? Pourquoi la chanson d'amour est-elle le sommet de la pop ? On savait depuis son premier roman, Haute Fidélité, que Nick Hornby, à l'image de son héros Rob Fleming, était un fan de musique pop. 31 Songs nous le confirme sous forme d'un témoignage unique autour de ses trente et une chansons " favorites parmi les favorites ". " Tout ce que j'ai à dire au sujet de ces chansons, c'est que je les aime, que j'ai envie de les chanter, envie d'obliger d'autres gens à les écouter, et que cela me contrarie quand d'autres ne les aiment pas autant que moi.*** " De Bruce Springsteen à Patti Smith (...), il nous livre avec drôlerie et tendresse les souvenirs et réflexions qu'ont fait naître en lui ces mélodies. "

Un petit bonheur n'arrivant jamais seul, je suis évidemment plus que ravie de savoir que le monsieur a écrit de très nombreux autres ouvrages, apparemment reconnus pour surfer sur la même vague du rire. C'est un auteur à succès, dont les histoires sont faciles à transposer au cinéma. du coup, c'est une affaire qui tourne. Ouahaouh !!!! A gogo, à gogo on va pouvoir s'en régaler ! C'est pas de la haute littérature...et c'est ça qui fait du bien aussi ! Vivement cet été et le transat sous les arbres... :-))

** Infos trouvées sur l'objet filmique, je n'ai aucun regret : le truc est devenu américain et se déroule à Chicago... Bof-bof...

*** : Et moi pareil !!! En particulier Franciiiiiiiiis...........Je ne comprends vraiment pas les soupirs autour de moi dès les premiers accords de guitare... :-(
Repost 0
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 13:29
Joies ineffables de la langue : je crois que jamais je ne m'en lasserai !
Semaine de la presse oblige, et concours du CDI comme cerise sur le gâteau, je nage ces jours-ci dans les eaux poissonneuses du vocabulaire des journalistes. Un pur régal. Non seulement parce qu'on découvre des expressions aussi imagées que savoureuses, mais également parce qu'on a droit, comme une friandise, aux inventions des élèves, quand ils décident de se lancer sans filet et de se passer des glossaires qu'on leur recommande.

Au chapitre des locutions amusantes, en voici une sortie tout droit du Dictionnaire de l'argot des typographes, de Boutmy, 1883.

 Avoir un hanneton dans le plafond (presque équivalent à une araignée dans la coloquinte, nous dit-on, et j'adore aussi cette coloquinte !).
Évidemment, avec hanneton, j'ai tilté. On sait (désormais, on sait, en tout cas) que tel est le surnom/pseudo de mon auguste Mother...
Mais qu'est ce donc qu'un HANNETON pour ces hommes d'imprimerie ?

Hanneton, s. m. Idée fixe et quelquefois saugrenue. || Avoir un hanneton dans le plafond, c'est avoir le cerveau un peu détraqué.

J'ADORE ! Tellement plus vibrant et coloré que monomanie ou obsession ! Et même que tic, toquade ou marotte. Moi, j'aime bien l'idée d'avoir un hanneton dans le plafond... ;-)
Il me semble qu'on doit mieux supporter l'idée fixe de quelqu'un si on arrive à y penser comme à un hanneton, non ?
Une sorte de petit grain, mais avec des ailes...

Mais ce n'est pas fini, lecteurs adorés : lisez plus avant si vous voulez entendre parler d'un autre insecte vrombissant...et de drôles d'autres bestioles que fréquentent les journalistes.
Dans le fameux bulletin de participation du non moins fameux concours dont je vous entretiens (bassine?) assidûment, il y a donc quelques définitions à donner, appartenant évidemment au champ lexical de la presse. D'où la présence d'un dico ad hoc, soit en ligne, soit imprimé par mes soins.
Mais certains loulous préfèrent faire confiance à leurs solides connaissances personnelles pour répondre... et votre gazetière ne retient pas ses fous rires (une fois qu'ils sont partis, ça va de soi).
Vous aimez les perles scolaires ? En voici de 100% authentiques
(j’ai des témoins qui ont pu apprécier les originaux) et à peine récoltées d’hier ...

Alive, alive-ohoh ! Cockles and mussels, alive, alive-oho !***


Bourdon : “c’est dans le nid des guêpes » (je vous épargne l’orthographe…piquante !!!)

Canard : « c’est dans la mare ». Logique. Partis comme on était, c’est sûr, c’est pas un pavé.

Les chiens écrasés :…devinez, devinez, lecteurs perspicaces…. ??? Celle-là, je l’adore… Bon sang mais c'est bien sûr ! « c’est le bouledogue ». (Quoi ma gueule ? Qu’est ce qu’elle a ma gueule ??? )

 Et enfin, on a beaucoup aimé à la Bottine, parce que ça nous a fait voyager :

Gazette : « c’est dans la savane ». CQFD.

Naturellement, moi qui connais cet élève, je sais que ce n’est ni de la provoc’ ni du second degré… Alors, je ris, c’est vrai, mais avec beaucoup de tendresse aussi, soyez-en sûrs.

***I know, I know : l’Irlande, c’est mon hanneton du moment !!!
Repost 0
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 09:15
Je dirais même :
les GLORIEUSES aventures de notre chère Zaza!


On sait que la gracieuse bestiole a subi un lifting salvateur le mois dernier : depuis, ses courroies ne hurlent plus, ses semelles ne glissent plus et ses plaquettes sont parfaites. je dis cela de confiance, n'est-ce-pas.

Ainsi, toute requinquée, elle a pu postuler au titre de TAXI pour les auteurs du Salon du Livre du Bouscat.
L' EVENEMENT littéraire local, ça va sans dire.

Votre Gazetière, dévouée à la cause du CDI  et de la lecture, a naturellement été sollicitée pour faire naviguer les écrivains invités entre les lieux phares de DonaldVille Nord.
La Fleurette, raisonnablement, ne pouvait faire office de limousine pour les éminents artistes. Même en lui adjoignant une petite charette, non, vraiment, c'était inenvisageable : je n'imagine pas un seul lecteur prétendant le contraire. Surtout que dans les déplacements prévus, parfois, on fait du taxi collectif. deux auteurs pour le prix d'un, c'est la rançon de la gloire.
Il a donc fallu demander à la Pastille si elle était d'accord pour l'affaire qui nous intéresse.
De bonne volonté, Zaza a de suite répondu OUI.
Sauf que son dernier toilettage, mea culpa, devait bien remonter à l'été 2007...
Hier, donc, la belle a eu droit à un décrassage de son intérieur en bonne et due forme : une aspiration drastique et ciblée qui lui a rendu un aspect digne de sa fonction !
Les écriveurs pourront s'asseoir sans crainte pour leurs atours : à défaut d'avoir de l'espace et de l'aisance dans notre chère petite Pastille, ils seront dans un habitacle étonnamment dépoussiéré et exempt de tout gravat malvenu !
Certes, il reste le shampooing (et la mise en pli). Mais ça, on verra si on a le temps d'ici jeudi.

En attendant, la Gazette et le Salon du Livre disent un grand
MERCI à l'ASPIRANT
de bonne volonté qui a entouré Zaza de ses bons soins
pour la GLOIRE du CDI d'Ausone !
Repost 0
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 08:25
La Gazette attend.
On est le 20 mars.
Il est presque 8h30 du matin, soit 7h30 au soleil.
Soleil qui brille déjà bien, du reste.
Je crois que c'est aujourd'hui l'équinoxe de printemps.
A l'heure où tournent les rotatives, le logo Google du jour c'est ça :





Faudra-t-il attendre encore longtemps pour voir fleurir un doodle printanier ?
Je lis : équinoxe à 11h43 TU.
Le temps universel,
ça doit être pile poil l'heure de Donaldville, je pense.
Je ne vois pas quelle autre référence mondiale on aurait pu légitimement retenir.


Je prie donc les lecteurs disponibles*** de bien vouloir rester devant leur PC sur la page d'accueil de Google ce matin pour vérifier qu'à 11h43 PILE, le logo se transforme bien comme il se doit à l'heure dite.
Pensez à bien rafraîchir régulièrement, sous peine de rater l'expérience !!!

Merci de laisser le résultat de vos observations astronomiques dans le Courrier des Lecteurs ;-))

Signé : la Rédaction emprintanisée et joyeuse !

*** : Vous me pardonnerez de devoir déléguer ce travail, mais je suis avec mon chef aujourd'hui, à réfléchir très sérieusement sur mon métier au niveau européen (!!!)

Repost 0
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 13:15
4 COLONNES A LA UNE !

Oui, lecteurs adorés, je vous mets dans la confidence, je viens de recevoir, d'un individu malveillant non encore identifié un mail terrible, moi, qui, franchement, n'avais rien demandé !

Voyez plutôt la chose-qui-pose-question :



QUI veut me JETER hors de mon cher CDI ???
C'est quoi cette lettre de menace ???
Pourvu que ce ne soient pas mes chefs qui m'aient sournoisement glissé ça dans ma boîte de réception (de DECEPTION, devrais-je dire en l'occasion).

Vous connaissez le courage des journalistes de la Gazette : rien ne saurait les arrêter.
J'ai donc osé cliquer malgré le danger patent (si ça se trouve, à l'heure où vous lirez cette terrifiante nouvelle, j'aurai déjà succombé dans d'atroces souffrances pour avoir respiré une poudre pleine de virus exotiques foudroyants, avec les lettres de menaces, on ne sait jamais...).

La missive ne laisse aucune piste d'espoir : on m'en veut, c'est certain. La lecture du programme de la journée à laquelle je suis charitablement conviée m'enfonce à chaque ligne davanatge dans un désespoir glaçant.

Exemples :

13h –14h :
Le Bilan de Compétences : à quoi sert-il ? Comment l’optimiser ?

 
Allez hop ! On the divan ! Et vous savez faire quoi, en fait ??? Je sais, PERSONNE ne SAIT tout ce qu'un prof-doc ex-instit sait faire !!!

16h – 17h :
Evoluer après 45 ans : comment anticiper ce cap ? Peut-on encore changer de voie à 45-50 ans ? Comment procéder ? Conseils pratiques et pièges à éviter.

Là, n'est-ce pas, l'attaque est carrément basse. No comment.

Alors, ils ont beau mettre une belle pousse de bambou qui bourgeonne sur leur carton, hein, c'est délibérément infâme ce message pas subliminal.

Hein ? Non, quoi ? Parano, moi ? Pfffff....

Vous l'avez eu, vous, cette lettre avec une invitation qui vaut bien une petite balle de 9mm....???

Repost 0
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 14:10
...c'est aujourd'hui la Saint Patrick !!!
La Fête des Irlandais, mais également celle des ingénieurs
( Cf. petit rappel dans la Gazette d'y a un an : http://la-gazette-de-milcounor.over-blog.org/article-17745967.html).



Bonne Fête, les Zingés de mon Coeur,
ceux d'ici et ceux d'ailleurs !





Repost 0
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 11:10
Le Printemps des poètes s'est terminé samedi...la Semaine de la Presse débutera lundi prochain... D'après vous, lecteurs perspicaces, que se passe-t-il durant cette semaine d'entre-deux ? Rien ? Du néant ? Un sas de vide intersidéral ? Que nenni ! Ce serait mal connaître le calendrier culturel qui enchaîne les manifestations comme autant de perles sur un sautoir à triple rang !
Entre les deux, mon coeur balance... Sur le même air populaire, laissons balancer les mots et notre imagination. C'est la Semaine de la langue française. Et elle n'en est pas à son premier essai, sachez-le. C'est sa quatorzième édition. Eh oui, quand-même ! Pour celles et ceux qui ignoreraient le principe, dix mots sont offerts comme "matériau" à notre petit génie intérieur, notre petit ingénieur littéraire. A nous de nous saisir de l'un d'entre eux, de plusieurs, ou même de tous pour tricoter des poèmes, des histoires, des délires linguistiques...
Pour déshiniber de suite les modestes qui douteraient de leurs capacités créatrices, je les rassure : " La semaine de la langue française donne l'occasion à tous ceux qui se sont éloignés d'une pratique régulière de notre langue de s'en emparer sans complexe pour transmettre ou partager une expérience, une émotion, un savoir." (Le Livret des mots, à lire sur le site : http://www.semainelf.culture.fr/livret.php) .
Des lieux sont ouverts à cette démarche un peu partout dans le pays, par exemple au (grand) nord de Donaldville, Treulon, où les écoliers exposent leurs "travaux", et où le public trouve à sa disposition des crayons et des espaces où s'exprimer librement.
Sur le site, les 10 mots éclatent telles des bulles colorées. Ils ont été choisis pour parler d'avenir, nous dit-on. Notre imagination ainsi aiguillée se laisse donc tout doucement colorier par ces mots, dont certains sont bien jolis... La Gazette aime particulièrement
AILLEURS... CLAIR de TERRE... DESIRER... TRANSFORMER... Mais que les incurables scienceux-rationnels se rassurent ! On trouve aussi des enchantements tels que : GENOME, COMPATIBLE, CAPTEUR et même... CLIC !
Courrez-y vite, courrez-y vite ! Il y a aussi de nombreux jeux proposés.


Sur l'oiseau dont vous avez un jour sans doute fait le portrait, arrachez donc délicatement une plume, comme le dit la "recette", trempez-la dans cette encre arc-en-ciel...et..lâchez-vous !
Repost 0
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 18:22
... non, ce n'était pas une robe de princesse !
Votre Gazetière l'a joué sobre et chic.
La "petite robe noire qui va toujours bien".


La touche de couleur Zigo, c'était l'écharpe en soie rose.
Le plaisir absolu, c'était le SAC de princesse, acheté à Londres
y a... en même temps que les santiags roses, c'est dire !


Donc, ça donne ça :



L'ai-je bien descendu ?

On va dire que OUI !

Repost 0
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 17:59
Lors de la Grande Fête de Déméter au Sablonat vendredi dernier (eh oui, il y a aussi des événements culturels au sud, dans les faubourgs de DonaldVille) l'on parlait d'années remarquables, notamment "la nôtre", à Guillaume et à moi, essentiellement mémorable, outre nos naissances respectives, par le décès de personnalités très connues (JFK, Piaf, Cocteau... tout est dit, toute coquetterie est désormais impossible!!!)
Par un phénomène de sérendipité pure (y avait longtemps, n'est-ce pas, lecteurs adorés, que je n'avais pas casé cette délicieuse notion qui fait le bonheur des e-docs?) je suis amenée à écrire un article fondamental sur une année qui ne devrait en aucun cas être ignorée de mon lectorat tant elle comporte de phénomènes d'exception.
Je ne retiens que certaines  dates, mais voyez un peu... Vous allez vite reconnaître ce millésime.

17 mars : naissance de mon artiste de filleul, celui de la Troupe Michel Populaire. ben quoi, c'est pas rien !
27 mars : incroyable chaleur à Bordeaux !!! 27.7°C. Ouche ! Zéro souvenir, soyons honnêtes... Je le note ici parce que c'est vraiment un record !
10 mai : qui a oublié la Rose rouge qui gagne ? Je n'ai pas pu voter, question d'âge, mais le coeur y était!
Le lendemain, Bob Marley casse sa pipe... Aucun rapport, sans doute.
Encore deux jours et c'est l'attentat contre le pape... décidément, les Cieux se déchaînent.
La musique adoucit les moeurs, heureusement !
21 juin : c'est la première Fête de la Musique. Le concept va durer !!!
Le même jour, majorité absolue pour le parti rose aux législatives : cette fois-ci, je vote, j'ai le droit ! :-)
Juillet. Youpi, l"Angel 1 et l'Angel 2, futurs fleurons de l'EN, sont bachelières ! ;-)
Juillet, bientôt août : Pas en rose ni en bleu mais en blanc, Lady Di épouse Charles.
Interdiction de se moquer : je regarde ça avec ma cousine chez ma Mamy dans le Lot et Garonne. Un grand moment de télé et de romantisme institutionnel !! J'ADORE !
Septembre : ma meilleure amie met au monde une petite merveille : Alice ! Prem's à la voir, ou presque ! Depuis, elle nous a quittés... La plus grande révolte de ma vie à l'instant T.
Octobre : je suis fière, mon pays abolit la peine de mort. Enfin.
Octobre, toujours : vive les radios libres ! Que des bons souvenirs sur mon radio-réveil d'étudiante !
Novembre : en fac de droit, je tombe sur le "bon groupe" de TD de droit constit ;-)). Un sacré tournant dans la vie de votre Gazetière.

Franchement, 1983 fut une encore plus grande année sur un plan tout à fait personnel. Mais 1981, c'était assez "grandiose", non ?


Repost 0