Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 06:55
...Englaaand !
Mieux qu'une pillule d'Ecstasy ou qu'un tube (hi-hi) de vitamine C, The Boat that rocked, film britannique déjanté et kitschissime, qui fait l'actualité musico-cinématographique sur nos toiles.
Pas moins de 36 chan(delles?)sons du début des années 1960, âge d'or du rock anglais, envoyées dans nos oreilles en transe par une dizaine de personnages hauts en couleurs et attachants, à un rythme d'enfer !
Pour l'anecdote : pas un seul titre des Beatles ( !!!!??). Ce n'est pas en parti pris intellectuel de l'auteur ni une coquetterie ou quelques vengeance mesquine, c'est platement une question de droits  (eh oui, le Scarabées et ayant-droits, c'est pas des rigolos...)

Bref, lecteurs adorés, on en prend plein les mirettes, on rigole beaucoup, on frétille sur son siège, et on se précipite sur Deezer dès le retour pour lancer la playlist de la BOF: force est de constater qu'on est déjà en manque !
(en français : Good morning England)

Indication : pour lutter contre les grosses nazeries qui passent à la radio en 2009 et le climat peu libertaire et ultra-individualiste de notre début de siècle.
Posologie : tant que vous en ressentez le besoin, que vous ayez eu 20 ou 30 ans dans les années 60, que vous y soyez juste né ou que vous ayez malheureusement raté cette époque explosive, à titre de rattrapage salvateur !
Repost 0
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 19:58
Comme une patiente broderie...ou plutôt, comme une mosaïque (on en voit beaucoup là-bas), quelques petites touches infimes et colorées, pour une image subjective de cette terre étonnante que j'ai foulée les deux dernières semaines.

Pour le plaisir, dans le désordre, comme ça vient...

A comme ARMES : Israël est un pays en guerre, qu'on se le dise ! Des armes, on en verra beaucoup : celles des groupes de jeunes soldats qui hantent tous les lieux, villes, déserts, restos, musées...(3 ans de service militaire, ça en fait du monde : ça se voit!), et celles des civils qui mènent leur vie avec leur fusil sur le dos.... Car là-bas, quiconque a servi dans l'Armée peut posséder une arme. Mais attention... Si on se la fait voler, on est immédiatement soupçonné de l'avoir vendue à un terroriste. Donc, pour la surveiller, on la garde sur le dos. Ou à la ceinture, si l'arme est petite. Comme le rabbin orthodoxe qui nous a fait une conférence sur sa religion...CQFD.
Mais dans les sanctuaires chrétiens, c'est interdit. Au même titre que la cigarette. Quand même.


K comme KIPPA : la petite calotte sur la tête des Juifs pas ultra-orthodoxes (eux, c'est le chapeau rond et les bouclettes). Il y a des boutiques qui ne vendent que de ça ! Et le choix est si vaste qu'on a trouvé...devinez...la kippa "Girondins de Bordeaux" dans une échoppe de Jérusalem! La vérité si je mens !!!

B comme BAGAGISTE : à voyager en groupe et dans des hôtels pas moches, on prend vite l'habitude de confier nos valises aux messieurs "qui sont là pour ça." Au troisième jour de ce régime, en arrivant devant le nouveau car jordanien, j'ai naturellement donné mon bagage au monsieur qui campait devant la soute ouverte. J'ai bien noté qu'il avait l'air légérement surpris, j'ai donc agrandi mon sourire puisque je ne parle pas sa langue, et dit un grand merci convaincu. Il a enfourné ledit bagage, et c'est là que j'ai vu son fusil dans le dos... Tiens, les bagagistes d'hôtel sont donc armés en Jordanie ? Que nenni ! C'était le policier qui accompagne automatiquement tous les groupes de touristes. Mea culpa, monsieur le Policier ! :-)

S comme SHABBAT : de vendredi 18h15 à samedi soir-quand-les-trois-premières-étoiles sont visibles dans le ciel, on a le droit de tourner le robinet pour avoir de l'eau mais pas d'appuyer sur le bouton de l'électricité. Malgré de longues et précises explications, je dois reconnaître que notre étroite mentalité de chrétiens formatés nous a quelque peu empêchés de saisir toutes les nuances des interdictions du shabbat (pour résumer : Dieu lui-même s'étant arrête de créer ce jour-là, pas d'acte de création pour les hommes non plus). Toutefois, nous avons pu apprécier la technique mise au service de l'homme qui fait shabbat. Les programmeurs sont les rois de la fête. Exemple : l'ascenseur du shabbat (au moins un par hôtel) permet de monter ou descendre sans toucher un bouton. Il monte au dernier étage et s'arrête ensuite à tous les niveaux. Ainsi de suite en continu durant les 24 heures réglementaires. Ingénieux, si ce n'est rapide.

C comme CARNET de CHANTS : Fallait l'avoir. Point. Dixit CATHERINE. Et Catherine, elle rigole pas ;-))

M comme MUR(S) : très présents à Jérusalem... Entre ceux des remparts de la vieille ville, celui que nous appelons "des lamentations" au grand mécontentement des Juifs qui le nomment juste le mur "occidental" et le petit frère de feu le mur de Berlin, ça murmure, ça murmure, entre ces murs...
le mur occidental, sous l'esplande du Temple
le mur "de protection"...vu du côté palestinien.
Parlant.

... à suivre...
Repost 0
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 12:33
Me voici de retour d'Israël : les rotatives redémarrent en grinçant un peu... ;-)

Je ne saturerai pas la Gazette avec la relation de cette aventure assez difficile à transmettre en mots... Tant d'impressions, tant de paysages, tant de réalités opposées... Il en faudrait des articles! Je laisserai tout de même un petite trace "anecdotique" dans quelques jours, histoire de partager avec vous, lecteurs chéris, quelques légers souvenirs moyen-orientaux...
Mais en attendant, je veux vivre avec vous quasiment sur le vif un de ces petits "miracles" qui éclairent nos vies de temps en temps. Certains diront "le hasard", d'autres "la Providence". A chacun selon sa sensibilité.
Ce matin, à peine quelques heures "après", me voici donc revenue fidèle à mon poste, résolument sous pilote automatique pour éviter de réfléchir trop ;-))
Montagnes de cartons (la saison des Spécimens a commencé !), piles de courrier et, bien entendu, coups de fil en avalanche (rappelez le 11 au matin, elle est absente pour l'instant).
Madame la commerciale des éditions Ludic demande à me rencontrer : elle prend la succession de Mme B. avec qui je travaillais les années passées. Bien.
"On m'a dit que vous étiez en Israël" (dis-donc, Babette du standard, quelle discrétion ! )...
"En effet"..."
"J'en reviens moi-même, hier..."
"Moi aussi, juste hier......Non, pas le même avion..." .
"Ah mais...je me demande... Nous avons rejoint un groupe de Français à Tibériade..."
"OUI ! C'était le mien !!! En effet, 30 compatriotes sont arrivés et se joints à notre célébration... nous avons donc partagé une messe sur les bords du lac !!!"...
Ah ! eh bien mais comme c'est étrange, comme c'est drôle, comme c'est génial ! :-O
Nous étions bien émerveillées toutes les deux !
Notre rendez-vous professionnel est pris pour le 25 mai prochain :
pour sûr, il ne sera pas tout à fait ordinaire... ;-))


Repost 0
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 15:25
Dieu sait que je fréquente  assidûment les salles obscures (ou fuligineuses, why not ?) mais j'en porte rarement témoignage sur la Gazette. Sauf quand l'expérience est assez unique pour que l'envie d'en toucher deux mots me pousse vers mes rotatives.
Je sors (à quelques heures près, ne pinaillons pas) des brumes du bayou (Franciiiiiiis chante ça, "chuis né dans l' bayouououou...)
En réalité, je n'ai pas encore quitté le dernier film de Tavernier.
Pas envie.
J'y suis bien.
Tout est brumeux, en effet, plus qu'électrique me semble-t-il, malgré le titre. Rien n'est si simple dans ce film parfaitement américain mais fait par un Français. Un film, pour la petite histoire, qui est arrivé aux US directement sous le format DVD sans passer par les écrans... pour de sordides histoires de production, en s'en doute... Moiteur, odeurs de terre du sud, musique cajun pas si blueseuse... On partage avec les protagonistes toutes les sensations locales. Les cyclones passent, ils enterrent et déterrent les les crimes, sans jamais les régler vraiment. Le passé honteux de ce pays d'esclavage fait écho aux meurtres d'un tueur en série bien actuel. Les brumes sont autant celles des marécages mystérieux de la Louisiane que celles des hallucinations plus ou moins éthyliques de notre héros justicier T. Lee Jones (génial, comme d'hab!). Comme entre la Bretagne et Avalon, dans les brouillards qui flottent au-dessus des eaux, on bascule souvent dans le fantastique pur jus, et ce n'est pas gênant : ici la justice n'est pas trop légale et l'enquête doit plus à l'intuition et au coeur qu'à la science et aux déductions logiques.
La fin arrive comme elle doit être, et on espère qu'elle chassera certains vieux démons, rendant définitivement le lieu aux (sur)vivants. Sinon, pour la bonne bouche, juste au passage, le dernier plan me semble bien être un petit clin d'oeil à Shining...

Dans la brume électrique, de Bertrand Tavernier.

NDLR : Ne le cherchez pas à Utopia Bordeaux, je crois que la bobine est à Toulouse pour l'instant !
Repost 0
22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 11:26
Lecteurs adorés, vous n'aurez pas attendu la lecture de la gazette pour constater que le SOLEIL est là, bien rond, bien chaud, bien brillant au-dessus de nous. Difficile de ne pas rester sous ses rayons caressants... mais il faut bien retourner à l'ombre de temps en temps. Et à ce propos, je viens ici vous faire part d'une découverte délicieuse que je fis il y a peu grâce à David Lodge, par l'intermédiaire de Yvonne et Maurice Couturier. Oui, bon, je les cite par éthique professionnelle, mais ces gens, j'avoue, je ne les connais ni d'Eve ni d'Adam. Ce sont les traducteurs de "Changement de décor", et c'est donc d'eux que j'ai reçu ce mot jusqu'alors inconnu de moi : fuligineuse.
J'ai cherché quelques secondes dans ma petite mémoire étymologique, ouvert de vieilles boîtes, poussé des piles poussiéreuses, déplacé quelques étagères remplies de mots latins : rien. Ma souvenance de quelque mot, voire même quelque infime petit radical était nulle. Rien ne me re-venait, car, rien, je le crains, ne m'était jamais venu en ce qui concerne ce fuligineux. Désespérément absent de mon champ lexical. Franchement, j'ai un pincement de regret, mais il faut bien que je fasse avec (ce manque), étant donné que j'ai longtemps fait sans (ce mot).
Dans le livre, c'était une ombre fuligineuse. Confrontée à une épaisse opacité, je ne savais vraiment comment l'imaginer...

Et quand j'ai enfin eu la signification de notre obscur adjectif, l'ombre ne s'est pas éclairée, figurez-vous! Car fuligineux, ça vient de fuligo, la suie. C'est donc une "couleur", si on peut qualifier ainsi cette fumeuse teinte.
Vous imaginez la couleur ! Noirâtre, ténébreuse... Pas de ces ombres douces et dorées où on se réfugie pour voir les feuilles des arbres par-en-dessous... Pas de ces ombres découpées qui luttent contre les rais du soleil à travers les persiennes les après-midis d'été à l'heure torride de la sieste ...
C'est un noir, mais pas n'importe quel noir, sachons-le. Certains oiseaux, après recherches, sont qualifiés de fuligineux. Dont  un certain albatros, figurez-vous ! Là, franchement, j'en perds mon latin, lecteurs adorés ! Pour moi, benoîtement, l'albatros était blanc, d'albus, évidemment... Eh bien, pas lui ! Lui, il s'est roulé dans la suie, il a donc des tâches de cendre. Apparemment, notre albatros fuligineux est beaucoup moins rare que le merle blanc, qui, si j'en crois Wikipédia, "est un merle noir (Turdus merula) atteint de leucistisme ou d'albinisme." Rare, mais avéré (et photographié).
Ah lala, c'est un brin fuligineux, tout ça... car le mot s'emploie aussi bien au propre (si on peut dire, parce que le blanc fuligineux, ça fait douter de l'efficacité de la lessive qui lave plus blanc que blanc) qu'au figuré. Et il y a des chances que vous entendiez désormais ce mot dans ma bouche pour qualifier, par exemple, les discours et autres explications de mes filles ou élèves....ou pour décrire des émotions ou des états d'âme...
Mais peut-être connaissiez-vous déjà le terme, plus assidus que moi aux cours de latin, ou lecteurs depuis longtemps de David Lodge (qui a un vocabulaire assez riche en anglais pour que Yvonne et Maurice aillent taper plusieurs fois dans la réserve de mots rares, j'en suis le témoin ému).
En ce cas, j'ose espérer que mon article ne fut pas d'une lecture fuligineuse pour vous : et si la réponse, tristement, était que SI, eh bien, je vous encourage à aller mettre le nez dehors quelques minutes : notre bel astre du jour vous fera vite oublier la ténèbre !
Repost 0
22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 11:05
Fêtons aujourd'hui notre chère Planète Bleue !



Mon geste écolo du jour :
après avoir sauvé du dessèchement et de l'abandon
un pauvre petit basilic merveilleusement odorant,
le rempoter à côté d'un persil et d'une menthe
qui ont tenu le coup un an sur mon balcon !
Sous ce parrainage, on espère beaucoup
de sa convalescence et de sa guérison !
Repost 0
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 16:56
Mon dernier article nombriliste et hypocondriaque parlait de l'anémie de ma pauvre Gazette soudain privée de sa palette de roses ...

Un début d'explication se trouve peut-être dans ce mail reçu aujourd'hui :


Toujours en première position des plateformes de blogs, et cela depuis plus de 3 mois, Overblog continue d'évoluer pour vous proposer toujours plus d'options afin de personnaliser vos blogs. Ces dernières semaines, nous avons travaillé sur deux aspects importants : les designs et la visibilité de vos blogs. (Oui, t'as qu'à voir, la Gazette, on ne la reconnaît même plus !)

Nouveauté : changez le design de votre blog à volonté
! Hé mais j'ai rien demandé moi !!!!!
La rubrique Design de l'administration a été entièrement refaite pour vous proposer 4 nouvelles fonctionnalités :
Un affichage plus clair pour le choix des thèmes
Un nouvel onglet "Personnalisez mon thème" afin de modifier le design du blog plus facilement : ce serait intéressant si c'était la REDACTION qui décidait de changer son design, et pas les estrangers !
Une feuille unique de CSS à éditer au lieu de 4
7 nouveaux designs ....
Et accessoirement, au moins UN en MOINS, le mien, celui que j'avais soigneusement et laborieusement concocté !!!!


MERCI OVERBLOG !
On dit que le chemin de l'Enfer est pavé de bonnes intentions...

Je cherche en vain la notice avec les indications, la posologie et les effets secondaires...
En ce qui concerne la Vie en Rose, qui n'avait RIEN demandé, le travail sur  son "design et sa visibilité" a eu, je le crains, quelques effets pervers et carrément contraires à l'objectif envisagé...
Va falloir que votre gazetière, pourtant en VACANCES, retrousse ses manches et concocte une antidote ad hoc avant que sa pauvre Gazette, à force de pâlir, finisse par s'estomper et disparaître, à force de transparence, dans les brumes d'Overblog...
Ah ! me voici donc en demeure de partir herboriser au petit matin dans les buissons du Jardin Public afin de récolter les simples que je transformerai en potion de fée, debout de longues heures devant mes chaudrons bouillonnants et mes alambics sublimants, dans les vapeurs enivrantes de mon antre d'enchanteresse...

Ne me téléphonez pas***, je n'y suis pour personne : je lutte contre le sort infâme qu'Overblog m'a lancé.

*** Bon, je dramatise un peu, pour un effet de style, ça va de soi. De fait, je ne me tiendrai pas vraiment devant ma féérique paillasse avant quelque temps, ayant prévu d'autres occupations. Mais je m'y colle avant la fin des vacances, promis !
Repost 0
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 19:28

Bon, lecteurs adorés, je ne suis pas du genre à me répandre en confidences ni à étaler mes soucis, mais là, franchement, j'angoisse un peu pour ma pôv tite Gazette...
J'ignore pourquoi, mais depuis peu, elle est affreusement blanchote, elle a perdu toutes ses belles couleurs roses, elle me semble carrément anémiée, non ?
J'ai pensé à des problèmes de navigateur...non.
D'ordinateur...non plus.
Où que je le regarde, le même teint de lait, pas naturel du tout.
Va-t-il falloir en arriver à la prise de sang et aux analyses ???

Oh, sainte Thérèse, patronne  de ma gazette,
rends lui son teint de rose, je t'en supplie !!!

Repost 0
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 19:19

Jour de Fête, en ROSE,
puisque le héros du jour est une héroïne !

On sait que la semaine fut riche en événements commémoratifs, aujourd'hui, Lady Duffau soufflait ses bougies
entourée de sa petite famille !


La Gazette lui souhaite un très heureux Anniversaire !

Repost 0
16 avril 2009 4 16 /04 /avril /2009 09:54

Le printemps pleut.
Trop seule au jardin, pivoine,
 Mon salon te fait fête !

Repost 0