Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 10:50
Bienvenue à bord du paquebot monumental l'ED.NAT !
Sorte de galère géante.... Il semble qu'on change de pilote.
Génial, un nouveau ministre !
Et c'est donc....
Ministère de l'Education nationale, porte-parole du Gouvernement:
 Luc Chatel
Le porte-parole du Gouvernement, rien que ça.
L'homme est plutôt jeune : je crois que c'est quand même la première fois que mon ministre est plus jeune que moi !!!

Les Echos nous disent que "  « Il plaît à Nicolas Sarkozy car ce n'est pas un intellectuel"...
Cool....ça me fait bien plaisir, ça....
Et on en rajoute une cuillérée, pour faire bonne mesure :
"Prudent dans son expression, secret sur ses ambitions, Luc Chatel donne, à quarante-quatre ans, l'image d'un homme lisse, usant plus facilement de termes managériaux que de références philosophiques. "
Cela me semble parfait pour l'Education Nationale ça, non ? Enfin, pour la forme et le fond qu'on veut lui donner depuis quelque temps là-haut, sans s'en cacher vraiment...
Sinon, la biographie est assez romanesque, enfin, disons qu'il y a de quoi broder quelques intrigues sympas dans des lieux intéressants:

Issu d'une vieille famille de maîtres de forges de Haute-Marne, Luc Chatel est né le 15 août 1964 à Bethesda, dans l'Etat américain du Maryland (nord-est), où son père, officier de marine, avait été affecté. Eduqué chez les jésuites, diplômé de marketing à l'issue d'études à la Sorbonne, il débute sa carrière dans le privé, en entrant en 1990 chez L'Oréal, le numéro un mondial des cosmétiques.

Depuis 2002, c'est 100% politique.

Le monsieur a en outre 4 fanfants, dont je ne parierai pas qu'ils sont "dans le public"... ;-))

 

Dans l'Express, on trouve quelques détails people qui humanisent l'homme...

Du plus, du moins... ;-))

 

Son émission de télévision préférée "Téléfoot." No comment !

 

Sa gourmandise "Une bonne bouteille de bordeaux." Bon, si c'est vrai, ça fait quand même un bon point....

Sa chanson préférée "Stayin' Alive, des Bee Gees." Ben oui, on a peu ou prou le même âge, hein !...

Son film préféré "Le Patient anglais, d'Anthony Minghella." Alors là, franchement, je me demande si c'est pas sa femme qui lui a soufflé la réponse...? Quoique. Si c'était elle, elle aurait peut-être mis en premier "Sur la route de Madison"...

Ce ministre est peut être un grand romaaaaaaaaaaantqiue refoulé !!!

Enfin, à l'heure où tous ses sujets vont poser le cartable et quitter le navire, le Commandant de bord reprend le gouvernail après l'annonce officielle Darcos, les derniers mots qu'il a crié en partant en courant : 16000 suppressions de postes d'enseignants à venir... (icebergs à babord et tribord!!!)

Bienvenue à bord...

Tiens bon la barre, Captain Chatel !!!

Repost 0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 16:09
Ce dimanche, c'était l'été. Et la Fête de la musique.
La lecture du jour, pour les aficionados de la messe, c'était "La tempête apaisée".
Bref rappel pour ceux qui aurait la mémoire un peu étiolée.
Après avoir parlé aux foules toute la journée, Jésus embarque avec ses disciples et dit "Passons sur l'autre rive". C'est du lac de Tibériade dont il s'agit. Tandis qu'ils sont loin du bord, la tempête fait rage et tout le monde craint que la dernière heure ne soit venue... Sauf Jésus qui dort dans un coin du bateau. Affolés, les disciples le réveillent et en deux temps trois mouvements il calme les vents et les eaux. Puis, il leur reproche de n'avoir guère confiance...
Notre Francis/Charlie, chef des Angels, a donc mis l'accent sur ce Dieu qui nous exhorte à passer sur l'autre rive, nous pousse à avancer, à changer, à franchir, à passer.
Des passages, des pâques, du dépassement.

Et on a chanté :

Tu es le Dieu des grands espaces
Et des larges horizons…

« Va ! Quitte ton pays,
Tes idées mortes et tes vieux préjugés.
Ta vie va refleurir,
N'aie pas peur de mourir (...)

« Passe à travers la mer, (traverse les déserts)
Je t'ouvrirai de vastes horizons
Tu auras soif et faim
D'aller toujours plus loin...

Oser laisser derrière le passé et ne pas craindre l'avenir. Affronter la tempête, les tempêtes : dans tout changement, dans tout passage, même heureux, il y a du chambardement et de la crainte. Abandonner son travail, sa maison, sa petite école, son confort... Prendre sa retraite, déménager,  entrer au collège, bouleverser sa famille... Reconstruire, rebâtir, recréer. Pas facile, mais vital.
Jé sus dort dans la tempête : le silence de Dieu, qui ne l'a éprouvé ?
Mais la prière le réveille, et la tempête s'apaise.
Et l'autre rive étincelle de nouveauté, de vie, d'espérance. Surtout, ne pas reculer, surtout aller de l'avant. Oser. Dépasser son passé et oser le passage. Encore et toujours. Tel Abraham, tel Moïse, tel  Jésus. Traverser, pour vivre, en vrai ! Il n'y a que les morts qui ne bougent pas, n'est ce pas ? Evitons de l'être avant l'heure ;-)
Ah ! ça fait toujours du bien de se laisser un peu secouer comme ça ! On a tellement tendance à se laisser empoussiérer par facilité... ou à être sur le qui-vive, prêt à reculer... ou du moins à éviter d'avancer... ;-))
Alors, fuyons la couardise et la lâcheté, mouillons-nous, plongeons, tenons avec courage dans nos tempêtes et nos nécessaires passages : la promesse est là, pas loin, juste de l'autre côté... :-)
Repost 0
22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 08:41
Cela doit bien faire 30 minutes qu'elle planche.
Réveil 6h30.
Décollage 7h 15, Zaza était en position, le moteur ronflant.
Largage (dropping) 7h30 à l'endroit donné (Grand Lebrun, où d'autres unités étaient déjà en place. Sainte Marie, priez pour eux !).
Ouverture automatique réussie, roulé-boulé efficace.
Notre Agente Très Spéciale 3/4 est donc actuellement
en mission baccalo-littéraire
(j'ai pas dit bacalau, rien à voir avec la morue, hein !)


(sujets du bac !!!)

*** P
our le nom de l'opération, "Corned Beef", c'était déjà pris, j'ai pensé à "Brandade" mais finalement, j'ai choisi "Merguez Halal" ce qui est a total private joke que peu comprendront ! Du coup, ça fait vachement secret, c'est bien.
Repost 0
21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 13:04
C'est l'été, msieurs-dames !

:-D

Repost 0
19 juin 2009 5 19 /06 /juin /2009 18:47
C'est tranchant, n'est ce pas ?
Cela aurait aussi bien pu être Vlan ou Bamm !
Mais c'est allemand, et c'est Schlink. Bernhard Schlink.
Bernhard : attention, n'oubliez pas le H au milieu, comme un souffle, un appel d'air ! Bernard, en français, ça c'est un peu rapide, un peu plat. Tandis que Bernhard, c'est fort, c'est puissant, ça respire. Pour le dire, on ne peut pas se laisser couler, on ne peut pas laisser glisser mollement. Non, il faut un certain volontarisme pour le prononcer : à peine le Bern s'étiole-t-il qu'il faut faire l'effort du Hard.
Bernhard Schlink.
Angel du Milieu l'a connu avant moi. Me sachant germanophile (c'est peu dire) et ex-germanophone, connaissant également ma passion pour Stefan Zweig (fût-il Autrichien, chuis pas raciste), elle m'a offert pour mon dernier anniversaire (l'instant où je la "double" pour quelque temps) quelques oeuvres de ce monsieur.
Ce descendant virtuel de Zweig, pourrait-on dire. Et j'ai apprécié, grandement apprécié ! Tellement apprécié que, bon, allez, je pardonne à Stefan d'avoir volontairement mis fin à son existence de façon prématurée en nous privant de 20 ou 30 ans de créations signées par lui. Je suis magnanime, n'est-ce pas ?
Son "fils sprituel" ( y a que moi qui dis ça, hein !) a dignement repris le flambeau : l'écriture est fine et élégante (en tout cas est-ce ainsi traduit), les sentiments y sont analysés avec beaucoup d'intelligence et d'intuition, sans complaisance, les intrigues sont soutenues dans leur simplicité apparente... La place de la fatalité est toute aussi prégnante chez l'un et l'autre. Et puis, ce qui faisait si mal à Zweig, tout ce qu'il pressentait et qu'il a finalement fui, l'attitude de l'Allemagne face aux Juifs et au reste du monde... cela est devenu chez Schlink le fantôme du passé, un boulet en filigrane, toutes les interrogations d'une identité ineffaçable mais douloureuse, comme un tatouage, un de ceux qu'on n'aurait pas voulus, une suite de chiffres, par exemple...
Zweig, Schlink, deux noms qui claquent sur la langue, deux auteurs, chacun de son temps, à lire, apprécier, mettre en résonnance...
De Zweig, par exemple :
 La lettre d'une inconnue, La peur, Vingt-quatre heures de la vie d'une femme,
 Le joueur d'échecs...




De Schlink : Amours en fuite, Le liseur...


Et lui, il est encore vivant, on en espère donc d'autres  : youpi !
Repost 0
19 juin 2009 5 19 /06 /juin /2009 10:15
 ...ce sera récolement.
Je sais que mon entourage proche le connaît bien, mais c'est un tel plaisir, qui revient à sa saison, comme les fraises, le beaujolais nouveau ou les Guinettes du Médoc, que je m'en lasse pas.
Il y a dans récolement une telle solennité, une telle grandeur !
Le récolement, c'est l'inventaire en incroyablement plus noble. Un cran au dessus. La quintessence de l'inventaire, si vous voulez.
Étymol. et Hist.(par le CNRTL) 1389 : « dénombrement fait par un fonctionnaire ».
 D'entrée, voyez, la dignité de l'acteur : un fonctionnaire, un qui a signé pour servir l'État, la Nation, même, n'ayons pas peur des mots. Il y a de la majesté, de la distinction qui entoure ce mot-là... Cela sent la rosette (de soie, pas le saucisson, hein !), les palmes, les honneurs.
Un inventaire sera fait par un homme de "commerce"... fût-il notaire et assermenté. Certes, pas un intouchable, mais enfin...
Un récolement, c'est autrement plus respectable.
Si l'on va plus loin, le récolement est  "l'opération consistant à dénombrer un ensemble d'objets répertoriés dans un inventaire, ou à vérifier la conformité d'une opération, d'un objet à un ensemble de règlements ou de prescriptions contractuelles". On dit : Récolement d'inventaire "
Lecteurs adorés, appréciez avec moi comme on grimpe dans les hauteurs administratives : "réglements", "prescriptions contractuelles" ...
Oh que c'est beau, que c'est fort ! Oh les nobles termes !
Et pour ce qui est de mon petit cas nombrilesque, le récolement (je répète volontairement, jouissance de mon oreille de fonctionnaire d'Etat) a officiellement une définition propre depuis 1913 : « vérification qu'on fait dans une bibliothèque pour s'assurer que tous les ouvrages sont bien en place ».
Et là, je souligne : s'assurer que tous les ouvrages sont bien en place.

C'était donc ça !
Si je faisais seulement un inventaire à la fin de l'année dans mon CDI, je pourrais pointer que tout est bien là, mais ce pourrait être dans un chaos inexprimable. Tandis qu'en récolant, je range, je classe, je rectifie ma base informatique, je rafraîchis et corrige les cotes, bref, je participe à l'harmonie du monde, rien de moins !
Pas étonnant qu'on confie ce soin sublime et prestigieux à des fonctionnaires ! Qui saurait mieux en comprendre et en assumer la charge, n'est ce pas ?
Alors, les mains poisseuses, les yeux qui piquent et le nez irrité par un an de poussière (pas assez de personnel pour faire le ménage dans mon CDI), galvanisée par mes atchoums ! musicaux, je vais, dès la semaine prochaine, endosser avec honneur et dignité ma fonction de fonctionnaire récolante, petite miette de Nation oeuvrant pour la gloire du Tout. Et, mes bien-chéris, je mènerai ma mission jusqu'au bout, suivant le réglement et les prescriptions contractuelles, replaçant au millimètre près jusqu'au moindre B.O.E.N (Bulletin Officiel de l'Ed Nat.)
Et ensuite, avec la sérenité, la tranquillité et la béatitude du Juste devant l'Etat, je partirai en vacances, où je ne ferai ni l'inventaire, ni le récolement, ni même le rangement de mes bibliothèques personnelles, parce que, hein, ce truc de m... j'en aurai assez "bouffé" comme ça ! :-D
Repost 0
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 15:46
Surprise en ce jour quasi caniculaire : en ouvrant mon petit Renard de Feu, Google a fait apparaître l'Oiseau de Feu volant vers le Sacre du Printemps !

Un logo très réussi pour honorer Igor Stravinski, né un 17 juin !


Non seulement c'est réussi, trouvé-je, mais en plus, ce logo-là,
c'est pas comme Tétris, je le comprends de suite !!!

C'est bien agréable de comprendre de quoi on parle .... ;-))
Repost 0
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 13:42
C'est sûr.
Aux jeux vidéos, aux jeux sur console (je ne sais pas bien faire la différence entre les deux pour l'instant, mais ça va venir).
C'est pas normal que TOUT LE MONDE connaisse Tetris sauf moi, par exemple.
Qu'autour de moi on joue jusqu'à pas d'heure aux Sims, à Civilization, aux courses de Formule 1, à la Wii....et que sais-je encore ? Et que moi j'ignore quasiment tout de ce monde, que dis-je, de ces mondes apparemment si attirants !
Alors, c'est sûr, je vais m'y mettre. Ou m'y (re)mettre.
Dans le temps, j'ai quand même un peu goûté à la chose, hein !
J'ai connu quelques fleurons du genre, lecteurs adorés !

The Quest, sur Apple 2E. Go south, go west... Pas de manette. Fallait savoir écrire un peu d'anglais pour commander les actions, imaginer le décor et les couleurs.,parce que c'était irrémédiablement vert sur noir.. Un suspens intenable pour votre Gazetière, néanmoins. Comment de pas noyer le bébé dragon en passant sous la cascaaaadeeeeee ? Je me souviens encore du copain étudiant américain, Franck Harper (je crois) pour nommer notre sauveur, qui nous a passé le tuyau, au bout de 56 noyades et fins de quête (où on devait revenir au début et tout recommencer  !!!) : fallait ranger la délicate bestiole cueillie au fond de sa grotte, dans le sac qu'on avait gagné avant, je ne sais où ni en quoi faisant ! On n'oublie jamais la première fois !

Plasmania : encore l'Apple 2. C'était le temps des grosses disquettes souples. qu'on copiait et s'échangeait.. ;-) Des globules devaient bouffer les ennemis du sang. Y avait un joystick, ce qui me plaisait beaucoup. Je jouais par sessions de 3 ou 4 minutes, et il ne se passait rien, sauf des bruits rigolos. Triton disait que le jeu ne fonctionnait pas, mais moi, je m'en fichais, je ne m'en rendais pas compte. Ce que j'aimais, c'est qu'y avait une voix grave et dramatique qui disait : "PLASMANIAIAIAIAAAA".
En ce temps-là, j'avais 20 ans, lalalala !

Là, un "trou" de 10 ou 15 ans : bizarrement, le temps de faire 4 enfants, et j'ai totalement oublié si on avait un ordi avec une fonction jeux ! :-)
Je me souviens uniquement du traitement de texte pour mes préparations de cours...


Et puis Tite Dernière a mangé, marché, joué toute seule... et alors,  vint le sommet : Phantasmagoria !
Des nuits sans dormir. Pas passées à jouer, non, passées dans mon lit  à cauchemarder et à ne pas savoir quitter l'idée de ce manoir maudit ! J'avais la musique dans la tête, et c'était horrifique !
Souvenirs frissonnants mais  heureux de cette aventure que ma Grande a dû finir sans moi, car l'effroi m'a empêché de suivre la pauvre Adrienne dans les sous-sols de sa maison... Elle m'a donc raconté ce qu'on subit à la fin !!! Brrr !!!!!!!! J'en tremble encore !

Myst : j'en salivais, j'en rêvais... Je n'ai jamais réussi à faire quoi que ce soit avec le sous-marin antique qui se trouve sous le phare. A l'époque, on n'avait pas Internet. Pas de Net, pas de soluce. On connaît ma patience d'ange en matière de jeu... :-) Je dois totaliser 2 heures et des miettes de Myst à mon compteur...

"Le tombeau du Pharaon" : en réalité, il ne s'appelle pas comme ça,*** mais vous avez compris l'ambiance très Toutankhamon. Chapitre 1, énigme 1 : si on ne couche pas une échelle dans le tunnel de la pyramide, on tombe dans une oubliette et ça pousse un grand cri qui résonne longtemps. Après, y a le message qui annonce : "Vous êtes mort".
A chaque fois, j'oubliais, à chaque fois je tombais. 20 chutes mortelles, 19 résurrections. J'ai fini par retenir un truc : que ma mémoire était proche de celle d'une momie et que ce jeu n'était finalement pas pour moi.

Complots à la cour du Roi Soleil : un souvenir excellent. Réflexion degré zéro, c'est vrai, je n'ai avancé qu'aux soluces, mais un régal absolu d'arpenter le château et le parc comme si j'y étais... L'exploration fut délicieuse mais rapide, évidemment...

Opéra Fatal : celui-là, c'est avec ma chanteuse de rock que je l'ai fait ! Elle était bien petiote, mais, non seulement elle adore les jeux de PC, mais en plus, elle a tout ce qui me manque de mémoire et de sens de l'orientation. Egarée que j'étais dans les couloirs de cet opéra où on devait retrouver les partitions du Chef dérobées avant le Grand Concert, je crois que je serais devenue le Fantôme du lieu si elle n'avait pas été là pour me guider... ;-)

Sherlock Holmes : mener son enquête dans les rues du vieux Londres... Je l'ai dégoté dans SV Micro, je me le suis acheté à la FNAC, hyper motivée. Il n'a jamais fonctionné sur notre PC. Point final.

Alors, vous voyez, n'est ce pas, que j'ai quand même ma petite expérience vidéoludique ! Mais, c'est vrai, tout cela est loin...
Il s'agit donc de remettre le pied à l'étrier, et je pense que j'ai trouvé ce matin exactement LE JEU qu'il me faut !

Cela ne devrait pas être trop gore, comme Phantasmagoria...(enfin, j'espère!)
Ni trop périlleux comme les pyramides...
(enfin, j'espère!)
Je devrais pouvoir dépasser les 10 premières minutes de l'histoire sans rester bloquée ou mourir à chaque fois... (enfin, j'espère!)
J'ose croire qu'il sera en état de marche... (enfin, j'espère!)
Et aussi que je ne me perdrai pas dans les locaux du jeu... (enfin, j'espère!)
Oui, je sens que je devrais y arriver (enfin, j'espère! J'ai plus de 3 ans, donc...)
Il faut juste que je m'achète une DS, si j'ai bien compris et hop ! lecteurs adorés, j'ai trouvé le jeu de mes WEEK ENDS et de mes VACANCES d'été ....



*** Si quelqu'un se rappelle le vrai nom...
Repost 0
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 10:13

Merci les  4e.
Les recherches sur le calendrier révolutionnaire, c'est toujours un grand moment.
De découverte, d'amusement, de petites joies parfois poétiques.
D'inspiration, aussi.

Car, lecteurs adorés, votre Gazetière a laissé germer dans sa petite tête l'idée fabuleuse de rajeunir entièrement son catalogue vieux Grimoire de Potions magiques !
Je modernise mon fonds de commerce et vous  avez ici, en direct et en  avant-première, des extraits de ma future campagne publicitaire (site Internet, encarts dans les Gazettes, flyers...)

 

La Grotte de la Fée

Maison de qualité

Philtres, poudres, onguents.

Charmes et enchantements honnêtes.

 

Venez découvrir Charmille,

la nouvelle gamme

de sortilèges amoureux originaux et totalement bio !


Retrouvez, sous une forme renouvelée,

les 3 produits phares qui font la réputation et le succès de notre Maison


Essayez Floréal !
 
(Gaudia juvenor cordis
, dans le Vidal des Fées) :

la Potion de Jouvence absolue !

FLOREAL ...Les fleurs envahissent les champs. Comme elles, l'amour tout neuf découvre le ciel, le vent, la rosée. Il se lève plein de vigueur et en met plein la vue avec ses mille coloris ! Les prairies ne seront jamais aussi vertes au milieu des couleurs, jamais aussi vivantes, pimpantes, débordantes d'élan. L'amour de cette saison-là, regorge de joie, d'intentions, d'avenir. C'est un amour jeune et vert, que rien ne saurait arrêter, ni les matins trop frais, ni les pluies qui trahissent les regrets de l'hiver. Il suffit d'un rayon, et soudain tout est chaud. La lumière est claire, brillante, aiguë, l'air porte loin les bruits, tout n'est qu'acuité et santé frémissante. C'est un amour innocent, fort et juvénile, tout tourné vers demain, un demain plein de vie. Un amour où l'on sème, un amour de projets, un amour oxygène. Une ébauche, une esquisse, la certitude innée de ce qu'on va continuer.

Un bouquet de Promesses...


 

Envie de sensations fortes ?

Quelques gouttes de Thermidor !


 (Vertigo passionnatus)

 

le Breuvage sauvage !

La chaleur  solaire  embrase la terre. L'amour  de Thermidor est brûlant, c'est un embrasement. Il réchauffe la peau d'une caresse puissante, il consume le coeur en un un cercle de feu, incessant de renouveau et de fin, tel un phénix palpitant. C'est un amour qui fait trembler et rire, un amour qui pousse à louer et maudire. Un amour de manque et de sang, qui, tout à la fois, remplit et  vide. Amour de grand huit, de sommets et d'abîmes, de reliefs exaltants en creux vertigineux. Un amour à secousses, qui ne laisse nul repos... Fièvre, flammes, brasier. La Passion !



Vous en voulez encore ?

 Goûtez donc Fructidor

 

(Felicitatis amore maturum)

 

Le Philtre du Bonheur, en toute simplicité !

Le soleil a gonflé et a mûri les fruits. Ce n'est plus un soleil qui brûle, il tend vers l'orangé, adouci, rond et chaud sans sans qu'on risque  la fièvre. C'est un astre radieux en toute modestie. L'amour qui naît sous cette étoile est un amour sucré, juteux, ô combien délectable. Un amour prêt à cueillir, juste assez rouge, juste assez souple, juste assez tendre. C'est un amour qui comble, qui donne le sourire éclatant, la peau dorée et le regard joyeux. C'est un amour gourmand, qui ouvre l'appétit, un amour généreux qui entraîne au partage. Le coeur, de cet amour, reçoit en abondance, il ne crie pas famine, il ne s'assèche pas. De tous ces dons,  de cette plénitude, il a conscience et en connaît le prix. Il sait recevoir, apprécier, préserver tous ces fruits et il sait en tirer le meilleur élixir. C'est l'amour qui voyage au long cours ; tel un explorateur, il aborde des côtes inconnues, promesses du meilleur au bout de l'aventure.

Profond sous le sable tiède, l'éclat secret du Trésor.


 

Une envie, un doute, une hésitation ?
La Grotte de la Fée
est heureuse de vous accueillir
pour un conseil personnalisé
aux heures habituelles...



 

Repost 0
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 10:12
(ou, de quoi vous donner envie de respecter les horaires d'ouverture et autres points du réglement...)

Lecteurs adorés, les nuits des profs-docs et autres bibliothécaires sont peut-être plus belles que vos jours ;-)

Vivre au milieu des livres et cernée par des ados, c'est pas forcément très équilibrant au niveau vibratoire et ça génère un gros besoin de compensation onirique pour le cerveau. Surtout quand, avant de se coucher, on fait des heures sup' en assistant à des spectacles d'élèves très... horrifiques !
Evénement scientifique scoopé par la Gazette : on a enfin filmé un rêve !!!
Avouons... en cette fin d'année... ça pourrait être le mien ;-))
(Et j'arrête de suite les pinailleurs : oui, ça parle en anglais, ok, mais bon, hein, c'est un rêve, quand même ! Et dans les rêves tout est possible !)



Repost 0