Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 16:15

  carte-poisson-avril.jpg

 

Ce n'est pas la saison des bons gros poissons qu'on pêche dans les journaux et dont se régale en souriant. Le 1er avril est déjà loin, et le 1er décembre, c'est l’Avent, pas le temps des blagues.
Et pourtant, dans le Figaro de vendredi, on trouve un article sidérant, un "fait divers" auquel on a du mal à croire....

"Un château détruit par erreur"... Un château, vous avez bien lu, pas un cabanon ou une palombière. Un vrai château, superbe, avec escalier double, galerie de colonnettes sur la haut de la façade... Enfin, un bâtiment qui n'a pas dû se déboulonner à la 6, 4, 2, non ?
L'histoire est PLUS que LOUCHE... Cette bâtisse superbe est la propriété non pas d'un Français, ce serait trop beau, ni d'un Chinois, comme on aurait pu le penser mais d'un Russe.

Bon.

Qui voulait traficoter les dépendances pour rénover. Il semble qu'il ne pouvait du reste que toucher à ces dépendances, car jamais il n'aurait obtenu de permis de démolir pour le château lui-même. Pourquoi démolir? me demanderez-vous ? Pour "refaire à neuf" puisque, lis-je, cela coûte bien moins cher de tout reconstruire que de restaurer.

Re-bon.

Le propriétaire, donc, respectueux de la protection du patrimoine, obtient son permis de démolir quelques morceaux des dépendances, et il trouve une entreprise en Pologne (on sait que les artisans locaux ne sont jamais disponibles) pour démonter ce qui doit l'être. Problème de langue, mauvaise utilisation de Google translate ou bug de Reverso ? Pas de bol, les ouvriers SE TROMPENT et RASENT la superbe chartreuse du XIIIe par ERREUR.
En moins d'une heure, sans doute. Parce que sinon, vous serez d'accord avec moi, à Yvrac, 2500 âmes, en pleine campagne, y aurait au moins eu un voisin, voire la gendarmerie, qui se serait rendu compte qu'on massacrait un trésor comme ce château Bellevue ? Et on serait intervenu assez tôt pour limiter le carnage.
Mais là, non.
Vous, vous repeignez votre portail d'une couleur non inscrite dans le nuancier  des teintes autorisées dans votre commune, on vous le signale dans les 24heures.
Vous montez un abri dans votre jardin, vous êtes in petto dénoncé par une bonne âme.
Vous mettez un volet roulant à votre fenêtre dont un quart est à peine visible depuis le balcon d'une maison située à 800 mètres d'un monument inscrit à l'inventaire etc., ben tant pis pour vous, vous déposez ça de suite et vous remettez vos contrevents pourris sous peine d'une amende qui vous fera passer le goût de l'initiative architecturale malvenue.
Mais là, non.

yvrac.jpg

 


Le château s'est littéralement désintégré, façon Merlin l'Enchanteur, disparu dans les brumes yvracaises le temps d'un cillement, hop, hop, prestidigitation russo-polonaise, au nez et à la barbe des élus et autres autorités locales. Je suis bluffée, Lecteurs chéris, pas vous ?
De toute évidence, PERSONNE n'a rien vu entre l'arrivée des engins démolisseurs et l'apparition subite d'un terrain vague. Si ce n'est pas de la magie pure et simple, ça, c'est... Un truc moche et nauséabond...
"Sur les 13.000m² de bâtiment, il ne subsiste aujourd'hui qu'une petite dépendance d'époque. Le maire d'Yvrac a déposé un arrêt interruptif du chantier. Un constat de non-conformité ainsi qu'une infraction au Code de l'urbanisme sont d'ores et déjà sur le bureau du procureur. "***
Juste un brin...trop tard.
Du côté russe, on s'alarme, on s'affole, on se tord les mains... le désespoir slave, quoi. Et on s'engage à tout reconstruire à l'identique. En neuf. Ce qui était interdit a priori devient un acte salvateur a posteriori.

C'est beau.

 D'autant plus beau qu'on est magnanime. Il n'y aura aucune poursuite contre l'entreprise qui n'a rien compris. "Ce qui est fait est fait". Rare, de nos jours, un préjudice qui n'engendre pas d'office un procès et une croisade aux indemnités ... C'est vraiment beau.
Localement, ça va faire du bien à l'économie aussi : "Un contrat d'un million et demi d'euros a déjà été signé avec une société de maçonnerie de la commune qui fournira la pierre de Bordeaux, nécessaire à la reconstruction du château. Ce dernier avait été construit au XVIIIe siècle par une riche famille bordelaise qui venait y passer quelques jours dans l'année. Les travaux devraient durer deux ans."

Je manque d’infos sur ce que sont devenus les vestiges de la démolition…Il devait y avoir quelques belles pièces de pierre bien sculptées… Que sont-elles devenues ? perdues ? Pas pour tous….

Il y a finalement beaucoup de gagnants dans cette abracadabrante histoire : comme "la vie" est bien faite ;-))

NDLR :ça fait quand-même pleurer, cette démolition, non?

 

***http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/11/30/01016-20121130ARTFIG00509-un-chateau-detruit-en-gironde-par-erreur.php

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Angel 2 04/12/2012 20:00


J'ai été prise des mêmes doutes en lisant Sud Ouest ;)