Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 18:46
Nouvelle année oblige, on parle de voeux. Nouvelle décennie oblige, on fait des bilans et on envisage l'avenir.
L'Homme a besoin de dates, de points précis, de chiffres ronds.
2010 tombe à pic.
Brièvement écoutée sur le temps de ma pause méridienne, une émission de la chaîne du Sénat ( LCP,oui, ça existe, oui, y a des gens qui regardent ça...;-D).

pour la séance intégrale, c'est ici !

 Jacques Attali parlait donc d'avenir(s).
Et des années "10"... Vous en avez déjà entendu parler, vous, des années 10 ???
Ben non, justement, faisait finement remarquer le monsieur.
Et pourtant !
Historiquement, rappelait-il, disons sur les 4 ou 5 derniers siècles, les "années 10" ne furent jamais...de chouettes années sur le plan politique.
Snif !
Et de nous parler de 1610 - 1620 : assassinat d'Henri IV, régence de son épouse Marie de Médicis qui donnera plein pouvoir au mari de sa femme de chambre...lequel dilapidera prestement le Trésor de l'Etat... Le Tiers-Etat regimbe, propose des réformes...que la Noblesse, ça va de soi, rejette en bloc et sans discussion...
Louis XIII finit par régner, il fait son petit ménage, les Protestants et les grands seigneurs se révoltent... Puis, début la Guerre de trente ans. Tout cela en moins de dix ans...

Jacques a dit : "Ne riez pas!" :-( Pour le 17e siècle, en effet, les années 10 ne furent pas glorieuses..
Mais le Jacquot n'a pas fini : il continue dignement son travail de sape de moral par ses rappels historiques pertinents. :-)
1710 - 1720 : cela sent la fin de règne pour le grand Roi Soleil.
A mi-parcours, l'illustre casse sa pipe... et son jeune successeur fait ce qu'il peut avec ce qu'on lui a laissé... un Trésor quelque peu entamé.
Pour relever les finances, on fait appel à un Ecossais, Law, qui crée la première maison de crédit (concept d'avenir). Les Ecossais, à l'époque, étaient-ils déjà réputés pour savoir resserrer les cordons de la bourse ou bien cette idée vient-elle de là ? Toujours est-il que notre Scott fait je ne sais quoi exactement...mais cette tentative se termine en 1720 par une gigantesque banqueroute.
Re-snif !
Lecteurs chéris, si vous êtes perspicaces, vous sentez bien que la démonstration n'est pas terminée...
1810 et des miettes : c'est la Guerre de Russie. Carrément un très  très mauvais souvenir national, qui laisse des traces jusque dans notre langue imagée : Passage de la Bérézina, retraite de Russie... Armée napoléonienne décimée, France envahie en 1814, bye-bye l'Empereur et bon séjour sur l'île ! Gros ratage d'une restauration de la monarchie qui ne plaît à personne, pas plus au peuple qu'à l'armée. A la mi-temps, ce cher Nap' tente une petite reprise de 100 jours : bonne idée, il est pile poil là quand on perd à Waterloo, c'est bon, il a compris, Tchao Pantin !
Vous en voulez plus ? Les cinq années suivantes, grosso modo, l'ambiance, c'est les royalistes qui reviennent et qui massacrent tous ceux qui avaient soutenu la république ou l'Empire : cool !

Re-re-snif ! Là, c'est carrément le rhume de moral !
Père Jacquot, Père Jacquot, raconte-nous une histoire ! Père Jacquot, Père Jacquot, raconte-nous deux histoires !
1910... Socialement, ça bouillonne... Grèves en tous genres...fonctionnaires, Chemins de Fer...tiens, tiens ;-)
1914 : c'est jean Jaurès qu'on assassine... et puis... vous connaissez votre Histoire de France sur le bout des doigts. Qui oublierait 14/18 ?
Et la récession économique qui suit... et qui va bon an mal an nous amener jusquà la guerre de 39.

Que du bonheur, ces années 10, t'as raison, Msieur Attali !
Et MERCI LCP Public Sénat, d'animer ainsi nos entre midi-et-deux. Entre midi-et-une, d'ailleurs, pour la courageuse petite Zigobelle qui ne pause qu'une heure. Du coup, j'ai dû quitter la scène avant que le sieur Attali ne nous prédise une prochaine décennie qui fera date par sa débâcle, ses scandales, ses catastrophes de tous accabits...
Non, je rigole, hein ! Je suis sûre qu'il avait des choses bien mieux que ça à nous dire, parce que c'est quand même de l'émission en boîte, pas du direct-live, et Public Sénat, il ne voudrait certainement pas démoraliser son audimat et perdre ses 0,012% d'audimat du vendredi midi à cause d'un déballage monstrueux de prophéties économico-politico-apocalyptiques.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

philou 16/01/2010 17:35


un article fort intéressant...Pile pile le memento qu'il me fallait, surtout pour la période Napoléonienne:)