Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 17:40

  ordo.gif

A l’heure où éclatent pléthore de scandales sanitaires, du célébrissime Médiator à sa compagne d’infortune  Diane 35, chasseresse de boutons, il semble opportun de se tourner, plus que jamais, vers des thérapies moins dangereuses : phyto, homéo, lumino… Vaste famille.

Les Zanglais ont franchi un pas récemment, entendis-je hier matin sur France Info, entre songe et éveil : pince-moi, compagnon d’oreiller, je rêve encore ou c’est ben vrai ?

Non point qu’ils aient inventé le concept, hein, oh, on ne va pas le en faire revenir tout le mérite, quand-même, aux Perfides ! Mais… ils osent. Si, si, j’ai bien choisi mon mot : ils OSENT.

Mais qui, mais quand, mais quooooi ? demandez-vous, Lecteurs impatients.

La bibliothérapie. Rien de moins. Le soin, voire la guérison par les livres. Diantre ! On  sait bien que la lecture fait (ou peut faire) du bien. On en use, sans même savoir, tel Monsieur Jourdain et la prose, qu’on pratique la bibliothérapie depuis longtemps et de façon régulière (voire continue).

Les British ont lancé une opération de santé publique, à la suite du Pays de Galles : les médecins prescrivent des livres pour les patients atteints de troubles légers. Cela se fait également au Danemark et en Nouvelle-Zélande, c’est vrai, mais ça n’a jamais été géographiquement aussi près de chez nous ! Ça gagne ! Je ne plaisante pas, c’est du sérieux : il ne s’agit pas de s’automédiquer : une liste de 30 ouvrages testés (sur des rats ?) et homologués a été éditée et transmise aux Medicus britannicus… et aux bibliothécaires !

(La liste est ici : http://www.lepoint.fr/monde/grande-bretagne-livres-sur-ordonnance-04-02-2013-1623675_24.php)


 La bibliothèque municipale devient l’apothèque, c’est trop génial ! L’abonnement doit être remboursé par la Sécu (ou ce qui sert de Sécu là-bas, je ne m’y connais point), j’imagine. Apothicaire de livres : voilà une orientation nouvelle qui s’ouvre à moi,  et sans études scientifiques ! La voie est ouverte, en tant que bibliopharmacien, on pourra bientôt  fabriquer soi-même ses bibliopotions, conseiller le patient inquiet, derrière un beau comptoir vernis, avec plein de bocaux mystérieux… Finalement, vu comme ça, une officine de médocs ou une bibliothèque, ça se ressemble. Y a qu’une chose que j’aimerais pas, c’est le port de la blouse blanche ou grise…


bibliapo.gif

Attention tout de même : la bibliothérapie est une chose sérieuse. On ne prescrit pas de livre sans rencontrer ensuite le patient pour juger des effets de la lecture. Les bibliothérapeutes n’abandonnent pas leurs patients, y a comme qui dirait un rétrocontrôle, afin de s’assurer que le traitement est bien adapté, et, éventuellement, pour redéfinir les doses, voire les titres prescrits.


Après vérification, je n’ai pas trouvé tous les livromédocs utilisés chez l’Anglois traduits en français. J’ignore si une autorisation de mise sur le marché chez nous est actuellement à l’étude par les Hautes Autorités, mais il y a tout de même certains titres qu’on va pouvoir consommer au pays de Jeanne d’Arc sans être anglophone : ouf !

Quelques exemples…

411colere 41-G


Comme vous pouvez le constater, Lecteurs perspicaces, il va falloir être (pharmaco)vigilants, parce que sans doute que « les labos » sont encore là-dessous… c’est bien la même maison d’édition qui est mise à l’honneur dans cette liste…. Méfiance, méfiance…


La Gazetière est un esprit libre : je vais donc vous faire une petite prescription française avec des bibliopotions génériques. Une petite cure de creux de l’hiver, histoire de rebooster vos défenses naturelles avant l’arrivée du printemps…

Lecteurs adorés, en février et mars, je vous conseille donc une dose quotidienne de ce petit cocktail dont vous me direz des nouvelles…

 

51cF3 à 4 pages le matin après le café, et le soir au coucher

 

+

 

510NQ

¼ d’heure de lecture avant chaque repas : midi et soir

 

et enfin

(conserver à portée de main,

sur le principe de la Ventoline)

51M

1 longue prise hebdomadaire (dimanche par exemple)

+ 1 petite prise selon le besoin (à la demande) dès l’apparition de symptomes tels que :

agacement, ennui, impatience, insatisfaction diffuse…

 

Voilà !

Suivez votre ordonnance scrupuleusement, et on en reparle en avril… ?

 

NDLR : il se trouvera peut-être quelques lecteurs qui auront envie de découvrir quelques lieux où se documenter sur le sujet...

http://af.bibliotherapie.free.fr/

http://bibliothequeapothicaire.com/

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/03/07/17724-lenvol-bibliotherapie

et plein d'autres...


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires