Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 11:08
... et ponctuons, mes petits, PONCTUONS !

Ah, combien nos chères têtes blondes et brunes ont du mal avec la ponctuation : qui ne le sait ?
Le mal est général, du reste, puisque, comme dans tous les règnes, il y a des espèces  en voie d'extinction.
On connaît les animaux menacés, certaines plantes (voire forêts entières), on sait que certaines langues disparaissent aussi...et il en est de même pour de nombreux mots...et de malheureux petits signes de ponctuation.

Le NOUS se fait dévorer par le ON, c'est un fait. Combien de fois faisons-nous l'effort, au quotidien, d'employer la première personne du pluriel ? Hein, franchement ? C'est tellement flagrant, lecteurs chéris, que la règle grammaticale elle-même a changé (oui oui!!!) et que l'on peut, depuis déjà plusieurs années, accorder ce qui dépend de ON selon son genre et son nombre réel.
J'illustre, car le propos semble complexe, ainsi énoncé...
Normalement, ON est "neutre", disons "masculin-singulier"...
Or, postulons que les Angels soient allées faire une balade en mer sans leurs gardes du corps, elle pourront écrire : " On est montées sur un bateau".....*** (Et le premier qui dit " Pince-Mi tombe à l'eau...", je lui assène un article de 1 mètre de haut sur la Gazette!)
lire ici
Eh oui ! Tout le contraire de ce qu'on nous avait appris aux jours (pas si lointains) de notre extrême jeunesse!
Mais les temps changent. Et la langue s'adapte. Demandez à Angel 2 ce qu'elle pense de l'avenir de l'impératif du premier groupe, "E sans S"...

Quant à la ponctuation, vous savez comme moi que c'est le point-virgule qui tend à disparaître. Du moins perd-il son utilisation première, sa vraie fonction de pause dans l'énumération. Car il lui reste au moins une fonction décorative et "émotionnelle", le petit smiley complice et rigolard que j'aime bien, clin d'oeil sympathique du rédacteur au lecteur ;-)
Pas si mal comme recyclage... mais je crois que pour lui, c'est douloureux d'être passé du statut de haut-fonctionnaire à celui de bouffon...:-(
Pour ceux qui seraient émus de cette cette dégringolade pathétique, sachez qu'une association de défenseurs du point-virgule existe...et recrute des membres actifs.
et pour ceux qui veulent en savoir plus...

Ces histoires linguistico-typographiques vous semblent superficielles, lecteurs bien-aimés?
Mais sachez cependant que de vrais gens de lettres s'y intéressent! Et quand je dis des "vrais", j'y mets une dose d'admiration. Prenons Andrée Chedid (mère de et grand-mère de, oui, absolument), c'est une pointure, non ?

Ben oui.... Grande poétesse, touchant au vif de la condition humaine, et, important pour votre Gazetière, chrétienne née au Liban, pétrie d'Orient, elle chante ses couleurs, ses parfums, sa sensualité...
Reconnue et choisie par le Printemps des Poètes l'an dernier pour un concours de poésie chantée.
Eh bien, grâce à ma journaliste préférée, j'ai découvert il y a peu que la Dame avait écrit deux petits poèmes rigolos précisément sur ces minuscules signes injustement traités comme du vent par la plupart des lecteurs...et une grande partie des scripteurs!

Pour ceux qui auraient envie de les découvrir, ces deux petits bijoux....sachez qu'ils font l'objet du prochain article.
Vous voici prévenus, non pris en traitre : que ceux que la poésie fait fuir sautent allègrement la "Dispute ponctuelle" qui suit !


*** ceci est une hypothèse d'école, naturellement, puisque les Angels parlent hyper supra méga gavé BIEN, elles.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Annabelle 07/03/2010 11:45



Encore merci pour le repas, Angel 3 !!



Angel3! 07/03/2010 01:12


ben ce mot j'ai réussi à le retenir 3 secondes ..
par contre j'ai bien retenu la définition ....


Annabelle 06/03/2010 18:26


Super article. J'en profite en passant pour déposer un mot à adopter, un  mot très rare, très très rare, comme (presque) seuls savaient les employer Baudelaire et Terence (Casamayou, si tu
m'entends!), et que m'a fait découvrir l'an dernier un ami cher. Il est dur à prononcer et peut-être encore plus à porter, puiqu'il signifie : celui qui se fait le bourreau de lui-même. Pas
franchement jojo, nan ? Le connaissiez-vous? Accrochez-vous bien : héautontimorouménos !!!!!
Annabelle