Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 11:05
Le temps qu'il faut, qu'il faut se donner pour comprendre.
Le temps qu'il faut, qu'il faut laisser à l'autre pour qu'il s'exprime.

Très belle conférence d'un lama et d'une moniale bouddhistes hier soir, sur le thème de la présence à l'autre dans tous types d'accompagnement. En tant que soignant, en tant que manager, en tant qu'enseignant et éducateur... Nous étions justement un trio représentatif de ces trois situations d'accompagnement, c'est dire si le propos fit écho à nos oreilles...et nos consciences (plus ou moins éveillées!!!). Et puis, aussi, évidemment, l'accompagnement des proches, toutes situations confondues.
La Gazette ne fera pas ici de résumé de condensé d'abstract de ce qui nous fut offert hier soir. Inutile autant qu'impossible. C'était une expérience à vivre.
Elle reprendra juste un thème qui lui est cher, celui du temps.

Ce fameux temps pour comprendre qui aboutit au moment pour agir***.

Petit rappel : les Grecs avaient deux mots pour le temps : Chronos... le temps qui coule, linéaire, répétitif, et Kaïros, l'évenement, l'occasion, le temps qui vient chambouler Chronos, le déprogrammer.
Deux mots bien différents qu'on retrouve dans la Bible, notamment, lors d'alternance de passages de maturation et de passages d'action. Dans la Bible, donc, évidemment, dans nos vies. Car, c'est certain, la Bible est bel et bien un livre de vie pour l'Homme, où il peut de façon inépuisable, chercher et trouver son chemin. Avec l'Esprit, comme le rappelait mon cher prof de "judaïsme" (si j'ose dire), et en allant au-delà de la Lettre.
Mais je digresse, comme dirait l'autre, bien que tout cela soit lié.
Hier, c'était l'heure de la philosophie bouddhiste.
Et quand il fut question du temps de l'expérience, de ce temps d'intégration, d'assimilation, il en sortit un proverbe qui plut beaucoup au public et dont je viens dans ces colonnes vous faire partager la vérité et l'humour (comme les blagues juives, d'ailleurs).

Ce n'est pas en tirant sur le gazon
qu'on va le faire pousser plus vite...


Je ne commente pas, n'est-ce pas, je pense que tout y est !

***Qui ignore encore parmi vous, lecteurs bien-chéris, que c'est un de mes "axes de réflexion" préférés ?
Je précise, à propos d'AGIR : "éventuellement", a dit la moniale hier soir. On parlait  à ce moment-là du cas particulier de l'accompagnement du deuil.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Angel! 12/02/2010 00:16


je n'ai pas pu placer cett"phrase " aujourdhui dans le management ..
mais je suis sûre que ça viendra bientôt !!

ne tirons pas sur le gazon ....trop fort !!!