Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 14:46
 Très étonnamment, c'est il y a peu que j'ai découvert David Lodge et son humour typiquement british.
 Comme d'habitude, par un concours de circonstances, tout d'un coup, le nom de cet auteur et ses bouquins étaient là, partout, dans ma vie, tous les jours. Un nouveau titre sorti en librairie; une bribe de conversation ; une citation ; un cadeau offert à une amie par une autre amie... La pression du Destin était maximale, entendons-le clairement : j'avais donc acquis prestement deux opus d'occasion pour combler au plus vite cette impardonnable lacune.
Mon choix s'est porté sur l'offre des vendeurs parmi les plus cotés (parmi mes amis et collègues) et les meilleurs marché, j'avoue. J'ai donc posé sur mes tablettes de chevet La chute du Britsh Museum (à ne pas lire si on est catho pratiquant-à-certaines-périodes-de-doute-mensuel...) et Changement de décor. Le premier m'a fait sourire, il est vrai, et j'attends encore mieux du second, si j'en crois mes conseilleurs.
Mais entre temps, j'ai eu le bonheur d'acheter, pour mon cher CDI, Haute fidélité de Nick Hornby. Et là, lecteurs adorés, je vous prie de bien croire que j'ai été plus que conquise : carrément emportée par la lecture et les fous rires incontrôlables !!!

Haute fidélité, (Stephen Frears en a fait un film, soit dit en passant, mais je n'en avais jamais entendu parler**) : c'est l'histoire d'un gars de 30 ans et ..., un Londonien propriétaire d'une boutique de vieux disques, qui se sent minable, sans envergure, et qui détaille le top 5 de ses ruptures depuis l'âge de 12 ou 13 ans, ainsi que sa vie actuelle, suite à la dernière de ces ruptures.
On se marre, je ne vous explique même pas ! Du régalage à l'état pur, vous pouvez me croire ! Pour une fois que ce n'est pas une fille qui nous raconte ses ratages amoureux et ses profondes pensées, on en profite avec bonheur ! De plus, ce n'est pas mal écrit, même si le style n'est pas très littéraire et plutôt contemporain. Et puis, il y a du mouvement, de l'émotion... et le propos n'est pas vain : les femmes ont des choses très intéressantes à dire au héros. On sent bien qu'Hornby a décidé dans ce roman que c'était elles, les filles, les maîtresses du jeu, du début à la fin.
Véritable encyclopédie de musique pop-folk-country, il y a toujours un titre pour illustrer les états d'âme du héros. Et Nick Hornby a l'air coutumier du fait : je cite par exemple 31 songs. un autre livre, où il nous parle en son son nom propre des musiques qui ont compté pour lui. Exercice qui cadre tellement avec ce que je peux ressentir ! Ceux qui me connaissent le savent bien : j'ai toujours une chanson qui colle pile poil au propos de l'instant. Et j'avoue que ma manie (mon hanneton!) a quelque peu déteint sur mes petites fées... Ah ! les séances Deezer où l'on se bagarre pour accéder au clavier et s'envoyer nos trouvailles (et vannes!) les un(e)s aux autres !!! :-D
Et devinez ce qui a fait tilt pour moi dans la présentation de l'éditeur à propos de 31 songs ?

"Comment expliquer les résonances que trouvent certaines chansons dans nos vies et qui nous poussent à les réécouter sans cesse ? Pourquoi la chanson d'amour est-elle le sommet de la pop ? On savait depuis son premier roman, Haute Fidélité, que Nick Hornby, à l'image de son héros Rob Fleming, était un fan de musique pop. 31 Songs nous le confirme sous forme d'un témoignage unique autour de ses trente et une chansons " favorites parmi les favorites ". " Tout ce que j'ai à dire au sujet de ces chansons, c'est que je les aime, que j'ai envie de les chanter, envie d'obliger d'autres gens à les écouter, et que cela me contrarie quand d'autres ne les aiment pas autant que moi.*** " De Bruce Springsteen à Patti Smith (...), il nous livre avec drôlerie et tendresse les souvenirs et réflexions qu'ont fait naître en lui ces mélodies. "

Un petit bonheur n'arrivant jamais seul, je suis évidemment plus que ravie de savoir que le monsieur a écrit de très nombreux autres ouvrages, apparemment reconnus pour surfer sur la même vague du rire. C'est un auteur à succès, dont les histoires sont faciles à transposer au cinéma. du coup, c'est une affaire qui tourne. Ouahaouh !!!! A gogo, à gogo on va pouvoir s'en régaler ! C'est pas de la haute littérature...et c'est ça qui fait du bien aussi ! Vivement cet été et le transat sous les arbres... :-))

** Infos trouvées sur l'objet filmique, je n'ai aucun regret : le truc est devenu américain et se déroule à Chicago... Bof-bof...

*** : Et moi pareil !!! En particulier Franciiiiiiiiis...........Je ne comprends vraiment pas les soupirs autour de moi dès les premiers accords de guitare... :-(

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Angel 2 qui offre des David Lodge 26/03/2009 22:19

mais qui n'offrira jamais des Nick Hornby. Je n'ai pas du tout aimé Haute Fidélité et j'ai séché sur carton jaune. Notre gazetière,grande fan de football comme chacun sait, osera t-elle la lecture de celui-là?

Zigobelle 27/03/2009 09:46


MDR !!! j'AVOUE que mon oeil a glissé sur Carton jaune sans s'y arrêter...et que ledit opus ne figure pas dans la liste des
achats potentiels...mais "Fontaine, je ne boirai pas de ton eau"... est une phrase que je suis bien obligée d'avoir finalement bannie de mon
vocabulaire à force d'entorses horrifiantes faites à mes pauvres principes en déliquescence patente... Donc, Angel, si par un bel aprem tu me trouves sous ton cerisier, mollement avachie sur un
fauteuil, avec Carton jaune à la main et le sourire aux lèvres, soit indulgente et retiens ton célèbre regard-qui-en-dit-long....

Zigo, qui attaque Changement de décor ce soir....


Angel 3! 26/03/2009 15:31

quel soupir ? ce que j'adore aussi c'est sa trompette !!moi j'adore écouter des chansons qui vous rapelle ..des souvenirs ....Demande à vitorizinho, il a une chanson qui lui rapelle sa maman travaillant à sa licence et lui jouant à Mario sur la Game Cube ....( c'est lui qui en parle ..et qui dit "c'était le bon vieux temps ..!!")