Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2008 2 01 /07 /juillet /2008 14:47

1 - On connaît le fameux Petit Train touristique, dit "le Train de Donald Ville", qui passe devant la Bottine. Chaque fois que je le vois, d'ailleurs,  je suis toujours aussi étonnée de ne pas voir Oui-Oui au volant...
2 - J'ai parlé dans ces colonnes, du Darjeeling Limited, train indien, en termes élogieux.

Encore une histoire de train, alors, me direz-vous, lecteurs qui frôlez les vacances ?
Papa, maman, j'ai un aveu à vous faire : j'aime les trains !
Surtout les trains en couleurs et en surprises.

Par exemple celui-ci, qui traverse Bangkok, obligeant les marchands à replier vite leurs étals pour libérer les voies... Combien de fois, d'après vous ? HUIT FOIS par jour !!!!
Il paraît que les accidents sont nombreux...



Mais, lecteurs perspicaces, vous avez évidemment noté que je publie le présent billet dans la Petite Brocante des Mots... Le propos jusques ici développé, ne correspond donc pas à la rubrique... Quoi quoi quoi ? La Zigo Belle s'embrouille ? La Gazette nous fait du hors-sujet ?Y a t-il un pilote à la rédaction ?

Oh-la, ho-laaa... Mes abonnés adorés, j'y viens, j'y viens... La loco et les wagons, c'était juste pour rendre le propos plus pittoresque, plus coloré. pour que ça donne des envies d'évasion, de la perspective, de l'élan... C'était pour faire vacances.

Le train dont on va parler ici est celui de l'expression bien connue : "en train de"... Le ING des Engliches : I am coming, you are singing etc.
 
Vous ne vous étiez jamais demandé d'où venait ce train ??? Eh bien, la Gazette, comme toujours, répond aux questions que vous ne vous posez pas. C'est l'une de ses vocations, et elle y tient !
Faisons donc ensemble un brin de darwinisme linguistique, si vous le voulez bien...

Au 15e siècle, "en train" signifie "en mouvement", "en action", "en cours d'exécution". On entend encore de nos jours "c'est en train" , ceci devant être dit avec entrain pour calmer celui qui s'enquiert de l'état des choses... Bon, on en est où de cet exercice de maths?  - C'est en train... :-))

Quelques décennies plus tard, au milieu du 16e (siècle, pas arrondissement), on rajoute le petit DE qui fait toute la différence... Mais attention, on n'en est pas encore à la signification actuelle. Le "en train de" du 16e siècle était très confortable, notamment pour ceux que la chose à faire n'inspire pas vraiment...
Guillemin mon brave, elle en est où, cette vaisselle ?
Je suis en train de la faire !

Traduction contemporaine : je vais la faire de suite, là, incessamment sous peu  ! Eh oui, "en train de", à l'époque, traduisait l'IMMINENCE de l'action!
Ainsi, certain que je connais bien, aurait-il pu dire, sans mentir : je suis en train de faire des travaux (du lambris, de la peinture etc...)

C'était le siècle où jamais, du reste, car encore cent ans, et le sens devenait "je suis disposé à" faire ceci ou cela.
Là, on sent bien que le truc des travaux, ça aurait sonné faux... ;-))

Le temps passe, les siècles, un à un défilent, et au coeur du 18e, Marivaux, quelques années avant la Dispute, use de la locution adverbiale qui nous intéresse, en lui donnant un sens qui n'a plus varié de plus, celui de la durée de l'action en cours...

Et là, si je vous dis que je suis en train de terminer mon article, ce n'est ni une imminence, ni une disposition, c'est juste une réalité factuelle ! Ainsi parle-t-on au
21e siècle !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

philou 03/07/2008 01:31

Un article très bien écrit et très intéressant! Ca fait du bien de se faire de temps en temps une "cure de gazette", pour les gens qui n'ont pas la chance de pouvoir y être abonné (!) et donc de la lire tous les jours... mention spéciale pour une phrase qui m'a beaucoup amusée: "eh oui, comme toujours, la gazette répond aux questions que vous ne vous posez pas"... mdr!